Inégalités : 32 milliards d'euros épargnés par les 20% plus riches durant la crise sanitaire

Inégalités : 32 milliards d'euros épargnés par les 20% plus riches durant la crise sanitaire© Lionel BONAVENTURE Source: AFP
Des bénévoles du Secours catholique distribuent des petits-déjeuners à des personnes sans-abri durant le confinement, le 3 avril 2020 (image d'illustration).

Une étude du Conseil d'analyse économique montre que 50 milliards d'euros ont été épargnés entre mars et août 2020. «Près de 70% du surcroît de l’épargne ont été faits par 20% des ménages», soit les personnes gagnant plus de 3 125 euros par mois.

La pandémie creuse bel et bien les inégalités. Selon une étude publiée le 12 octobre 2020 par le Conseil d’analyse économique (CAE), instance placée auprès du Premier ministre et composée de huit économistes, les Français ont épargné 50 milliards d’euros entre mars et août, confinement et baisse de la consommation obligent. Fait notable, «alors que l’épargne est très au‐dessus de la normale pour les plus aisés en fin de période, elle est en dessous pour les plus modestes», indique le texte.

Pour précision, la Banque de France estimait la somme des épargnes à 85,6 milliards d’euros dans une note publiée en septembre. L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) chiffrait fin juin à 75 milliards d’euros l’épargne forcée entre mi-mars et début juillet.

300 000 ménages passés au crible

Pour se livrer à leur analyse, les économistes du CAE ont scruté les comptes bancaires de 300 000 ménages (strictement anonymisés) clients du Crédit Mutuel, ainsi que les données du groupement des cartes bancaires CB. Ils ont ainsi pu calculer «l’accumulation faite par les ménages depuis le confinement sur leurs comptes courants, comptes d’épargne, comptes d’assurance vie et comptes titres, nette des variations de leur dette».

Conclusion : «Le surcroît d’épargne des deux déciles les plus aisés s’élève en effet à 32 milliards d’euros» sur les 50 milliards d’épargne. «Près de 70% du surcroît de l’épargne ont donc été faits par 20% des ménages», démontre le CAE. Ainsi, les ménages dont le revenu est supérieur à 3 125 euros net par mois (6 250 euros pour un couple) sont ceux qui ont épargné le plus d’argent. Pourquoi ? Selon le CAE, la consommation des franges les plus riches va au-delà «des biens essentiels». Leurs dépenses en voyages, loisirs, restaurants et autres sorties et activités culturelles a drastiquement diminué, leur permettant d’accumuler des montants importants. «Plus les personnes sont aisées et plus leur consommation a baissé sur toute la période», détaille l’étude. De plus, un «moindre recours au crédit» (inutile en période de confinement) a permis aux plus aisés de ne pas s’endetter.

Inversement, les personnes les plus modestes occupant des emplois précaires ou placées en situation de chômage partiel ont dû «désépargner», et donc dépenser de l’argent jusque-là économisé afin de subvenir à leurs besoins essentiels, notamment durant les deux mois de confinement.

Une situation qui met à mal le souhait du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, de voir les Français dépenser. «Le vrai défi, c’est moins d’aller dépenser plus d’argent public que d’inciter tous les Français à investir dans l’économie pour relancer cette machine», exprimait-il sur le plateau du 20h de France 2 en septembre.

Appel à «renforcer l’arsenal de nos transferts à l’égard des ménages les plus modestes»

Les tendances de consommation et d’épargne s’étant prolongées durant les mois d’été, Camille Landais, l’un des rédacteurs du rapport du CAE, appelle à «renforcer l’arsenal de nos transferts à l’égard des ménages les plus modestes, sinon nous aurons beaucoup de casse».

Comme soutien aux personnes des classes les plus précaires, le gouvernement a versé une aide exceptionnelle de 150 euros par ménage à 4 millions de foyers bénéficiaires du RSA ou des aides au logement, ainsi que 100 euros supplémentaires pour chaque enfant à charge.

Les départements ont déboursé des sommes en augmentation de 9,2% en août 2020 par rapport au même mois de l’année précédente. «C’est une première tendance, mais c’est une augmentation tout à fait significative et inhabituelle […] C’est du jamais vu», explique dans L'Humanité un communiqué de l’Assemblée des départements de France.

Des mesures qui n’ont pas empêché les associations de solidarité d'affronter un afflux de demandes. Le Secours populaire raconte avoir aidé environ 1,3 million de personnes pendant le confinement (contre 3,3 millions sur toute l’année 2019). Parmi elles, 45% n’avaient jamais eu recours à l’association. En juillet, les banques alimentaires alertaient d'une augmentation de la demande de 20% chaque mois par rapport à la normale, depuis le mois de mars.

Cette précarité inquiète, d'autant plus au regard des 800 000 emplois qui pourraient disparaître selon une déclaration de Bruno Le Maire durant une audition devant la commission des finances de l'Assemblée nationale, le 10 juin. «Notre évaluation est que nous aurons d'ici les mois prochains la suppression de 800 000 emplois, c'est-à-dire 2,8% de l'emploi total», présageant ainsi un pic de chômage à 11,5% à la mi-2021.

Maïlys Khider

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»