Des ONG et des députés dénoncent la visite «choquante» du prince saoudien Mohammed ben Salmane

- Avec AFP

Mohammed bin Salman salue le président des Emirats arabes unis alors qu'il quitte l'aéroport international King Abdulaziz le 16 juillet 2022© UAE's Ministry of Presidential Affairs Source: AFP
La venue du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane en France a fait réagir plusieurs députés, le 28 juillet 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La visite en France du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane provoque l'indignation de plusieurs députés de gauche ainsi que des ONG Amnesty et RSF. Du côté de la majorité présidentielle, Aurore Bergé plaide la «nécessité» du «dialogue».

L'ancien candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot a critiqué ce 28 juillet la visite à l'Elysée du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, approuvée au contraire par la députée de la majorité présidentielle Aurore Bergé au nom de la «nécessité» du «dialogue».

Pour sa première visite en Europe depuis l'assassinat en 2018 du journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien d'Istanbul, Mohammed ben Salmane est en effet reçu par la président français Emmanuel Macron pour un «dîner de travail».

«Au menu du dîner entre Emmanuel Macron et MBS le corps démembré du journaliste [Jamal] Khashoggi ? Le chaos climatique ? La paix et les droits humains ? Le jour du dépassement ? Non ! Du pétrole et des armes ! L'exact opposé de ce qu’il faut faire !», a dénoncé sur Twitter l'eurodéputé EELV.

«Je crois qu'il est important que le président de la République française puisse recevoir un certain nombre de ceux qui sont de facto ses interlocuteurs [...] d'autant plus dans le contexte que l'on connaît, lié à la crise ukrainienne et aux enjeux énergétiques majeurs que nous avons», a au contraire plaidé sur Franceinfo la chef de file des députés Renaissance (ex-LREM) Aurore Bergé.

«Discuter avec l'ensemble des pays du Golfe me paraît une nécessité absolue, ça ne veut pas dire que vous oubliez les sujets [...] qui sont essentiels en termes de valeurs et de droits de l'Homme, mais vous avez la nécessité d'entretenir évidemment un dialogue», a-t-elle ajouté. «On a besoin aussi de continuer à avoir un dialogue approfondi avec l'ensemble des pays du Golfe, et vous devez le faire, y compris évidemment avec le président saoudien», a-t-elle insisté.

Autant d'argument qui ont peu convaincu, aussi bien dans la sphère politique que chez les organisations non-gouvernementales. La députée Nupes Sandrine Rousseau a par exemple accusé l'Elysée de cynisme, en énumérant les différentes exactions attribuées à Mohammed ben Salmane en concluant par «MAIS [il] a du pétrole DONC est reçu à l’Elysée».

Sa collègue Lisa Belluco a pour sa part pointé du doigt l'écart supposé entre l'urgence écologique et l'agenda politique d'Emmanuel Macron, s'en référant notamment au très symbolique «jour du dépassement» : «Aujourd’hui, c’est le jour du dépassement. A partir de ce jour l’humanité vit à crédit, consommant plus de ressources que ce que la planète est en capacité de renouveler en un an. Et pendant ce temps là, Emmanuel discute pétrole et armes avec MBS… quel sens des priorités !»

Lutte ouvrière a également fustigé cette visite officielle du prince saoudien : «Macron reçoit MBS ce soir : La décapitation des opposants ? Pas grave. La guerre et la famine au Yémen ? On vend des canons. L'intégrisme ? La laïcité c'est juste pour viser les immigrés. Les discours des dirigeants français sur les droits de l'homme passent après les affaires.»

L'ONG Amnesty International a publié un fil sur Twitter énumérant également les nombreuses violations des droits de l'Homme dont l'Arabie Saoudite est accusée, mais en dénonçant aussi l'usage des armes vendues par la France, qui seraient utilisées «contre des civils au Yemen» : «Après le président émirati, au tour de Mohammed ben Salmane, prince héritier d'Arabie saoudite, de rendre visite à Emmanuel. Le Royaume de Riyad est l’un des principaux clients de la France en matière de ventes d’armes.»

«Le journaliste saoudien avait notamment appelé à rendre au royaume sa "dignité" en mettant fin à la guerre "cruelle" au Yémen, ou encore dénoncé les nouvelles vagues d'arrestations [en Arabie saoudite] consécutives à l'intronisation de MBS», a pour sa part rappelé Reporters sans frontières (RSF) dans un communiqué

«MBS peut apparemment compter sur Emmanuel Macron pour le réhabiliter sur la scène internationale malgré le meurtre atroce du journaliste Jamal Khashoggi, la répression impitoyable des autorités saoudiennes contre toute critique, crimes de guerre au Yémen», a tancé sur Twitter la directrice pour la France de Human Rights Watch, Bénédicte Jeannerod. Son retour en grâce auprès de chefs d'Etat occidentaux est «d'autant plus choquant que nombre d'entre eux ont exprimé à l'époque leur dégoût [pour le meurtre de Khashoggi] et leur engagement à ne pas ramener MBS dans la communauté internationale», a-t-elle ajouté.

La fiancée de Jamal Khashoggi s'est elle-même dite «scandalisée» : «Je suis scandalisée et outrée qu'Emmanuel Macron reçoive avec tous les honneurs le bourreau de mon fiancé», a ainsi réagi Hatice Cengiz dans un message rédigé en français adressé à l'AFP.

Une plainte déposée à Paris à l'encontre Mohammed ben Salmane

Une plainte pour complicité de torture et de disparition forcée a par ailleurs été déposée à Paris contre le prince héritier. Cette plainte de 42 pages affirme que MBS «est un complice de la torture et de la disparition forcée de Jamal Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre 2018» et qu'il «ne bénéficie pas de l'immunité de poursuite car, en tant que prince héritier, il n'est pas chef d'Etat», selon l'ONG Democracy for the Arab World Now et l'association Trial International. 

Cette visite de Mohammed ben Salmane, survient après celle d'Emmanuel Macron à Jeddah, en Arabie Saoudite, en décembre 2021. Elle marque aussi le retour sur la scène internationale du prince héritier, qui a accueilli il y a deux semaines  en Arabie saoudite le président Joe Biden, qui l'avait pourtant précédemment désigné comme un «paria». MBS en avait en effet été banni par les pays occidentaux, après le meurtre et le démembrement en 2018 du journaliste saoudien critique Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanbul, dont le prince héritier a été accusé d'être le commanditaire. Derrière ce revirement, la volonté du 46e président des Etats-Unis de limiter la hausse du prix des hydrocarbures pour les consommateurs américains, à presque trois mois des élections de mi-mandat. 

Le contexte du conflit en Ukraine et de l'envolée des prix de l'énergie a incité les pays occidentaux à revoir leurs relations avec l'Arabie Saoudite, premier exportateur mondial de pétrole brut, qu'ils cherchent à convaincre d'ouvrir les vannes afin de soulager les marchés et limiter l'inflation. Cependant, Riyad résiste pour l'heure aux pressions, invoquant ses engagements vis-à-vis de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix