Les intermittents manifestent devant le ministère du Travail, le théâtre de l'Odéon toujours occupé

© @Jonathan_RTfr

Les intermittents restaient toujours mobilisés ce lundi 24 avril afin de peser sur la dernière journée de négociation au ministère du Travail, qui devrait être décisive pour l'avenir de leur régime spécifique d'assurance chômage.

Alors que certains intermittents occupent toujours le théâtre de l'Odéon depuis dimanche soir, d'autres, rejoints par des militants de Nuit debout, se sont rassemblés, lundi, devant le ministère du Travail à Paris alors que se poursuit la dernière journée de négociations considérée comme décisive pour l'avenir de leur régime spécifique d'assurance chômage. Sur place, entre trois cents et quatre cents intermittents se sont rassemblés à l'appel de la CGT-Spectacle et la Coordination des intermittents et précaires (CIP) au début de la rue de Grenelle où des barrages filtrants avaient préalablement été mis en place par les CRS.

La négociation interne à la profession, en vue d'un accord qui doit être transmis à l'Unedic avant jeudi prochain risque de durer jusqu'à tard dans la soirée, le cadrage financier proposé le 24 mars par la partie patronale et signé par la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC (syndicats minoritaires dans le spectacle) étant une source de discorde. Celui-ci impose un effort global de 185 millions d'euros d'économies en année pleine d'ici à 2018 aux intermittents, mais suggère que l’Etat en compense une partie, à hauteur de 80 millions.

Profitant d'une pause dans les négociations, Denis Gravouil, secrétaire général de la CGT-Spectacle est venu à la rencontre des manifestants. «Il peut y avoir un accord avec nos employeurs ce soir mais si accord il y a, il ne reprendra pas la lettre de cadrage qui est inacceptable», a-t-il dit. «S'il n'y a pas d'accord, nous avons déposé pour jeudi des préavis de grève illimitée», a-t-il ajouté. «Ils sont reconductibles et nous approchons dangereusement de la période des festivals.»

Plus tard, les manifestants ont décidé de quitter le ministère du Travail et continuer leur manifestation devant le théâtre de l'Odéon occupé. 

Lire aussi : Des intermittents du spectacle occupent le théâtre de l'Odéon à Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales