«Un président ne devrait pas dire ça» : ce livre empêchera-t-il François Hollande de se présenter ?

© POOL New Source: Reuters

Fabrice Lhomme, co-auteur de l'ouvrage «Un président ne devrait pas dire ça...», fait part des révélations qu'on peut trouver dans cette contre-enquête décrivant les dessous du quinquennat de François Hollande.

RT France : Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à faire un tel livre ? Et comment avez-vous collecté tout son contenu ?

Fabrice Lhomme (F. L.) : En fait, c’est un projet qui remonte déjà à la fin de l’année 2011, avant les élections présidentielles de 2012. Nous souhaitions faire le récit du futur quinquennat, celui donc de François Hollande, car nous avions anticipé que François Hollande devrait gagner les élections de 2012. Et ce que nous voulions vraiment, c’est être dans le secret d’un quinquennat, le secret du pouvoir, découvrir les coulisses du pouvoir, obtenir des révélations non seulement du chef de l’Etat, mais aussi de certains hommes politiques importants, afin de pouvoir révéler au grand public ce qu’est en fait le pouvoir, comment il s’exerce et obtenir de la part du président de la République des déclarations qui correspondent à ce qu’il pense vraiment et qui ne soient pas de la langue de bois, comme souvent les hommes politiques en servent aux journalistes et aux Français. 

Il y a beaucoup d’informations qu’on a publiées qui sont confidentielles et qui avaient vocation à le rester

RT :Comment se fait-il que certaines de ces informations n’aient pas été rendues publiques avant ?

F. L. : Il y a beaucoup d’informations qu’on a publiées qui sont confidentielles et qui avaient vocation à le rester, seulement notre travail et notre spécialité, à Gérard Davet et à moi-même, c’est que nous nous donnons pour mission de publier des informations confidentielles, secrètes. Cela a été un travail très compliqué, il a fallu trouver plusieurs sources au sein du pouvoir pour obtenir des documents, pour obtenir des révélations, des informations. Il a fallu aussi déployer beaucoup d’énergie pour convaincre le président de la République de nous dire vraiment ce qu’il pensait sur des sujets qui étaient des affaires d’Etat. Et nous y sommes parvenus parce que nous l’avons vu souvent et que nous sommes revenus à la charge jusqu’à lui faire dire ce qu’il pensait réellement.

On est parvenu finalement à décrire les coulisses du pouvoir, à obtenir des secrets, des révélations au plus haut niveau

RT : En tant que citoyen et après en tant que journaliste, quelles sont les phrases qui vous ont le plus surpris ?

F. L. : Ce qui nous a le plus frappé ce n’est pas une phrase en particulier. Il y a tellement de déclarations extrêmement fortes. Ce qui nous a frappé, c’est le fait qu’on soit finalement parvenu à décrire les coulisses du pouvoir, à obtenir des secrets, des révélations au plus haut niveau. Alors, pour n’importe quel journaliste, c’est le rêve, c’est le Graal. On rêve tous d’être une petite souris qui se glisse dans le bureau du président et de savoir ce qui se dit. Ça, on l'a réussi. On a été ces deux petites souris pendant presque cinq ans.

RT :Y-a-t-il des phrases qui ne sont pas en adéquation avec les discours médiatiques du président ?   

F. L. : Tout-à-fait. Si le livre fait scandale, c’est notamment parce qu’il y a de très nombreuses déclarations de lui qui ne correspondent pas forcément à son discours formaté, relu, amendé qu'il sert habituellement dans ses discours officiels ou dans des déclarations pour d’autres journaux. C’est bien pour cela que le livre est fort, parce qu’on a la vérité d’un homme qui, accessoirement, est le président de la sixième puissance mondiale.

Les hommes politiques ne peuvent plus se réfugier derrière la langue de bois, il est temps qu’ils parlent vrai et qu’ils disent aux citoyens ce qu’ils ressentent

RT : Quelles peuvent être les conséquences d’une telle inadéquation entre ce qu’il dit et ce qu’il se passe dans les médias ?

F. L. : Je pense qu’on ne peut pas encore mesurer les conséquences, puisqu’elles vont être très importantes. Je pense que la conséquence la plus importante sera de montrer que les hommes politiques ne peuvent plus se réfugier derrière la langue de bois, qu’il est temps qu’ils parlent vrai, il est temps qu’ils disent aux citoyens ce qu’ils ressentent. Et c’est le mérite de ce livre, mais c’est aussi – il faut lui rendre justice – le mérite de François Hollande de s’expliquer franchement. Maintenant, ce qu’on est en droit d’attendre, pas uniquement les citoyens français, mais aussi ceux du monde, c’est que leurs dirigeants leur parlent un langage de vérité. Ils ont beaucoup de mal à le faire et j’espère que ce livre va parvenir à les convaincre qu’il vaut mieux parler vrai plutôt que faire de la langue de bois, parce que la langue de bois se retourne contre vous à un moment ou un autre.

Quand les hommes politiques parlent de l’islam, ils ont des propos convenus, compassés, politiquement corrects, qui ne correspondent pas forcément à ce qu’ils ressentent et pensent

RT : Certaines phrases du président ont suscité une grosse attention des médias. Serait-ce parce que l’islam est un sujet tabou en France ?

F. L. : Un petit peu, oui. Je pense que c’est un sujet dans tous les cas très délicat, qu’il faut manier comme on manie de la nitroglycérine. C’est quelque chose dont on se dit : «Je l’ai entre les mains, cela peut m’exploser la figure.» Donc, quand les hommes politiques parlent de l’islam, ils ont des propos convenus, compassés, politiquement corrects, qui ne correspondent pas forcément à ce qu’ils ressentent et pensent. Nous avons essayé de convaincre le président de la République – et je crois qu’on y est parvenu – de se livrer vraiment et de dire sa vérité sur l’islam. Cela peut choquer, peut surprendre, mais au moins, cela a le mérite de la franchise.

RT : Pour vous, quel aurait été le top-3 des phrases ?

F. L. : Impossible de le dire. Il y a des centaines de déclarations. Par ailleurs, ce n’est pas un livre de petites phrases. C’est très important à comprendre. C’est pour ça que nous prenons de la distance par rapport à cela. On n’a pas envie de résumer notre livre à quelques phrases sur la justice, sur l’islam, etc.

C’est beaucoup plus que ça. C’est une contre-enquête sur cinq ans d’un quinquennat absolument incroyable avec des révélations à chaque page. Ce qui est incroyable, ce n’est pas telle ou telle phrase, c’est le résultat, le fait d’avoir pu obtenir tant d’informations et de déclarations choc de la part du président de la République, mais aussi d’autres personnalités publiques, politiques, qui s’expriment dans ce livre et qui tiennent des propos assez cash.

Beaucoup de phrases ont provoqué un choc dans l’opinion publique

RT France : Quelle a été la réaction à certaines de ses phrases ?

F. L. : Beaucoup de phrases ont provoqué un choc dans l’opinion publique, parce qu’on ne s’attendait pas à autant de franchise du président, à autant de révélations et on ne s’ attendait pas à le trouver sur un terrain qui n’est pas habituellement le sien. C’est-à-dire qu’il a parfois tenu des propos près de nous, dans notre livre, qui ne correspondaient pas exactement à ses propos publics précédents. On voit bien qu’il y a un décalage qui provoque un trouble dans l’opinion publique. Mais nous, on s’en félicite, parce que cela permet enfin aux citoyens d’avoir accès à une parole de vérité. Ce livre, ce ne sont que des paroles de vérité et des faits qui sont incontestables et étayés par une enquête journalistique.

Je ne suis pas sûr que le livre soit accablant pour François Hollande

RT France : Pensez-vous que certaines de ses phrases puissent changer son avenir politique ?

F. L. : C’est possible. Certaines de ses phrases peuvent nuire au président de la République, peut-être l’empêcher de se présenter. Mais peut-être aussi, quand on aura lu tout le livre, s’apercevoir qu’il y a d’autres moments, d’autres phrases de sa part, d’autres analyses de notre part et d’autres informations qui sont en sa faveur. Donc, à l’arrivée, quand on lit l’ensemble du livre, je ne suis pas sûr qu’il soit accablant pour François Hollande. Je pense que dans le livre il y a des choses très gênantes pour François Hollande et des choses très positives pour lui. Ce sera aux Français, à tous les lecteurs de décider si l’impression globale est très négative ou très positive.

RT France : Y-a-t-il des choses que vous n’avez pas incluses dans le livre ?

F. L. : Bien sûr, il y en a beaucoup.On a fait un travail journalistique, on a fait un choix, on a trié. Il y a eu des déclarations de François Hollande, d’autres personnes qui n’étaient pas très intéressantes, périmées, trop datées, déjà connues. Il y avait parfois des formulations qui n’étaient pas très claires, des sujets qui nous paraissaient accessoires, des fois on s’exprimait de manière maladroite ou incompréhensible, on a donc fait un choix très sélectif. On aurait pu faire mille pages, mais on s’est dit que 663 pages pour le lecteur, c’est déjà bien. Il y aura peut-être un Tome 2. 

Il est arrivé que François Hollande s’énerve après une personne et en parle en des termes grossiers

RT France : Y-a-t-il eu des choses que vous n'avez pas pu écrire ?

F. L. : Bien sûr, il peut arriver qu’une personne vous dise des choses que vous ne pouvez pas publier pour différentes raisons.Par exemple, il est arrivé que François Hollande s’énerve après une personne et en parle en des termes grossiers, cela peut arriver. Nous, on estime qu’on ne pouvait pas le publier, parce qu’on aurait été complices d’une injure ou de diffamation. Ce n’est pas arrivé très souvent, parce que François Hollande est quelqu’un de très courtois, qui ne s’énerve quasiment jamais. Mais parfois des comportements donnent lieu à des déclarations pas vraiment dignes de ce livre.

Lire aussi : François Hollande : «La femme voilée d'aujourd'hui sera la Marianne de demain»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales