«Proposer aux Français un chemin» : Manuel Valls se déclare candidat

«Proposer aux Français un chemin» : Manuel Valls se déclare candidat
Manuel Valls a déclaré sa candidature à la primaire de la gauche à Evry, photo ©Christian Hartmann/Reuters

Quatre jours après le renoncement de François Hollande, Manuel Valls s'est déclaré candidat depuis son fief d'Evry, appelant au rassemblement, et dénonçant la «régression» que représenterait François Fillon. Il présentera sa démission ce 6 décembre.

«Je suis ici dans ma ville de cœur, je suis candidat», a commencé Manuel Valls. Après s'être déclaré candidat, Manuel Valls s'est livré à un vibrant hommage de François Hollande, saluant sa décision de ne pas se représenter.

Il a ainsi assuré le président sortant la «chaleur de ses sentiments», pour «avoir engagé des réformes essentielles pour la France». «Je veux tout donner à la France qui m'a tant donné», a-t-il lancé depuis un pupitre portant le slogan : «Faire gagner tout ce qui nous rassemble».

Appel au rassemblement de la gauche comme des Français

Maintenant candidat, Manuel Valls a indiqué qu'il présenterait sa démission dès ce 6 décembre 2016, «en accord total avec le président». «Je quitterai mes fonctions dès demain car je veux, en pleine liberté, proposer aux Français un chemin». «Je n'ai jamais cédé à la tentation de l'individualisme, de quitter le collectif», a-t-il déclaré après s'être posé en recours de François Hollande depuis début octobre 2016.

«Dans ce monde nouveau et inquiétant, l'Etat a un rôle à jouer, un Etat qui protège les plus faibles», a-t-il martelé.

«Je suis candidat parce que je veux une France indépendante [...] face a la Russie de Vladimir Poutine», a-t-il déclaré, désignant également la Turquie, la Chine et l'Amérique de Donald Trump.

La droite : «des vieilles recettes des années 1980»

Déroulant une ébauche de son programme, Manuel Valls a rappelé son attachement au service public et l'Etat comme régulateur social, face à une droite qu'il voit comme un facteur de «régression». Je veux me battre dans cette campagne, contre son candidat [François Fillon]». Dénonçant la baisse du nombre des fonctionnaires promise par le candidat de la droite et du centre, Manuel Valls a accusé François Fillon de présenter «comme une avancée ce qui est un recul social généralisé».

Rassembler la gauche, oublier les «mots durs» de Manuel Valls

Manuel Valls a terminé son annonce de candidature en appelant au rassemblement de la gauche : «Ma candidature est celle de la réconciliation», a déclaré l'encore Premier ministre, concédant toutefois qu'il avait pu «avoir des mots durs» contre son camp. Avant de poursuivre : «Rien n'est écrit», manière de conjurer les sondages qui donnent la gauche battue dès le premier tour de la présidentielle. «Je ne veux pas que la France revive ce traumatisme, celui de 2002 de l'extrême droite au second tour [...] elle ruinerait les petites gens [...] elle nous ferait sortir de l'Europe».

Lire aussi : Démission probable de Valls : qui sont les favoris pour Matignon ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.