Bayrou nommé haut-commissaire au Plan, Macron bichonne un futur allié pour 2022

Bayrou nommé haut-commissaire au Plan, Macron bichonne un futur allié pour 2022© REGIS DUVIGNAU Source: Reuters
François Bayrou et Emmanuel Macron côte à côte jusqu'en 2022 ? (image d'illustration).

François Bayrou est nommé haut-commissaire au Plan. Avec 2022 en ligne de mire, tout semble penser qu'Emmanuel Macron souhaite ainsi remercier le président du MoDem, un soutien depuis le début du mandat. Cette promotion relève plus que du symbole.

Copinage ? Emmanuel Macron a officiellement nommé le 3 septembre, en conseil des ministres, le président du MoDem, François Bayrou, haut-commissaire au Plan. Le chef de l'Etat a-t-il vraiment eu le choix ? Il fallait trouver une fonction digne à celui qui permet à La République en marche (LREM) d'avoir encore une majorité absolue à l'Assemblée nationale, en comptant les 46 députés du fidèle MoDem.

L'attente fut en tout cas longue pour François Bayrou : près de trois ans à patienter pour obtenir une nouvelle place sur la scène nationale. D'autant plus qu'il a vu passer les remaniements sans que son parti ne soit réellement bichonné. Certes, Emmanuel Macron l'a bien remercié pour son appui lors de la présidentielle de 2017, en le nommant garde des Sceaux en mai de la même année. Mais le maire de Pau n'a été qu'un éphémère ministre de la Justice. Mis en cause dans une enquête sur de présumés emplois fictifs au sein du MoDem, le centriste a été contraint de démissionner après 34 jours de mandat. Mis sur la touche des différents gouvernements, il est d'ailleurs mis en examen dans la même affaire le 6 décembre 2019. Peu importe, Emmanuel Macron lui a donc trouvé un poste qui ne l'exposera que modérément. 

Est-ce que François Bayrou aura toutefois un rôle clé à la tête du Plan pour clore le quinquennat de 2022 ? Ou n'est-ce qu'un cadeau dans une sorte d'échange donnant-donnant ? En effet, Emmanuel Macron n'offre-t-il pas là un poste à François Bayrou en contrepartie d'un nouveau soutien pour la présidentielle de 2022 ? Cette nomination semble en tout cas être la marque de fabrique de l'ancien monde qu'Emmanuel Macron avait pourtant promis d'évincer lors de la campagne présidentielle de 2017. Même Ségolène Royal s'était vue nommée par le chef d'Etat en septembre 2017 dans un énigmatique organisme, pompeusement nommé «ambassadrice des pôles». Puis la macron-compatible Ségolène Royal s'est sentie poussée par de nouvelles ambitions politiques, tout en étant secouée par la révélation médiatique d'imposants frais de mission. Le conseil des ministres l'écarte de cette tâche en janvier 2020.

A deux ans de la présidentielle, un haut-commissaire au Plan est-il réellement utile ?

De fait, l'ancien monde s'intègre parfaitement dans la macronie. Sans parler de la personne nommée (député en 1986, ministre en 1993), tout porte à croire que François Bayrou dirigera, en définitive, un énième comité Théodule, le tout financé par des deniers publics. A l'origine, le Plan est néanmoins censé être central dans la politique publique. La planification dans ses grandes heures, créée en 1946 par Charles de Gaulle, était effectivement une institution visant à fixer un cap économique sur le long terme pour la France.

Lors de son discours de politique générale en juillet, le Premier ministre Jean Castex confesse regretter que «l'action de l'Etat est trop souvent réduite à la simple gestion des crises et des urgences». «Nous avons progressivement perdu notre capacité à nous projeter dans le long terme. À planifier une politique économique, à identifier les gisements de croissance futurs, à définir une perspective, à fixer un cap», affirme-t-il en outre. Tombé en désuétude et supprimé en 2006, le Plan revoit donc le jour.

Malgré tout, Emmanuel Macron n'a-t-il pas déjà fixé et maintenu un cap – en grande partie défini en 2017, malgré la crise sanitaire et économique, liée au Covid-19 ? L'exécutif tambourine en effet que la réforme contestée des retraites doit être poursuivie ; le second volet de la réforme de l'Assurance chômage est maintenu pour une application au 1er janvier 2021 ; l'Etat promet de nouvelles baisses d'impôts et de cotisations pour les entreprises ; la remise en cause des ordonnances travail de Muriel Pénicaud ne semble pas être à l'ordre du jour ; les orientations du plan de relance de plusieurs dizaines de milliards d'euros sont d'ores et déjà bouclées... Qu'est-ce que le Plan pourra bien changer à tout cela ?

Interrogé sur France 2 le 2 septembre, François Bayrou assure vouloir traiter de sujets qui «ne sont jamais abordés» comme la démographie, les bouleversements liés au numérique et la question du... temps de travail. Dans cette optique, il veut mettre les «chercheurs» et les «universitaires» au cœur de la réflexion.

Sceptique, l'économiste Gilles Raveaud explique sur RMC, le 2 septembre, que le «blabla de la planification n'a aucun sens à deux ans de l'élection, car le temps de mettre en place quoi que ce soit, il est évident que François Bayrou ne fera rien du tout».

A cela, François Bayrou propose de donner des «options» au gouvernement et «faire apparaître des sujets». Quant à savoir les échéances pour les premières «options» proposées par le haut-commissaire et la place de ces «options» dans la politique des futurs gouvernements... cela reste encore obscur.

La nomination de François Bayrou laisse aussi perplexe certains entrepreneurs, à l'instar de l'homme d'affaires Florent de Kersauson : «François Bayrou n’a aucune expérience ni aucune compétence pour ce job. Pourquoi ce cirque ?»

Le Plan, combien va coûter ce nouveau comité Théodule ?

Et comme tout comité Théodule, les deniers publics seront utilisés dans le cadre de la nouvelle mission, comme il l'est écrit noir sur blanc dans le décret, publié le 2 septembre au Journal officiel : «Les frais de déplacement et de séjour du haut-commissaire ainsi que ceux de ses collaborateurs peuvent être remboursés dans les conditions prévues par la réglementation applicable aux personnels civils de l'Etat [...] Le haut-commissaire au Plan est rattaché, pour sa gestion administrative et financière, au secrétariat général du Gouvernement. Les moyens de fonctionnement liés à sa mission, notamment les crédits de personnel, sont inscrits au budget du Premier ministre.»

A combien s’élève l'enveloppe destinée aux indemnités, rémunérations ou frais de mission de François Bayrou et de ses collaborateurs ? L'élu béarnais assure qu'il ne sera pas rémunéré pour cette tâche. France 2 dévoile que le haut-commissaire disposera tout de même de 200 collaborateurs et d'une enveloppe à hauteur de 150 millions d'euros.

Bastien Gouly

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»