Que trouve-t-on derrière l'attaque américaine contre la Syrie ?

Que trouve-t-on derrière l'attaque américaine contre la Syrie ?© Ford Williams Source: Reuters

Via l’administration Trump, les Etats-Unis ont agressé d'un énième Etat souverain du Moyen-Orient, prouvant par là que les néoconservateurs avaient réaffirmé leur domination de la politique étrangère américaine, estime le journaliste John Wight.

C’est un acte d’agression qui met fin à toute perspective de détente entre Washington et Moscou dans un avenir proche, et aggrave considérablement les tensions entre la Russie et les Etats-Unis non seulement au Moyen Orient, mais aussi en Europe de l’Est, où les troupes de l’OTAN mènent, dangeureusement proches de la frontière russe, des exercices militaires.

Face aux horribles images qui ont été diffusées depuis Idlib après l’attaque présumée au gaz sarin, les cris appelant à un changement de régime à Damas ont atteint leur paroxysme en Occident, hommes politiques et médias s'étant précipités pour attribuer la responsabilité de cette attaque au gouvernement syrien. Personne ne sait avec certitude ce qu'il s’est passé à Idlib, et c'est pourquoi une enquête indépendante aurait dû être menée à bien, pour la vérité comme pour la justice.

Seuls les plus naïfs d'entre nous pourraient croire que cette frappe aérienne américaine contre la Syrie a été opérée le sens de la justice à l’esprit. Comment cela pourrait-il être, alors que les bombes américaines ont récemment tué des civils, y compris des enfants, à Mossoul ? Et comment cela pourrait-il être, au regard des souffrances des enfants yéménites, sous les coups de la brutale campagne militaire de l’Arabie saoudite ?

Non, cette attaque américaine qui consisterait en 59 missiles Tomahawk lancés depuis des navires militaires en Méditerranée orientale, a été réalisée un changement de régime à l'esprit, créant un précédent qui ne peut qu'avoir de sérieuses conséquences pour toute la région.

Concernant l’attaque d’Idlib, ce que nous pouvons dire avec certitude est que, alors que les forces gouvernementales syriennes dominaient sur le terrain et que le gouvernement syrien faisait des progrès significatifs sur le front diplomatique, ordonner une attaque chimique quelle qu'elle soit, même de petite envergure, aurait relevé de l'automutilation. En fait, cela correspondrait aux actes d’un gouvernement ayant l’intention d’assurer sa propre disparition. Ce qui doit aussi être pris en considération est le fait que l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), organisation soutenue par les Etats-Unis, avait confirmé en juin 2014 que le processus de destruction du stock entier des armes chimiques avait été mené à son terme.

C’est un processus diplomatique qui vient de recevoir un énorme coup

En outre, les horribles images et témoignages de l'attaque d’Idlib provenaient de sources pro-opposition. Aucun journaliste occidental n’oserait mettre le pied à Idlib, ou même sur toute autre partie du territoire contrôlé par l’opposition en Syrie, sachant qu’une fois sur place, ils seraient enlevés et abattus.

Donald Trump a prouvé par cette intervention militaire unilatérale qu’il pouvait facilement être entraîné dans un conflit. Quelques jours seulement après les déclarations de son administration selon lesquelles le changement du régime en Syrie n'était plus au programme, selon lesquelles il fallait se focaliser sur la lutte contre le terrorisme, il ordonne un bombardement qui ne fera qu’enhardir les forces mêmes du terrorisme. Et ce alors qu’il insistait précédemment sur le fait que leur défaite était une priorité de sa politique étrangère.

Et maintenant ? Evidemment, cette action militaire place la Russie dans une position très difficile. Depuis son engagement dans le conflit en Syrie fin septembre 2015, à la demande du gouvernement du pays, Moscou a travaillé inlassablement pour atteindre un accord incorporant les forces d’opposition et les parties jugées modérées par rapport aux fanatiques salafistes djihadistes de Daesh et Al-Nosra. C’est un processus diplomatique qui vient de recevoir un énorme coup, l’opposition étant maintenant sans doute convaincue que le changement de régime est proche grâce à Washington et est donc encouragée à continuer.

Quant aux alliés régionaux de Washington – Israël, l’Arabie saoudite, le Qatar, et la Turquie (Erdogan s'attelant à toute personne qui tient le gouvernail) – ils appelleront probablement à intensifier l’action militaire contre Damas.

Détruire les pays pour les sauver, cela fait partie de l'histoire des empires de tous les temps. Mais comme l'histoire nous l'apprend, tout empire porte en lui-même les germes de sa propre destruction

Concernant Donald Trump lui-même : depuis le début de son mandat, en janvier, il subit des pressions excessives de la part des médias, des hommes politiques et des services de renseignement de Washington, et cette action lui procurera l'approbation nécessaire et, avec celle-ci, un répit. Les signes venant de son administration sont inquiétants depuis déjà un certain temps, à commencer par la démission forcée de Mike Flynn du poste de conseiller à la sécurité nationale en février, suivi par le récent départ de Steve Bannon du Conseil national de sécurité. Il s'agit là d'une preuve supplémentaire que les néocons ont réaffirmé leur position dominante vis-à-vis de la Maison Blanche après une lutte de pouvoir courte et intense.

Il est surprenant de voir que Washington manque de mémoire. Quatorze ans après la désastrueuse invasion américaine de l'Irak, qui n’a fait qu’ouvrir les portes de l'enfer d’où sont apparus Daesh et d'autres groupes salafiste-djihadistes, et six ans après avoir ruiné la Libye et déclenché une crise migratoire d'envergure biblique – nous voilà face à un autre acte d'agression contre un Etat souverain au Moyen-Orient de la part des Etats-Unis.

Détruire les pays pour les sauver, cela fait partie de l'histoire des empires de tous les temps. Mais comme l'histoire nous l'apprend, tout empire porte en lui-même les germes de sa propre destruction. Donald Trump est en train d'entrer dans l'histoire en tant que leader qui, au lieu de sauver les Etats-Unis d'eux-mêmes, n'a probablement que contribué à accélérer le processus de leur disparition.

Lire aussi : Atermoiements de Washington : Haley et Tillerson se contredisent sur le sort de Bachar el-Assad

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage