Saint-Etienne-du-Rouvray : un jeune de 22 ans arrêté en région toulousaine et placé en garde à vue

Des policiers en faction devant l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray© Jacky Naegelen Source: Reuters
Des policiers en faction devant l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray

Un homme a été interpellé le 8 août dans la région de Toulouse et placé en garde à vue dans l'enquête sur l'assassinat du prêtre égorgé fin juillet à Saint-Etienne-du-Rouvray par deux djihadistes, a-t-on appris de source judiciaire.

Né le 17 août 1994, l'homme était toujours en garde à vue le 10 août. La garde à vue peut durer jusqu'à quatre jours. Selon une source policière, il a été en contact avec les deux tueurs du père Jacques Hamel dans son église située près de Rouen.

Lire aussi : Une mineure «très radicalisée», qui se disait prête à commettre un attentat, présentée à la justice

Le 26 juillet dernier, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean ont fait une prise d'otage au cours de laquelle le prêtre a été égorgé. Les deux djihadistes ont ensuite été abattus par les forces de l'ordre. L'attaque a été revendiquée par l'organisation terroriste Etat islamique.

Les deux jeunes hommes, qui vivaient à 700 kilomètres de distance, avaient fait connaissance quelques jours avant leur passage à l'acte via la messagerie cryptée Telegram.

Dans cette affaire, un cousin d'Abdel Malik Petitjean, Farid K., a été mis en examen et écroué le 31 juillet. Né à Nancy, cet homme âgé de 30 ans «avait parfaitement connaissance, si ce n'est du lieu et du jour précis, de l'imminence d'un projet d'action violente de son cousin», selon le parquet de Paris qui a ouvert une information judiciaire, confiée à des juges antiterroristes.

Plusieurs autres personnes, dont les noms sont apparus dans d'autres enquêtes, intéressent aussi à divers degrés les enquêteurs ou ont été mises en examen.

Lire aussi : Rouen : les funérailles de l'abbé Hamel rassemblent des milliers de personnes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales