Biden a sur les mains «le sang» des victimes du pouvoir saoudien, selon la fiancée de Khashoggi

- Avec AFP

Biden a sur les mains «le sang» des victimes du pouvoir saoudien, selon la fiancée de Khashoggi© MEDIA OFFICE OF MOHAMMED BEN SALMAN /BANDAR ALGALOUD Source: AFP
Le président américain Joe Biden et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane se saluent devant le palais royal à Jeddah, le 15 juillet.
Suivez RT France surTelegram

Le président américain Joe Biden, qui a rencontré Mohammed ben Salmane en Arabie saoudite, a «le sang» de la prochaine victime du prince héritier sur les mains, a tweeté la fiancée de Jamal Khashoggi, journaliste assassiné en 2018.

Imaginant ce que son compagnon aurait tweeté, la fiancée de Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz, a écrit sur le réseau social le 15 juillet en s'adressant à Joe Biden : «Est-ce là votre façon de faire rendre des comptes aux responsables de mon meurtre ? Le sang de la prochaine victime de MBS [surnom du prince héritier Mohammed ben Salmane] est sur vos mains.»

Jamal Khashoggi, chroniqueur du Washington Post critique du pouvoir saoudien, avait été tué et démembré le 2 octobre 2018 dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul alors qu'il venait chercher des papiers nécessaires à son mariage avec sa fiancée turque. Après son assassinat, Joe Biden avait promis de réduire la monarchie du Golfe au rang de «paria» et déclassifié un rapport concluant que le prince héritier avait «validé» ce meurtre.

Le président étasunien est pourtant arrivé le 15 juillet au palais royal de Jeddah, où il a salué Mohammed ben Salmane d'un «check» du poing, forme de salutations répandue depuis le Covid-19. «Le premier "check" entre le président Biden et Mohammed ben Salmane était pire qu'une poignée de main - cela était honteux», a déclaré Fred Ryan, directeur de la publication du Washington Post. Ce geste cordial «reflète un niveau d'intimité et d'aise qui offre à MBS la rédemption injustifiée qu'il cherchait», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Pour les médias américains comme pour la classe politique, ce voyage de Joe Biden avait avant tout pour but d’obtenir de la monarchie pétrolière qu’elle augmente sa production afin de faire baisser les cours mondiaux du pétrole. La hausse des prix du baril, résultat entre autres de la politique de sanctions de Washington contre Moscou, entraîne une inflation généralisée, source de fort mécontentement à quelques mois des élections de mi-mandat aux Etats-Unis.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix