Manuel Valls hué par la foule et giflé par un manifestant lors d'un déplacement en Bretagne (VIDEO)

Manuel Valls hué par la foule et giflé par un manifestant lors d'un déplacement en Bretagne (VIDEO)© Capture d'écran Twitter France Bleu Armorique
L'homme a rapidement été maîtrisé par le service de sécurité

Alors qu'il était en déplacement en Bretagne, l'ex-Premier ministre en campagne pour la primaire de la gauche s'est fait légèrement gifler par un opposant, après avoir été hué lors de son arrivée. Le jeune de 19 ans a été placé en garde à vue.

Manuel Valls, décidément coutumier des déplacements mouvementé, a été giflé par un jeune opposant en sortant de l'hôtel de ville de Lamballe. Les chargés de la sécurité du candidat à la primaire de la gauche ont alors tout de suite mis le perturbateur à terre. 

Le jeune homme de 19 ans, qui ferait partie d'un mouvement nationaliste breton selon BFM TV, a été placé en garde à vue pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique, Manuel Valls étant député de l'Essonne depuis le 7 janvier.

«Je n'ai jamais eu peur du contact avec mes compatriotes», a déclaré le candidat après l'altercation. «Il y a ceux qui contestent la démocratie et ceux qui l'incarnent comme les hommes politiques. La démocratie ne peut pas être la violence», a-t-il ajouté.

Dès son arrivée, Manuel Valls, accompagné du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, avait été accueilli par des huées de la part de manifestants hostiles.  

Les politiques de tous bords ont réagit à l'incident. L'écologiste Cécile Duflot a elle qualifié l'altercation «choquante et inacceptable». 


Gilbert Collard, du Rassemblement Bleu Marine, a lui déclaré : «Scandaleux ! Mais quand on laisse tout faire, tout arrive. De l'ordre et du respect, vite !»

L'ex-Premier ministre, qui avait annulé son meeting prévu à Rennes suite à des menaces de perturbation par des activistes de gauche, s'était reporté sur une visite à Lamballe pour y mener campagne.


Le 22 décembre dernier, Manuel Valls avait été copieusement enfariné aux cris de «49.3 on oublie pas !», en référence à l'adoption du projet de loi travail à l'époque où il était encore Premier ministre, lors d'un déplacement à Strasbourg. 

Lire aussi : Valls en meeting à Rennes le 16 janvier, une mission «suicide» dans un bastion contestataire ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales