Les agressions sexuelles de masse : un phénomène arabe, selon la police allemande

Manifestation ant-immigration des partisans du mouvement Pegida à Cologne le 9 janvier Source: Reuters
Manifestation ant-immigration des partisans du mouvement Pegida à Cologne le 9 janvier

Réagissant à la vague d'agression à Cologne, la police allemande a provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux en indiquant que ce type d'agression était répandu dans les pays arabes sous le terme de «taharrush gamea».

La police criminelle fédérale allemande (BKA) qui répondait aux questions du journal Welt newspaper a déclaré craindre que la vague d'agressions sexuelles à Cologne pendant le Nouvel An se répète.

«De tels crimes sont commis par des groupes de jeunes hommes (...) la plupart quand ils sont en groupe. Ils varient du harcèlement au viol», a indiqué la BKA.

La police criminelle fédérale allemande a ajouté que ce type de crime à cette échelle était inconnu en Allemagne avec le 31 décembre dernier.

«Personne ne peut venir me dire que cela n'a pas été coordonné ou préparé»

Plus tôt, le ministre allemand de la Justice Heiko Maas a appelé les autorités à enquêter rapidement pour savoir si les violences commises à Cologne ont un lien direct avec celles des autres villes allemandes intervenues à Berlin, Frankfort, Stuttgart et Bielefeld pendant les célébrations de la nouvelle année.

«Si des telles hordes de personnes sont capables de commettre des crimes, il semble qu'il pourrait y avoir une certaine forme de planification», a déclaré le ministre à Bild on Sunday. «Personne ne peut venir me dire que cela n'a pas été dans une certaine mesure coordonné ou préparé. Le nombre de cas d'agression connu selon la police de Cologne est de 516. La police locale de la ville a indiqué que 19 suspects étaient actuellement entendus par la police tandis que celle d'Hambourg enquête sur 133 autres cas d'agression qui se sont déroulées le soir de la Saint-Sylvestre.

Lire aussi : Suède : la police accusée d’avoir caché des agressions commises par des réfugiées dans un festival

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales