Autorités syriennes : les rebelles ont utilisé des obus remplis de gaz toxiques à Alep

Autorités syriennes : les rebelles ont utilisé des obus remplis de gaz toxiques à Alep© capture d'écran de RT

Selon l'agence d'Etat syrienne, des rebelles auraient attaqué des positions du gouvernement à Alep, en Syrie, au moyen d'armes chimiques. Au moins une personne serait morte et 15 autres – dont des civils – auraient été blessées.

Le 30 octobre, des obus contenant des gaz toxiques ont été lancés par des combattants rebelles sur le district d'al-Hamdaniya, à Alep, contrôlé par les forces gouvernementales, a rapporté le média d'Etat syrien Sana. Si ce dernier n'a pas fait état de décès, la chaîne pan-arabe Al-Mayadeen a affirmé qu'au moins une personne avait péri dans cette attaque, tandis que 15 autres souffriraient de problèmes respiratoires après avoir inhalé le gaz libéré par les obus.

Capture d'écran d'une vidéo des conséquences de l'attaque chimique présumée à Alep-ouest

Les journalistes de RT en arabe, quant à eux, ont fait état de 36 cas de suffocation liés à ces tirs. «Leurs symptômes correspondent à ceux de personnes empoisonnées par du gaz chloré», a précisé à l'agence Ruptly un docteur de l'hôpital Al Razi d'Alep. «Il y a parmi les victimes des soldats, mais aussi des civils [...] Nous prenons soin d'eux, nous leur administrons de l'oxygène et leur fournissons des médicaments. Certains d'entre eux ont dû être hospitalisés», a-t-il ajouté.

«Une pluie d'obus nous est tombée dessus»

Après l'impact des obus, «les personnes affectées par le gaz», a confié un autre médecin à RT, ont affirmé avoir senti une odeur semblable à celle de piscines, un élément typique du gaz chloré.

Attention! Les images peuvent choquer

La salve d'obus a frappé une académie militaire dans la partie Ouest d'Alep. «Ils [les rebelles] nous ont tiré dessus au moyen de mortiers et ont attaqué nos positions avec des véhicules blindés. Nous étions encerclés. Une pluie d'obus nous est tombé dessus. Ils nous ont également lancé des substances toxiques», a décrit à l'une des victimes, portant un uniforme de l'armée syrienne. 

Les groupes rebelles mènent depuis trois jours une offensive particulièrement violente contre les zones d'Alep contrôlées par le gouvernement, frappant de manière indistincte au moyen de lance-roquettes et d'obus. Le 29 octobre, trois personnes sont mortes et environ 40 civils ont été blessés dans une série de bombardements rebelles sur des quartiers résidentiels de l'ouest de la ville.

Lire aussi : Syrie : six enfants tués par des tirs de roquettes à Alep 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales