Le raffineur chinois Dongming renonce au brut américain pour des importations de pétrole iranien

Le raffineur chinois Dongming renonce au brut américain pour des importations de pétrole iranien Source: Reuters
Un cargo pétrolier amarré au port de Yangzhou, dans la province chinoise de Jiangsu en 2016 (illustration).

Face aux pressions commerciales américaines, la Chine pourrait s’en prendre au pétrole américain. L’Inde, dont la position est hésitante, serait insuffisante à rééquilibrer le marché des exportations américaines vers l’Asie.

Dongming Petrochemical, un raffineur chinois indépendant, a déclaré avoir stoppé les achats de brut aux Etats-Unis pour se tourner vers des importations iraniennes dans un contexte de tensions commerciales croissantes entre Pékin et Washington.

Dongming Petrochemical emploie près de 6 300 personnes, possède des actifs d’un montant total de 30 milliards de yuans (3,8 milliards d’euros) et revendique une capacité de traitement de 15 millions de tonnes par an, selon le site web de l'entreprise.

Sa décision fait suite aux menaces du gouvernement chinois de répondre aux tarifs de douanes imposés par les Etats-Unis à ses exportations par une taxe de 25% sur le brut américain. Les autorités chinoises prévoient en effet d'imposer des droits de douane sur les importations de brut américain et de les remplacer par du pétrole en provenance d'Afrique de l'Ouest et du Moyen-Orient, y compris d'Iran. 

La Chine est le deuxième plus grand client du brut étasunien avec des importations qui ont atteint 400 000 barils par jour au début du mois de juillet 2018.

Le 6 juillet, des droits américains de 25% sur 34 milliards de dollars d'importations chinoises sont entrés en vigueur. Le gouvernement chinois a immédiatement répondu en décrétant des droits de douane sur la même valeur d’importations américaines, allant du soja aux voitures.


Le pétrole américain ne figure pas sur la liste des 545 produits ciblés par le gouvernement chinois mais il est répertorié comme produit américain qui fera l’objet d’une taxe d'importation à une date ultérieure non précisée.

L’effet pourrait se ressentir sérieusement pour les producteurs de brut américains dont la Chine, avec des importations d’une valeur désormais estimée à un milliard de dollars par mois, est devenue le second client après le Canada. La Corée du Sud qui, elle, a décidé de cesser ses importations de brut iranien, serait insuffisante à absorber le surplus.

Quant à l’Inde, malgré des augmentations récentes de ses importations de brut américain, sa position reste incertaine. L’Economic Times of India rapportait pour la première fois le 15 juin que l'Inde envisageait de payer le pétrole iranien en roupies en utilisant un canal bancaire non exposé au dollar américain, après l’annonce faite aux raffineurs par la State Bank of India de son refus de couvrir les paiements à l’Iran au-delà du 4 novembre.

Le même quotidien économique indien de référence prévenait fin juin que les sanctions contre l’Iran pourraient devenir «un problème majeur dans les relations diplomatiques indo-américaines qui ont atteint dernièrement leur niveau le plus bas».

Lire aussi : Pour Trump, l'UE fait autant de «mal» aux Etats-Unis que la Chine, «sauf qu'elle est plus petite»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter