«Ce qui se passe aux Etats-Unis est émotionnel et pas rationnel»

«Ce qui se passe aux Etats-Unis est émotionnel et pas rationnel»© MANDEL NGAN Source: AFP
John Kirby

L'hystérie américaine au regard de la «propagande» russe est digne de l'époque de la crise des missiles de Cuba pour Larry Johnson. L'ex-membre de la CIA et du département d'État revient sur la soi-disante «menace russe».

RT : Les responsables américains ont cité un nombre d’organisations accusant les forces aériennes russes d’avoir attaqué cinq hôpitaux en Syrie. Ils prétendent avoir des sources crédibles sur le terrain. Pensez-vous que ces sources soient fiables ?

Larry Johnson (L. J.) : Je ne sais rien sur ces sources. Si ce sont les Casques blancs, je dirais que ces informations sont hautement suspectes, parce qu'ils ne sont qu'un instrument de propagande. A mon avis, c'est de la désinformation. Voir le spectacle et le comportement du contre-amiral John Kirby, c’est une honte, c’est répréhensible, c’est ignoble. Il est vraiment embarrassant de le voir occuper la position qui est la sienne et de s'être conduit comme il l'a fait fait. Ce n'est absolument pas professionnel et confine à l'incompétence.

John Kirby se comporte comme un enfant irrité

RT : Il est dans une situation difficile et il représente son pays mais c'est justement pour ça qu'il devrait rester calme, non ?

L. J. : Rester calme et répondre à la fichue question. C’est très simple. Il lance des affirmations de groupes non-nommés et évoque ensuite cinq hôpitaux. Une façon correcte de répondre aurait été de dire : «Je n’ai pas les noms des hôpitaux, nous allons les trouver». Il aurait pu se comporter comme un adulte. Au lieu de cela, il est comme un enfant irrité. Si mon enfant se comportait ainsi, j’aurais dû recourir à une punition corporelle. 

RT : Les forces aériennes russes n’ont opéré aucune frappe à Alep depuis 29 jours. Or, les tirs des rebelles continuent, frappant la partie ouest de la ville et les corridors humanitaires. Pourquoi accuse-t-on toujours la Syrie et la Russie, en oubliant l’autre partie ?

L. J. : Parce que l’autre partie n’a plus d’importance. J’ai 61 ans, j’ai vécu lors de la guerre froide, et je n’ai jamais vu une telle hystérie aux Etats-Unis contre la Russie. J’étais enfant à l’époque de la crise des missiles de Cuba, mais ces déclarations extrêmes, ces insultes adressées au président Poutine et à la Russie en général, l’idée que les Etats-Unis peuvent conduire des opérations militaires sur la frontière russe et ne pas être surpris par le fait que la Russie en soit préoccupée, cette rhétorique qualifiant la Russie d’être la menace la plus grave etc… J’ai été surpris que le nouveau président Donald Trump reconnaisse que si la Russie et les Etats-Unis travaillaient ensemble à lutter contre Daesh, on pourrait parvenir à contrer la menace extrémiste. Ce qui se passe aux Etats-Unis est émotionnel et pas rationnel, la raison ne peut l'expliquer. C'est un peu comme une maladie.

Les médias américains ne se donnent pas la peine de poser des questions simples et fondamentales, ils acceptent les affirmations de leur administration comme vraies, sans les contester

RT : Lorsque la correspondante de RT a demandé au porte-parole du département d’Etat américain de présenter des informations détaillées sur les présumées frappes contre les hôpitaux, il a refusé de le faire, en disant en même temps que RT n’était pas «dans la même ligne» que les autres médias participant à son point de presse. Que pensez-vous de sa réponse ?

L. J. : La BBC est également fondée par l’Etat. Je me souviens du bon vieux temps de la Pravda, quand il y avait un moulin à propagande soviétique. Maintenant, je vois ce même phénomène dans les médias américains. Ils sont tellement dans la poche de cette administration, qu’ils ne se donnent pas la peine de poser des questions simples et fondamentales, ils acceptent les assertions de cette administration comme vraies, sans les mettre en doute. S’ils croient vraiment que RT n’est pas un média légitime, ils n’auraient pas dû accréditer leur correspondante qui, à son tour, s’est comportée de façon très professionnelle et polie. 

Lire aussi : Celui qui gagne en Syrie gagne sur l'échiquier mondial

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage