Rouen : les funérailles de l'abbé Hamel rassemblent des milliers de personnes

Source: Reuters

Une semaine après l'attaque des terroristes dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray qui a coûté la vie au prêtre Jacques Hamel le 26 juillet, la cérémonie funèbre en son honneur a déplacé les foules.

Près de 2 000 personnes se sont pressées à la cathédrale de Rouen pour accompagner à sa dernière demeure le prêtre Jacques Hamel, 85 ans, tué par des terroristes dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet. Parmi ceux qui sont venus rendre un dernier hommage au défunt figuraient le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et de nombreux responsables religieux, notamment des représentants du culte musulman.

Des musulmans aux funérailles Source: Reuters
Des musulmans aux funérailles

La cérémonie s’est déroulée sous haute sécurité et la pluie n’a pas présenté un obstacle pour les centaines de personnes qui l'ont suivie sur un écran géant, dans les rues sous des parapluies, la cathédrale ne pouvant accueillir tout le monde.

Source: Reuters

Des proches de l'homme d'Eglise se sont exprimés en prononçant des discours chargés d'émotion. L'archevêque de Rouen Dominique Lebrun a raconté aux fidèles qu’après avoir été blessé à la gorge, l'abbé Hamel a repoussé ses assaillants en répétant : «Va-t-en, Satan !»

«Le mal est un mystère. Il atteint des sommets d'horreur qui nous font sortir de l'humain», a-t-il conclu. L’archevêque a salué les fidèles musulmans et juifs présents dans le cathédrale et a appelé à la paix et la tolérance en disant : «Plus jamais ça.»

La sœur du défunt, Roselyne Hamel, l’a appelé : «Mon frère, notre frère à tous.» Elle a confié à l'assemblée que, lors de son service militaire en Algérie, il avait renoncé à un poste plus élevé, car dans ce cas-là il aurait dû donner ordre à des hommes de tuer d'autres hommes, ce qui était inadmissible pour lui.

Lire aussi : Prêtre assassiné : forte affluence de fidèles catholiques et musulmans dans la cathédrale de Rouen

La nièce de Jacques Hamel, Jessica Delporte, a fait part de son émotion, submergée par les larmes : «Après Charlie Hebdo, j'avais posté cette phrase : "Oh mon Dieu, puissions-nous garder tolérance et discernement". Je ne pensais pas devoir m'appliquer cette phrase avec autant de force.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales