Explosion à Kaboul : le résultat de la décision des Etats-Unis de ne pas éliminer les taliban ?

Explosion à Kaboul : le résultat de la décision des Etats-Unis de ne pas éliminer les taliban ?© Omar Sobhani Source: Reuters
Des voitures après l'explosion à Kaboul, le 31 mai 2017.

L'attentant dans le quartier diplomatique de Kaboul est probablement une réponse des taliban à la frappe américaine sur l'Afghanistan et pourrait faire partie d’une large offensive, juge l'analyste politique Marwa Osman.

RT : Peut-on dire que la récente explosion en Afghanistan dans le quartier diplomatique de Kaboul était un attentat terroriste ?

Marwa Osman (M. O.) : Exactement, étant donné que les taliban ont déclaré plutôt se préparer pour une large offensive de printemps. Les attentats qui ont précédé celui-là ont visé le marché et la ville Mazar-è-Charif, et ont tué plus de 135 soldats afghans. Je crois qu'un attentat majeur dans un tel endroit, dans la zone diplomatique la plus sécurisée de la capitale en dit long sur la sécurité. Cela peut être les représailles contre les Etats-Unis qui ont largué sur l’Afghanistan «la Mère de toutes les bombes» en avril dans le cadre d’une frappe contre Daesh. A l’époque nous avons entendu le Pentagone dire que la bombe visait les membres de Daesh, mais il semble que des millions de dollars ont été dépensés pour en tuer seulement 35. Je crois que cela est pour une grande partie lié aux taliban. Daesh et les taliban sont plus ou moins la même chose en Afghanistan, ils ne sont pas loin les uns des autres. 

Plus d’un tiers du pays échappe au contrôle du gouvernement

RT : Quelle réaction internationale peut-on attendre ?

M. O. : En ce qui concerne les Etats-Unis,le Pentagone a déjà fait pression sur le président Trump pour qu’il augmente le nombre des soldats qui seront envoyés sur le sol afghan. Maintenant ils auront le feu vert pour faire retourner des soldats et renforcer des opérations militaires en Afghanistan, pays qui souffre de la guerre depuis déjà 30 ans, et premièrement à cause de la participation américaine. Je crois que Donald Trump pourrait également demander à l’OTAN de renforcer sa présence militaire dans le pays, alors qu’il y a plus de 5 000 soldats de l’alliance en Afghanistan actuellement. Pour le gouvernement afghan, je ne pense pas qu’ils puissent réellement faire quelque chose, car plus d’un tiers du pays échappe à son contrôle. La menace ne va donc que s’aggraver, nous allons probablement voir d’autres attentats terroristes contre des civils, parce que les taliban pourront montrer qu'ils sont toujours là. Il faut attendre ce que diront les Etats qui interviennent dans les affaires de l’Afghanistan, parce que cela concerne non seulement le pays, mais toute la région.

Si les Etats-Unis avaient eu un plan pour chasser les taliban ou tout autre groupe terroriste ils auraient trouvé la capacité de le mettre en œuvre en moins d’un an

RT : Cela fait 16 ans que les Etats-Unis ont commencé une guerre contre le terrorisme en Afghanistan. Peut-on espérer que le problème soit résolu d’une manière diplomatique ou alternative ?

M. O. : Considérez la situation en Syrie, grâce à la coopération entre les forces aériennes de la Russie et l’armée syrienne arabe, Daesh a quasiment disparu, à l’exception de la province de Raqqa. Quand vous avez des opération militaires fermes et efficaces, vous avez des résultats rapides, vous voyez la différence entre deux ans et 16 ans.

Si les Etats-Unis avaient eu un plan direct pour chasser les taliban ou tout autre groupe terroriste, ils auraient trouvé la capacité de le mettre en œuvre en moins d’un an. Je suis certaine de ce que je dis, les capacités des Etats-Unis, en termes d’armement et de technologies, sont les plus modernes du monde.

Ce qu’il faut se demander, c’est qu’est-ce qui permet aux taliban de durer, qui leur fournit toujours des armes et un financement ? Les groupes sont connus, les Etats sont connus, les canaux le sont aussi. Mais la décision a été prise de ne pas éliminer ce groupe, parce que si ils étaient éliminés, les Etats-Unis devraient quitter la région, et c’est ce qu’ils ne veulent pas.

Du même auteur : L'Arabie saoudite élue à la Commission des droits des femmes - l'ONU complice de crimes

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.