«Bidule», «Enfumage» : le Conseil national de la refondation de Macron étrillé par l'opposition

«Bidule», «Enfumage» : le Conseil national de la refondation de Macron étrillé par l'opposition© Michel Euler / PISCINE Source: AFP
Le président français Emmanuel Macron s'adresse aux médias avant le lancement du Conseil national de la refondation (CNR) à Marcoussis, le 8 septembre 2022.
Suivez RT France surTelegram

Le Conseil national de la refondation a débuté le 8 septembre à Marcoussis, à huis clos. Les partis d'oppositions ont refusé d'y participer, le qualifiant de divers sobriquets : plan communication, contournement du Parlement, consultation factice...

Le 8 septembre à Marcoussis (Essonne) s'est réunie à huis clos la première rencontre du Conseil national de la refondation (CNR), souhaité par Emmanuel Macron. Ce nouveau comité Théodule a été boycotté par les oppositions politiques.

A gauche, l'ancien candidat du parti communiste (PCF) à la présidentielle, Fabien Roussel, se moque qu'Emmanuel Macron «installe aujourd'hui un "CNR" avec plus d’absents que de présents pour contourner le Parlement, affaiblir la démocratie sociale et en finir avec le paritarisme». «Nous n’en serons pas ! Nous serons à la Fête de l'Humanité pour débattre et faire vivre les Jours heureux», explique le député PCF.

Pour la chef de file des députés Insoumis (LFI), Mathilde Panot, «le bidule est devenu bide». «Le 49-3 à l’Assemblée et des bitoniaux à huis-clos. Ce n'est pas une discussion, c’est un soliloque», étaye l'élue du Val-de-Marne. Le Premier secrétaire du Parti socialiste (PS), Olivier Faure, confirme également que le PS ne souhaite pas participer «à la mise en place d’un Parlement de substitution, ni à une consultation factice qui aurait pour seule vocation de mettre en valeur votre politique».

A droite de l'échiquier politique, les critiques ont également fusé. Le président Les Républicains du Sénat, Gérard Larcher, a annoncé sur France Inter le 7 septembre son refus d'y participer, estimant que «la confusion des genres entre démocratie participative et démocratie représentative ne fera pas avancer les choses». Il a rappelé que c'était le rôle du Parlement d'incarner «la démocratie représentative», et qu'il existait déjà un «forum de la société civile» avec le Conseil économique, social et environnemental (Cese).

Interviewé sur Sud radio, le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a précisé que «dans la constitution, la souveraineté nationale appart[enait] au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum». «[Emmanuel] Macron a toujours piétiné le Parlement et n'a jamais consulté les Français. Je n’ai pas l’habitude de cautionner un tel enfumage», a-t-il argumenté.

L'eurodéputé du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella, a déclaré le 7 septembre que le RN avait également décliné «l'invitation d'Emmanuel Macron [car] l'avenir de la France se décid[ait] et se débat[tait] à l'Assemblée nationale». Sur Cnews le 8 septembre, il a soutenu qu'Emmanuel Macron essayait «de contourner les institutions». «Nous ne souhaitons pas participer au plan com’ du président de la République», a-t-il asséné.

L'ex-président François Hollande, jamais avare de piques envers son successeur, a aussi douté de la nécessité d'un «nouveau "machin"», en reprenant à plusieurs reprises – dont le 8 septembre sur France inter – à son compte une formule du général de Gaulle à propos de l'ONU.

L'ancien Premier ministre d'Emmanuel Macron et président du parti Horizons (centre droit, allié de la majorité), Edouard Philippe, a également décidé de ne pas se rendre au Conseil national de la refondation.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix