L'Inde tient tête aux sanctions américaines et compte bien acheter des S-400 à la Russie

L'Inde tient tête aux sanctions américaines et compte bien acheter des S-400 à la Russie© Alexey Sazonov Source: AFP
S-400 russes

Considérant les sanctions de Washington contre Moscou comme des mesures unilatérales ne devant pas s'appliquer à son pays, le ministre de la Défense indien a rappelé son attachement aux relations de défense entre la Russie et l'Inde.

L'Inde se considère comme un pays souverain et tient à le faire savoir. La ministre indienne de la Défense, Nirmala Sitharaman, a déclaré à plusieurs journalistes venus l'écouter dans son bureau de New Delhi, que les sanctions prises unilatéralement par les Etats-Unis contre la Russie relevaient «du droit américain et non du droit des Nations unies».

En l'occurrence, les sanctions américaines, qui prévoient de s'en prendre aux Etats engageant des dépenses auprès de compagnies d'armement russes, pourraient menacer le contrat en passe d'être passé entre Moscou et New Delhi pour une valeur de 4,87 milliards d'euros. L'Inde a en effet fait l'acquisition de cinq S-400. 

«Notre relation de défense avec la Russie remonte à plusieurs décennies», a rappelé Nirmala Sitharaman pour justifier l'attachement de l'Inde à ce contrat qui est en phase de finalisation. Il devrait être symboliquement ratifié lors d'un sommet à l'occasion duquel se rencontreront le Premier ministre indien Narendra Modi et le président russe Vladimir Poutine en octobre en Inde. 

Le système anti-aérien S-400 est le plus avancé de ceux que la Russie exporte. Il est capable d'atteindre des objectifs situés jusqu'à 400 kilomètres et des missiles balistiques jusqu'à 60 kilomètres. L'Inde n'est pas le seul pays intéressé par les S-400 : la Turquie fait également l'objet de pressions de la part des Etats-Unis. Le Sénat des Etats-Unis a approuvé à la fin du mois de juin une modification du budget de la Défense pour 2019 qui prévoyait la cessation de la participation de la Turquie au programme de production du chasseur américain F-35. Néanmoins, les deux premiers chasseurs ont déjà été remis à Ankara.

Lire aussi : Téhéran donne deux mois à Total pour obtenir l'autorisation de Washington de rester en Iran

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter