Michel Collon est écrivain, journaliste indépendant et fondateur du Collectif Investig’Action, qui anime le site Internet michelcollon.info. Il est spécialisé dans l’analyse des stratégies de guerre, des relations Nord-Sud et des médiamensonges.

Désolé, Yves, que tu aies raté ton avion, mais n’est-ce pas un peu ta faute aussi ?

Yves Leterme© Thierry Roge Source: Reuters
Yves Leterme

Bloqué dans les files de contrôle à la réouverture de l’aéroport après les attentats du 22 mars, l’ex-Premier ministre belge Yves Leterme a raté son avion ce lundi à Bruxelles. Michel Collon, fondateur d’Investig’Action, l’interpelle personnellement.

Cher Yves,

Mon quotidien m’apprend que tu as raté ton avion ce lundi. Désolé !

Tu étais donc, comme des milliers de voyageurs, bloqué dans les interminables files aux contrôles improvisés du nouveau système de pré-filtrage. La différence entre vous, c’est qu’ils n’en étaient nullement responsables. Mais toi, un peu, non ? Je ne sais pas si tu leur as expliqué ? Pas fier ? Oui, je comprends.

En fait, comme je prends assez souvent cet aéroport, en lisant mon journal, je me suis imaginé coincé dans la file d’attente à tes côtés et discutant avec toi. Mais qu’aurais-tu répondu ? Aux lecteurs qui pourraient être surpris, je signale qu’en néerlandais, le tutoiement est fort fréquent.

-          Moi (poliment) : Bonjour, je ne sais pas si vous vous souvenez de moi, vous devez rencontrer tant de gens ?

-          Toi (énervé ?) : Non, je ne me souviens pas.

-          Eh bien, je me représente : Michel Collon, journaliste indépendant.

-          Ah ?

-          On s’était déjà rencontré en fait. Ça se passait dans un studio de la télé RTL, vous étiez au démaquillage, moi j’allais entrer sur le plateau d’un débat du dimanche, et en vous voyant, j’avais sauté sur l’occasion pour vous remettre en mains propres un exemplaire de mon livre « Libye, Otan et médiamensonges ».

-          Ah ?

-          Je ne sais pas si tu l’as lu ?

-          Non.

Toute l’information sur la Libye était déformée par la propagande de guerre. Comme avec les « armes de destruction massive » de l’Irak

-          Ça ne m’étonne pas trop. Tu avais l’air assez fâché, en fait, que je te parle de la Libye. Et quand je suis repassé dans le couloir deux minutes plus tard, la porte étant ouverte, tu ne m’as pas vu, mais moi je t’ai entendu engueuler ton assistant : «Ge moet waakzaamheid hebben, hij had niet mogen binnenkomen.» Traduction : «Tu dois faire preuve de vigilance, il ne pouvait pas entrer».

-          …

-          Cela m’a choqué bien sûr. Ne dit-on pas que les ministres doivent écouter les gens ? Mais je comprends que tu n’en aies pas eu envie. Peut-être qu’en réalité, tu te souviens quand même un peu de ce que je t’avais dit ?

-          …

-          Je t’avais dit que j’étais allé deux fois en Libye pendant les bombardements, que j’avais vu plein de victimes civiles (dont de tout petits enfants) des bombardements «humanitaires» de l’OTAN, y compris par des avions belges sans doute. Et que toute l’information ici sur la Libye était déformée par la propagande de guerre. Comme avec les «armes de destruction massive» de l’Irak. Je t’avais donc proposé de lire mon enquête et d’en reparler. J’avais déposé ma carte.

-          …

-          Et je me souviens que tu ne disais rien, tu me regardais d’un œil noir en attendant que j’ai fini ! Parce qu’en fait, tu savais déjà que toute l’attaque reposait sur des mensonges ?

-          …

-          Vraiment, tu n’es pas très bavard ! Et quand tu vois ce qui est arrivé depuis, n’as-tu pas des regrets ? Peut-être même des remords ?

-          …

-          Moi (quand je voyage, j’ai souvent mes bouquins avec moi) : Peut-être que tu as quand même lu ce petit livre qui semblait te brûler les mains et dans lequel j’écrivais page 171 : «La guerre n’est pas finie, et la tragédie ne fait que commencer. Ce pays va plonger dans le même enfer que l’Irak.» Ça s’est réalisé, non ?

Tu me diras que tous les partis politiques belges et français ont défendu ensemble la guerre contre la Libye, et là tu auras raison. Mais en tant que Premier ministre, tu ne crois pas qu’il est temps de reconnaître ta responsabilité dans ces drames ?

-          …

-          Et j’expliquais pourquoi, page 150, regarde ici, je te laisse prendre tes lunettes : «L’OTAN s’est alliée à la section libyenne d’Al-Qaïda». Tu vois ? Dur, non ? Mais je le prouvais avec des rapports de la CIA : «Les individus les plus dangereux pourraient avoir une influence dans le cas où Kadhafi devrait tomber. » et de l’académie militaire US : «La région allant de Benghazi à Tobrouk, représente une des plus grandes concentrations de terroristes du monde». Tu sais, ces «rebelles» que vous présentiez comme de grands révolutionnaires démocrates qu’il fallait soutenir ?!

-          …

-          Allez, dis quelque chose ! Quand tu vois la destruction de ce pays, sa transformation en une grande base terroriste internationale et le flot de réfugiés qui déferle ici ou meurt dans la mer, es-tu fier de ce que l’OTAN a réalisé en Libye avec ta participation ? Ne faudrait-il pas s’excuser ? Auprès des Libyens et auprès aussi des Syriens qui ont été victimes ensuite de ton collègue Fabius, tu sais, celui qui a dit : «Al-Qaida fait du bon boulot en Syrie» ?

-          …

-          Tu me diras que tous les partis politiques belges et français ont défendu ensemble la guerre contre la Libye, et là tu auras raison. Mais en tant que Premier ministre, tu ne crois pas qu’il est temps de reconnaître ta responsabilité dans ces drames ?

-          …

-          Et les gens qui sont ici autour de nous, tous ces Belges qui ont été traumatisés quand les attentats qui faisaient rage en Syrie depuis cinq ans ont déboulé chez nous, à Paris d’abord, à Bruxelles ensuite, et demain qui sait où ? As-tu pensé à leur expliquer que tu as aussi une part de responsabilité dans le développement du terrorisme ?

-          …

-          Bon, eh bien, pour être sincère, tu me déçois. Allez, bon voyage quand même ! Sans bombes, j’espère !

-          ….

Voilà ce que j’aurais dit à l’ex-Premier ministre belge si j’avais été ce jour-là moi aussi dans la longue file d’attente. On aurait eu de quoi s’occuper. Et je suis certain que nos voisins auraient été intéressés d’apprendre ces choses importantes qu’on leur avait cachées. Et qu’on leur cache toujours.

PS.  Yves, si tu nous lis, tu auras remarqué que j’ai laissé des blancs pour tes réponses. Je t’invite à les remplir. Les dirigeants politiques doivent dialoguer avec les citoyens, non ? N’est-il pas temps de protéger notre peuple du terrorisme ?

Lire aussi : Comment les lobbyistes pro UE et OTAN font peur en se positionnant comme des observateurs neutres

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales