Une mineure «très radicalisée», qui se disait prête à commettre un attentat, présentée à la justice

La messagerie Telegram est souvent utilisée par les djihadistes pour communiquer © Dado Ruvic Source: Reuters
La messagerie Telegram est souvent utilisée par les djihadistes pour communiquer

Une mineure de 16 ans, qui se disait prête à commettre un attentat en France, a été présentée à la justice le 8 août en vue d'une mise en examen, a-t-on appris de source judiciaire.

L'adolescente avait été interpellée le 4 août dans le cadre d'une opération antiterroriste à Melun (Seine-et-Marne).

«Très radicalisée», elle était administratrice d'un groupe sur la messagerie chiffrée Telegram, où «elle a relayé des appels à la commission d'un attentat et a également exprimé son intention de passer à l'acte», a précisé une source proche de l'enquête.

Lire aussi : Attentats à la voiture piégée, ultra droite... les nouvelles menaces sur la France selon la DGSI

La messagerie Telegram est régulièrement utilisée par les sympathisants de l'Etat islamique pour discuter mais aussi planifier des opérations terroristes. Les deux assassins du père Jacques Hamel, égorgé à Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet, avaient un compte sur ce réseau social et s'étaient ainsi rencontrés avant de perpétrer leur prise d'otage sanglante.

Lire aussi : Prêtre égorgé : les deux djihadistes se sont rencontrés quatre jours avant les faits sur Telegram

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales