Affaire de la gifle : un Breton éméché tente d'offrir du vin à Valls «au nom de la Bretagne»

Affaire de la gifle : un Breton éméché tente d'offrir du vin à Valls «au nom de la Bretagne»© MARTIN BERNETTI Source: AFP
(Photographie d'illustration)

Alors que Manuel Valls rentrait en TGV de Bretagne, où il venait de subir une gifle, un Breton a souhaité partager avec lui sa bouteille de vin rouge, afin de faire pardonner sa région pour le fâcheux incident.

L'événement a fait couler beaucoup d'encre. Alors qu'il effectuait une visite en Bretagne dans le cadre de sa campagne pour la primaire de la gauche, le 17 janvier, Manuel Valls a reçu une gifle d'un jeune homme de 18 ans, qui s'est écrié : «Ici, c'est la Bretagne !»

Ce que l'on ignorait jusqu'à présent, c'est qu'un Breton avait tenté de racheter la «faute» commise au nom de sa région, juste après l'agression. Dans le TGV reliant Rennes et Paris, rapporte le Journal du dimanche du 22 janvier, l'ex-Premier ministre a vu approcher en titubant dans sa direction «un olibrius grisé par son ivresse». L'homme, tenant une bouteille de vin rouge et des verres, a déclaré vouloir «offrir à boire à Manuel Valls [pour] s'excuser au nom de la Bretagne».

Le service de sécurité du candidat de la primaire ne l'a pas entendu de cette oreille, et a tenu le Breton à distance de l'ex-Premier ministre, avant de l'enjoindre à regagner le wagon-bar...

Le responsable de la gifle infligée à Manuel Valls, jugé coupable de «violences volontaires sans incapacité de travail avec préméditation», a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 105 heures de travail d'intérêt général. Sa victime a indiqué, le 20 janvier, qu'elle souhaitait rencontrer le jeune homme à l'issu de la campagne pour la primaire, afin de «comprendre».

Lire aussi : «Légion d'honneur pour le gifleur» de Valls ? : internet réagit entre compréhension et condamnation

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.