«Google détermine le vainqueur dans 25% des élections dans le monde entier»

«Google détermine le vainqueur dans 25% des élections dans le monde entier»© Francois Lenoir Source: Reuters

L'algorithme de recherche de Google jouerait «un rôle crucial dans le résultat des élections où les candidats ont des chances égales de gagner», démontrent les recherches du psychologue américain Robert Epstein.

RT : Comment êtes-vous arrivé à la conclusion que le camp d'Hillary Clinton aurait des liens avec Google et manipulerait les requêtes ?

Robert Epstein (R. E.) : Ce que j’ai découvert d’abord, ce n’était pas nécessairement le fait que Google soutenait Hillary Clinton. Au bout de plusieurs années de recherches, j’ai compris qu'ils [Google] avaient la possibilité d'influencer les résultats des élections, à savoir le choix des votants. Nous l’avons déterminé après quatre années d'expériences et de recherches avec la participation de plus de 10 000 personnes dans 39 pays. Des expériences très scrupuleuses nous ont permis de réaliser que la sélection d'informations favorisant l'un des candidats dans l'affichage des résultats de recherche sur Google pouvait aider ce candidat à acquérir environ 12% de la totalité des voix des citoyens indécis. Dans certains groupes démographiques cette proportion peut atteindre 80%.

Les gens ont une telle confiance dans les résultats de recherche, que si le moteur présente un candidat sous un jour favorable par rapport à l'autre, cela permettra au premier de récupérer des votes. Au cours de ces dernières années, beaucoup de gens ont reconnu l'existence d'une relation très étroite entre Google et Hillary Clinton. En plus, ces conclusions ne sont pas faites d’après mes recherches. Beaucoup d’enquêteurs ont remarqué l’existence de ce lien.

Le «big data» représente une menace pour la démocratie, pour la liberté humaine et pour les libertés civiles

RT : Avez-vous l'intention d’étudier les résultats de recherche sur Facebook et sur Twitter ? Dans cette élection, les réseaux sociaux semblent jouer un rôle encore plus important que le débat télévisé.

R. E. : Maintenant nous savons que Facebook pourrait apporter à Hillary Clinton quelque 600 000 voix le jour du scrutin, à l'insu de tout le monde. Tout ce qu’il y a à faire, c’est envoyer la notification aux partisans de Hillary Clinton en leur disant : «Venez voter.» Et après ce rappel beaucoup de gens se rendront aux urnes au lieu de rester à la maison.

Alors oui, nous avons étudié Facebook comme Twitter. Mais Facebook peut affecter 600 000 électeurs, alors que Google, de 2,6 à 10,4 millions…

RT : Avez-vous constaté des résultats anormaux, sensés influencer le résultat des élections, dans les résultats de recherche de Google dans d’autres pays ?

R. E. : Nous avons attentivement étudié un nombre de pays assez réduit. Nous avons observé les élections au Royaume-Uni en 2015, les élections nationales pour la Lok Sabha indienne [chambre basse du Parlement indien] en 2014. Maintenant, nous essayons de comprendre comment l'algorithme de Google donne la préférence aux candidats. Il fonctionne automatiquement ou comme Google le dit lui-même, sur un mode organique, naturel.

Cela signifie que l'algorithme de Google joue probablement un rôle crucial dans le résultat des élections où les candidats ont des chances égales de gagner. Un effet similaire est présent partout dans le monde depuis de nombreuses années. Très probablement, au final, Google détermine le vainqueur dans 25% des élections dans le monde entier.

RT : Que pensez-vous de cette menace du «big data» ? Et croyez-vous que Google et d’autres moteurs de recherche analysent toutes les requêtes des individus pour leur bien ?

R. E. : Aujourd’hui le «big data» représente une menace. C’est une menace pour la démocratie, au moins celle qui existe aux Etats-Unis. C’est une menace pour la liberté humaine et pour les libertés civiles. Fondamentalement, c’est ainsi car les technologies sont encore trop nouvelles. Toutes les innovations sont principalement soumises à un contrôle, à des supervisions et des manipulations, car elles ne sont pas réglementées ni couvertes par les lois. Le problème, c’est que ces technologies se sont développées à une telle vitesse, que les systèmes de surveillance et de contrôle n’ont pas encore été créés. Et de toute évidence, il faut que nous y arrivions.

J’ai découvert que le fait de supprimer toutes les suggestions de recherche négatives sur un candidat lui permettrait de gagner des voix supplémentaires

RT : Dans vos interviews, vous dites que la Russie et la Chine ont su écarter le monopole de Google contrairement aux pays européens. Mais la proportion d'utilisateurs de ce moteur de recherche reste élevée en Russie. D’après vous, la société américaine peut-elle manipuler les Russes et leur opinion ?

R. E. : Pour Google, il est difficile de contrôler l'opinion s’il ne domine pas le marché. Google est leader dans la plupart des pays à travers le monde et il n’y a que deux Etats où il n’a pas la position dominante : la Russie et la Chine. Ainsi, ces pays sont en quelque sorte à l'abri de l'impact de Google, mais ils ont leurs propres problèmes, Yandex en Russie et Baidu en Chine. Ces entreprises peuvent utiliser la même technique que Google et peut-être les utilisent déjà. Des techniques similaires peuvent être requises dans toute grande entreprise d’informatique, qui dispose d'un moteur de recherche et d’une technologie de suggestions de recherche.

Mes récentes études montrent que c’est précisément dans les suggestions de recherche que Google donne la préférence à Hillary Clinton. Il s’agit des notes qui apparaissent en dessous de la zone de recherche lorsque l'utilisateur commence à taper la requête.

Dans une nouvelle étude, j’ai découvert que le fait de supprimer toutes les suggestions de recherche négatives sur un candidat lui permettrait de gagner des voix supplémentaires. Google n’est pas l’unique problème, d'autres entreprises informatiques peuvent également utiliser avec succès ces techniques de surveillance, de contrôle et de manipulation. Je pense que nous devons nous préoccuper de l'industrie mondiale des technologies, et non pas seulement de Google.

RT : Croyez-vous qu'Hillary Clinton deviendra présidente en manipulant l'opinion publique ?

R. E. : Il est certain qu'Hillary Clinton remportera cette élection. J'ai dit précédemment que si les sondages semblaient prévoir une sorte de vote serré, ces sondages ne prenaient pas en compte le pouvoir qu’a Google et d'autres entreprises de faire changer les votes. Cela manque dans ces sondages. Ainsi, une fois que vous vous rendez compte du pouvoir qu’ont ces sociétés, il est absolument certain que Hillary Clinton gagnera, et elle va gagner avec une marge allant de 2,6 à 10 millions de voix. Si nous prenons la moyenne de ces deux chiffres, on pourrait dire qu'il est assez clair qu'elle aura un avantage d'environ 6,5 millions de votes.

Si vous allez sur Google et posez une question sur les candidats, il vous montrera tout ce qu'il veut vous montrer

RT : Etant donné que les Etats-Unis ont une industrie des médias si riche et si puissante, diriez-vous que les électeurs américains ont une image réelle de la campagne présidentielle ?

R. E. : Eh bien, les électeurs aux Etats-Unis ont une bonne image parce que nous avons tellement de médias différents que les gens sont bombardés par des informations provenant de journaux, de magazines et d'internet, ainsi que de plus de 400 chaînes de télévision différentes. Je pense donc que nous obtenons une image assez complexe et profonde des choses, mais vous devez vous rappeler que toutes ces formes de médias sont compétitives. Donc, nous avons un point de vue dans un magazine et un point de vue différent dans un autre magazine.

Mais quand il s’agit de quelque chose comme Google, il n'y a pas de concurrence. Il n'y a pas de concurrent. C'est un type d'influence complètement différent, c'est hors concurrence. En d'autres termes, si vous êtes encore en train de prendre votre décision, que vous allez sur Google et posez une question sur les candidats ou sur une sorte de problème lié à l'élection, le moteur de recherche vous montrera tout ce qu'il veut vous montrer. Cela peut facilement orienter votre avis d'une manière ou d'une autre. Et il n'y a pas de concurrent, il n'y a aucun moyen pour que quelqu'un puisse vous donner une alternative par rapport à ce que Google vous a dit.

C'est donc une forme d'influence totalement nouvelle et très dangereuse. Il n'y a pas de concurrence, il n'y a aucun rectificatif, et les gens font confiance à Google, nous le savons grâce aux sondages, les gens font confiance à Google plus qu'à un journal, un magazine ou une chaîne de télévision. Les gens font beaucoup plus confiance à l'information qu'ils reçoivent d'un ordinateur qu’à l'information qu'ils entendent à la télévision ou lisent dans un journal parce qu'ils savent que la télévision et les journaux sont biaisés. Mais lorsqu'ils obtiennent des informations à partir d'un ordinateur, ils croient à tort que cette information est impartiale, qu’elle est objective. Bien sûr, ce n'est pas vraiment le cas, mais c'est ce que croient les gens.

Lire aussi : The Economist et Daesh : une alliance sacrilège ?

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Que redoutez-vous le plus du prochain président ?

Résultats du sondage