La tragédie de l’Europe : trop d’Angela Merkel, très peu de masculinité

Angela Merkel© Kai Pfaffenbach Source: Reuters
Angela Merkel

Selon Iben Thranholm, les problèmes auxquels l’Europe est confrontée seraient dus au manque de masculinité des hommes européens qui ont délaissé leurs qualités masculines au profit de valeurs dictées par le féminisme.

Après les agressions sexuelles à Cologne, en Allemagne la nuit de Saint Sylvestre commises par des réfugiés musulmans contre des femmes allemandes, les apologétiques féministes sont de retour en force dans les débats européens.

Les commentateurs et les politiques assurent au public que les hommes réfugiés qui prennent à présent d’assaut les portes de l’Europe depuis le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et l’Asie centrale devront apprendre que les femmes occidentales sont indépendantes et sexuellement libérées. Ces arguments sont, cependant, bien trop faiblards pour avoir un quelconque impact sur les cultures masculines de certains groupes de réfugiés.

L’homme occidental moderne moyen a été féminisé, sans connaître ni pratiquer de nombreuses qualités telles que le courage, la détermination, l’abnégation, la justice...

Pour ces individus, les fortes femmes européennes sont «faciles» et sont des «proies faciles» ; ils n’ont de respect que pour des hommes forts et les hommes forts ne sont pas tout à fait répandus sur le terrain en Europe.

La déficience de la masculinité dans la culture européenne la rend impuissante face au chaos politique et culturel qui a augmenté avec l'immigration croissante.

Lire aussi : Le «Taharrush gamea» ou «harcèlement collectif» en arabe, fait-il son apparition en Europe ?

Au lieu de se concentrer sur le fait d’imposer les valeurs du féminisme libéral aux hommes musulmans, les Européens feraient bien mieux de se demander si considérer la guerre féministe contre la masculinité pourrait être la cause sous-jacente de la faiblesse de la culture européenne, faible et sans défense face à celle des immigrés et des réfugiés. L’ironie, c’est que le vide qu’a engendré le féminisme signifie que les femmes sont en train de devenir les victimes d’une culture masculine agressive.

Une enquête récente du Pew Research Center démontre que le nombre de jeunes hommes qui souhaitent se marier aux Etats-Unis a chuté pour atteindre le niveau le plus bas jamais enregistré.

L’auteur américain Suzanne Venker affirme que l’influence culturelle omniprésente du féminisme en est la cause. Elle déclare que les hommes expliquent leur manque d’envie de se marier en faisant remarquer que les «femmes ne sont plus les femmes» ; le féminisme a programmé les femmes à voir l’homme comme un ennemi. Résultat : les hommes sont devenus inutiles dans la culture occidentale post-moderne. Les femmes n’ont plus besoin d’hommes en tant que soutien, que protecteur ou même père de leurs enfants ; un don de sperme anonyme peut faire l’affaire pour la procréation si la femme le désire.

Lire aussi : «L’Europe : démoralisée, envahie et violée» par Sam Gerrans

Le féminisme […] a eu un impact profondément néfaste sur la culture européenne

Depuis les années 1960, les mères modernes ont élevé leurs fils pour qu’ils soient des femmes, en leur inculquant des valeurs féminines, comme prendre en charge les tâches ménagères, être attentionné, compréhensif et attentif ou à se plier à tous les désirs de la femme. Cela a produit une génération d’hommes mous, manquant d’assurance, qui ont perdu le contact avec leur nature, leur identité et leur force masculine.

Aujourd’hui, de nombreux garçons grandissent aussi sans père à la maison et n’ont pas de modèle masculin. L’homme occidental moderne moyen a été féminisé, sans connaître ni pratiquer de nombreuses qualités telles que le courage, la détermination, l’abnégation, la justice, la modération, l’autonomie, l’autodiscipline et l’honneur. Il ne sait pas ce qu’est la véritable expression de la virilité. Le féminisme méprise et rejette ces qualités et cela a eu un impact profondément néfaste sur la culture européenne, la «femme battue» d’un continent affaibli.

Alors que la crise des réfugiés a éclaté et a submergé l’Europe, ses dirigeants politiques […] ont agi comme des mères poules timides

La féminisation massive de la culture a eu un énorme impact dans le domaine de la politique. L’idéologie qui prévaut dans les démocraties libérales occidentales, c’est l’humanisme laïc, de caractère essentiellement féminin. La politique, surtout telle qu’elle est appliqué aux immigrés est une étreinte maternelle de bonté où prédomine l'indulgence. On peut également interpréter cela comme de la naïveté, de la faiblesse et des arrangements. Alors que la crise des réfugiés a éclaté et un submergé l’Europe, ses dirigeants politiques guidés par la chancelière allemande Angela Merkel ont agi comme des mères poules timides, pas comme des hommes forts responsables de la protection de leur pays contre une invasion.

En effet, on a vu les policiers danois jouer avec les enfants des réfugiés sur les autoroutes au lieu de faire leur travail et de faire respecter la loi. Ils ont été glorifiés par les médias comme des héros. Ils ont agi comme des femmes avec des cœurs doux et pas comme des hommes chargés de la défense de leur pays et de la primauté du droit.

Camille Pagilla, «dissidente féministe» auto-proclamée l’a dit ainsi au Daily Mail : «A présent, au sein de la totalité des élites, que cela soit en finance, en politique ou ailleurs, presque personne, voire très peu d’entre eux, n’a fait de service militaire. Car cela n’est plus prestigieux. Voilà le cocktail pour un désastre… Ces gens ne pensent pas de façon militaire, donc, voilà pourquoi il y a cette illusion que les gens sont fondamentalement sympas et gentils : si on est simplement gentil et bienveillant à l’égard de chacun, ils le seront eux-aussi. Littéralement, ils n’ont plus aucune notion du mal et de la criminalité». 

Lire aussi : Marie-Françoise Bechtel : «80% des Français sont pour la réinstauration du service national»

Le problème, c’est précisément que les dirigeants politiques occidentaux n’ont pas d’expérience militaire, contrairement à leurs prédécesseurs, comme Roosevelt, de Gaulle ou Churchill, par exemple. Ils manquent ainsi de la compréhension basique pour défendre leur culture, leur pays et les valeurs qui lui sont inhérentes. Ils sont autocritiques et apologétiques, naïfs et attentionnés au point que leurs politiques deviennent très dangereuses pour les populations qu’ils sont censés protéger.

L’agressivité masculine est apparue et les valeurs féminines sont impuissantes et incapables d’y résister

L’approche féministe menace de précipiter la société dans le chaos et dans un effondrement pur et simple parce que les règles de droit et leur application sont devenues secondaire par rapport aux priorités que sont devenues l’attention, la compréhension et l’inclusion. Le manque de qualités masculines affecte la société et le système politique. Le manque de qualités masculines est la cause sous-jacente des problèmes de l’immigration.

Le présent conflit avec l’islam, provoqué par une culture où le mâle est dominant, met à jour les lamentables défauts de la culture féministe post-moderne qui ne distille pas la force nécessaire pour se défendre contre une culture dominée par des hommes. Les flagrantes agressions commises contre des femmes la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne sont un effrayant rappel de ce contraste ; l’agressivité masculine est apparue et les valeurs féminines sont impuissantes et incapables d’y résister.

L’Europe ressemble à une femme qui se permet d’être battue et abusée par un homme

En ce moment, l’Europe ressemble à une femme qui se permet d’être battue et abusée par un homme. Comme la plupart de femmes battues, elle essaie de dissimuler les violences commises par cet homme, lui trouve des excuses et revient vers lui à chaque fois.

En même temps, l’immigration est inévitable dans le monde globalisé d’aujourd’hui. Si l’Europe veut survivre dans l’ère de l’immigration de masse, elle doit procéder à sa révolution masculine. Cette révolution sera aussi importante que la lutte pour les droits des femmes dans les années 1960. Elle est vitale pour les hommes occidentaux afin qu’ils reconnaissent le besoin de construire un capital social, culturel et politique basé sur des qualités masculines qui permettront de défendre les valeurs sur lesquelles repose l’Europe.

Lire aussi : Après Cologne, les migrants algériens et marocains bientôt placés dans les centres d'expulsion ?

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales