«Pourquoi Hillary Clinton utilise la Russie comme un punching ball dans sa campagne électorale ?»

© Chris Keane Source: Reuters

Hillary Clinton essaie non seulement de battre Donald Trump, mais annonce le retour des néo-conservateurs, en faisant de la diabolisation de la Russie le centre de sa politique étrangère, estime Brian Becker de Answer Coalition.

La candidate démocrate à la présidentielle américaine Hillary Clinton a de nouveau accusé la Russie d'être derrière le piratage des ordinateurs de Comité National démocrate (DNC).

Un certain nombre de médias américains ont déclaré que la Russie ciblait les systèmes électoraux dans au moins deux Etats américains, l'Illinois et l'Arizona.

Cependant, le seul élément de preuve fourni jusqu'à présent par le gouvernement américain a été «les travailleurs anonymes du FBI».

RT : Pourquoi Hillary Clinton continue d'accréditer la thèse d'une participation de la Russie au piratage du DNC alors que la Maison Blanche ne l'a pas confirmé officiellement ?

Brian Becker (B. B.) : C'est vrai que le gouvernement américain n'a pas présenté de preuves et refuse de le faire ; il refuse d'affirmer qu'il a des preuves que la Russie est derrière le piratage du DNC ou celui des bases d'électeurs dans l’Illinois et en Arizona. Et pourtant Hillary Clinton dit allègrement devant tout le monde : «La Russie l’a fait, et la Chine le fait aussi». Ensuite elle en profite, elle sort un épouvantail et le frappe, un épouvantail vide, sans aucune preuve. Elle le fait sous prétexte qu'il nous faut arrêter ce jeu ; dans son discours elle a dit : «Ceux qui effectuent contre nous des cyberattaques doivent être traités comme ceux qui effectuent des attaques militaires et en assumer les conséquences», ce qui veut dire que les Etats-Unis doivent être prêts à faire la guerre à ceux qui leur font la guerre. Encore une fois, ces allégations ne sont pas prouvées.

 La vraie Hillary Clinton c'est ça : le retour des néo-conservateurs, la diabolisation de la Russie au centre de sa politique extérieure.

Alors, pourquoi Hillary Clinton utilise la Russie comme un puching ball dans sa campagne électorale ? Pour essayer de faire passer Donald Trump pour un candidat mandchourien des Russes ? Ou bien, cela témoigne-t-il de réelles idées bellicistes et intransigeantes s'agissant de sa politique envers la Russie, intransigeantes au point d'être plus à droite que celles de n'importe quel président ou candidat présidentiel depuis Ronald Reagan ? Je penche pour la deuxième explication, ce n'est pas seulement pour l'emporter sur Donald Trump ; la vraie Hillary Clinton c'est ça : le retour de néo-conservateurs, la diabolisation de la Russie au centre de sa politique extérieure.

Hillary Clinton est vraiment un faucon de la droite, mais prétend être centriste au sein du parti démocrate

RT : Ce jeu d'accuser la Russie aidera-t-il Hillary Clinton à gagner la course pour la Maison Blanche ?

B. B. : Malgré le fait que Bernie Sanders dirigeait l'insurrection de la gauche contre l'establishment du parti démocrate, contre Hillary Clinton, une fois que cette dernière a obtenu l'investiture du DNC, elle s'est mise à se rapprocher de la droite. Elle a le soutien des 150 représentants de l'élite républicaine de la droite soutenant la politique étrangère belliciste. Elle jouit du soutien de Robert Kagan, le parrain des néo-conservateurs, mais aussi mari de Victoria Nuland...

Hillary Clinton soutenait et exigeait la guerre contre la Libye, elle veut établir une zone d’exclusion aérienne en Syrie. Elle est vraiment un faucon de la droite, mais prétend être centriste au sein du parti démocrate. Il semblerait que tout le monde trouve que cela soit acceptable...

Lire aussi : Scandale du courrier de Clinton : «Le monde doit connaître ses crimes et intentions»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales