Patrick Le Hyaric : «Lénine n’est pas l’inventeur de la terreur. Lénine n’est pas Staline»

Patrick Le Hyaric : «Lénine n’est pas l’inventeur de la terreur. Lénine n’est pas Staline» Source: Sputnik
Vladimir Lénine, mars 1919

A l’occasion du 150e anniversaire de naissance du fondateur de l’URSS, Patrick Le Hyaric, directeur du journal L'Humanité et membre du PCF, s’est exprimé sur la perception française de la figure de Lénine et le rôle de son héritage révolutionnaire

RT France : 150 ans après la naissance de Lénine, que signifie cette date aujourd’hui ?

Patrick Le Hyaric (PLH) : Cette date malheureusement est très peu commémorée, très peu mise en évidence. Pourtant nous avons affaire à un homme qui est à la fois un penseur, un philosophe et un homme d’action, un homme de gouvernement puisqu'il a dirigé la Russie et l’Union soviétique. 

RT France : Qu’est-ce que la figure de Lénine incarne aujourd’hui pour les Français ?

PLH : L’imagerie générale, je pense, elle n’est pas positive. Parce que ce qu'a fait Lénine n’est pas du tout connu. C’est-à-dire que le travail de recherche, le travail philosophique de Lénine est très peu connu. Marx et Engels sont de ce point de vue plus connus que lui. Lénine est connu dans le milieu progressiste, dans le milieu de la gauche, mais dans la jeunesse d’aujourd’hui malheureusement sa figure est très peu connue, moins connue que le Che par exemple. Seulement c’est une injustice parce que c’est la personnalité, avec son équipe, qui a déclenché la révolution visant une transformation sociale et démocratique la plus importante qui soit. 

RT France : Connait-on moins Lénine aujourd'hui qu'il y a quelques décennies ?

PLH : Je ne sais pas, je ne peux pas répondre avec certitude à cette question. Il y a un double phénomène si vous voulez, c’est qu’il y a eu une bataille acharnée dans une partie de l’intelligentsia de droite et peut-être sociale-démocrate française contre la révolution russe, contre la révolution de 1917. Cela a même atteint des fractions importantes de la social- démocratie. Et aussi le dénigrement de Lénine, puisqu’il a été faussement dit qu’il y avait des prémisses de la gouvernance de Staline dans Lénine, ce qui est totalement faux. Lénine s’est bien plaint du fait qu’il n’a pas pu réaliser ce qu’il voulait faire. Il a même dit, et Gorki (Maxime Gorki est un célèbre écrivain russe proche de Lénine et des révolutionnaires, ndlr.) le rapporte: «Notre chemin est effroyable», parce que la guerre civile lui a été imposée par la contre-révolution. Et évidemment les dispositions dites de «terreur» l’ont été dans un contexte comme celui-là. Lénine n’est pas l’inventeur de la terreur. Lénine n’est pas Staline. Et cette confusion, qui a été entretenue, a noirci je pense bien trop l’image de Lénine.

RT France : Que devrait-on retenir de l'histoire de Lénine, de son parcours politique ? 

PLH : D’abord, sa méthode de gouvernement, [qui] n’est pas celle de Staline, est une méthode bien plus démocratique qu’on l’a dit. Sa façon de vivre est une façon extrêmement modeste. Même quand il a dirigé la révolution et le gouvernement russe et de l’Union soviétique, il vivait, certes, au Kremlin, mais il vivait extrêmement modestement. Troisièmement, contrairement à ce qui est souvent dit, il n’est pas quelqu’un de buté, il n’est pas quelqu’un qui élimine son opposition. Lénine a toujours fait avec des gens qui dans son propre parti sont restés à ses côtés, notamment Kamenev ou Boukharine avec qui il a eu des profonds désaccords. Ils ont toujours été appelés à rester dans cette majorité. Les différences se réglaient bien par la confrontation démocratique même si cela ne plaisait pas toujours à Lénine d'êtrecontredit. Et puis il y a ces allers-retours, par exemple quand il lance la nouvelle politique économique, la NEP. Il y a un constat qu’on ne peut pas passer du féodalisme au communisme sans avoir une phase précapitaliste ou capitaliste au sens d’accumulation du capital. Et il a travaillé là-dessus. Il y a ainsi des va-et-vient qui certes sont peut-être apparus aux yeux des gens comme des contradictions, comme une ligne qui n’est pas droite, mais c’est plutôt la recherche. Et pour moi personnellement c’est plutôt en faveur de Lénine.

RT France : Et s'il n'y avait pas le confinement, est-ce que des commémorations auraient été prévues en France ?

PLH : Non, malheureusement, je crois qu’il n’y aurait pas eu grand-chose. Je crois que c'est un tort. Quoi qu’on pense par ailleurs parce que le fait qu’il y ait commémorations suscite le débat, et le fait qu’il y ait un débat c’est toujours extrêmement positif pour les uns et les autres. La confrontation d’idées permet à tout le monde d’évoluer. Moi, j’étais frappé il y a quelques mois par un livre d’un ami, qui est décédé d’ailleurs de cette fameuse épidémie, qui s’appelle Lucian Sève (philosophe français d'inspiration marxiste et militant politique, ndlr). Ce petit livre [intitulé] Octobre 1917. Une lecture très critique de l'historiographie dominante de ce point de vue est très important [car il] combat une certaine histoire donnée par les chercheurs italiens et français. Malheureusement il est décédé, mais j’aurais eu plaisir à ce que ces historiens débattent entre eux. Il serait très intéressant qu’il ait eu ce débat à cœur ouvert.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»