La fraude présumée lors de la primaire socialiste «jette le discrédit sur la classe politique»

La fraude présumée lors de la primaire socialiste «jette le discrédit sur la classe politique»© Van Der Hasselt Source: Reuters
Manuel Valls

Il s'est passé «quelque chose d'anormal», mais les résultats «semblent bel et bien correspondre à la volonté exprimée par les électeurs», estime le vice-président de Debout la France Dominique Jamet.

RT France : Selon Libération les derniers résultats de la primaire socialiste étaient faux. Il y a des doutes concernant le décompte des voix. Pensez-vous que le candidat issu de cette primaire sera légitime ?

Dominique Jamet (D. J.) : On n’y voit pas encore tout à fait clair dans cette affaire. Cela ne paraissait pas d’une complexité extrême, organiser une primaire. La droite et le centre l’avaient fait. Le Parti socialiste est un grand et vieux parti, on pouvait penser que cela ne poserait aucun problème – apparemment il y en a eu. Il semble qu’à l’origine de cette affaire, qui n’est pas encore complétement élucidée, il y a eu le souci de la part d’un certain nombre de membres de ce parti de faire en sorte qu’il y ait au moins 1,5-2 millions de votants. Ils étaient obsédés par l'idée que le niveau de participation soit très bas, car cela aurait été révélateur de l’état de faiblesse du Parti socialiste.

Est-ce un trucage ? Une manipulation ? Un cafouillage ? En tout cas, il y a eu quelque chose d’anormal, c’est évident. Le seul point sur lequel cette élection bizarre n’est pas attaquable, c’est que les résultats semblent bel et bien correspondre à la volonté exprimée par les électeurs du Parti socialiste. Il semble bien qu’ils aient voulu mettre Benoît Hamon en tête et Manuel Valls en deuxième position. Les candidats qui ont été défaits, mais qui ne semblent pas être mêlés à cette histoire, en sortent indemnes. Ce qui en sort diminué, c’est la réputation du Parti socialiste. Cette affaire jette le discrédit sur la classe politique et la politique en général. Mais, pour l’instant, les deux candidats sont considérés comme étrangers à ce qu'il s’est passé.

Je ne sais pas quand on aura les résultats et je ne sais pas si on les croira

RT France : Un nouveau décompte des voix aiderait-il à restaurer la réputation de cette primaire ?

D. J. : Ce qu’on aimerait savoir, c’est ce qui s’est exactement passé, qui en a été à l’origine. C’est facile de dire que cela a été un bug, mais c’est une manipulation malheureuse. On aimerait surtout savoir, sans contestation possible, s’il y a eu seulement une extrapolation des résultats ou si même les 350 000 voix mystérieuses qui sont apparues entre la fin de la soirée et la matinée suivante, existent en réalité. Si ces voix, qui auraient permis au Parti socialiste de dépasser 1,5 million de participants, étaient imaginaires, on commencerait à voir les choses d’une autre façon.

RT France : Pensez-vous, qu’on aura une réponse quant à l'origine de ces voix ?

D. J. : Je serais très curieux. Mais le Parti socialiste sort ridiculisé de cette affaire et, dans un pays comme la France, et dans une élection où participent 1,2-1,7 millions de personnes, les résultats auraient dû arriver dans la soirée. Je ne sais pas quand on aura les chiffres, ni si on les aura. Et je ne sais pas, si un jour on doit les avoir, si on les croira…

Lire aussi : De plus en plus orange : Manuel Valls se serait-il converti à la méthode Trump ?

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage