Se dirige-t-on vers un nouveau bras de fer entre Rome et Bruxelles ?

Se dirige-t-on vers un nouveau bras de fer entre Rome et Bruxelles ?© Vassili Maximov Source: AFP
Drapeaux de l'Union européenne et de l'Italie.

Rome et Bruxelles avaient trouvé un accord en décembre dernier sur le budget de l'Italie. Mais la Commission semble toujours inquiète de la situation économique du pays et dit s'attendre à de nouvelles difficultés dans les mois à venir.

Après le feuilleton très agité de l'automne dernier autour du budget de l'Etat italien que l'UE avait rejeté, un compromis a minima avait finalement été trouvé entre Rome et Bruxelles : mais la Commission semble s'attendre à de nouveaux remous. Dans un entretien accordé à l'édition dominicale du quotidien allemand Die Welt, son vice-président, Valdis Dombrovskis, a fait part de ses craintes.

Ces dernières se concentrent principalement sur les divergences de vue avec Rome quant à ses prévisions de croissance, qu'il juge «trop optimistes». L'Italie a enregistré en 2018 une croissance de 0,9% de son Produit intérieur brut (PIB), avec un net ralentissement en fin d'année puisque le pays est entré en récession technique au second semestre. Or, pour l'année à venir, le gouvernement italien prévoit une croissance de 1%. De son côté, le Fonds monétaire international (FMI) table seulement sur une hausse de l'activité économique de 0,6% et la Commission européenne de 0,2%.

Concrètement, Bruxelles reproche toujours à Rome le niveau de sa dette publique qui, à plus de 130% du PIB national, dépasse largement la limite de 60% fixée dans l'Union européenne. «Il est important que le ratio de la dette diminue enfin», martèle Varis Dombrovskis, soulignant que d’autres pays européens sont parvenus à le faire dans des périodes économiquement plus favorables.

Or, la situation économique de la péninsule ne rassure par la Commission européenne. «Je suis vraiment inquiet pour l'Italie : dans aucun autre Etat membre de l'UE, l'économie ne s'est autant contractée», explique Valdis Dombrovskis. Pointant du doigt l'augmentation des taux d'intérêt et une baisse de la confiance des investisseurs dans ce pays, Valdis Dombrovskis juge la situation «problématique» car «le programme de dépenses du gouvernement, qui n'a été que reporté en 2019, va pleinement peser sur la budget de l'année prochaine».

De nouvelles discussions à venir

En conséquence, le vice-président letton de la Commission dit s'attendre à «des discussions difficiles» avec Rome, tout en annonçant que la Commission s'apprêtait à faire un nouveau bilan avec le gouvernement italien au début du mois de juin, afin notamment de discuter des prochaines étapes. Mais Bruxelles veut toutefois se montrer optimiste : «Nous avons également eu des discussions difficiles avec les gouvernements précédents et, en fin de compte, ils ont trouvé des solutions pour limiter la dette», précise Valdis Dombrovskis.

Toutefois, le gouvernement italien a la particularité d'être composé de membres de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles (M5S), deux formations politiques relativement hostiles à Bruxelles. En outre, les échanges plus que houleux entre l'Italie et l'UE au cours des mois passés, même s'ils ont permis de trouver un accord par lequel le gouvernement acceptait de revoir à la baisse son déficit, le faisant passer à 2,04% contre 2,4% initialement, ont suscité de vives crispations de l'autre côté des Alpes. 

En outre, les deux vice-présidents du conseil Luigi Di Maio (M5S) comme Matteo Salvini (Ligue) ont maintes fois promis de ne pas changer de cap et d'appliquer leur programme économique. Le budget 2019, adopté fin décembre par Rome, comprenait une enveloppe de plusieurs milliards d'euros pour des réformes sociales, notamment avec l'introduction d'un revenu de citoyenneté, censées sortir des millions de personnes de la pauvreté. Autant de dépenses qui doivent permettre de relancer la croissance... mais que l'UE juge dangereusement coûteuses.

Lire aussi : L’Italie et l’UE : sourires, valse viennoise et poignards ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»