Un gouverneur indien demande d’interdire la «robe universitaire européenne aux jeunes diplômés»

Etuidans dans des robes universitaires Source: Reuters
Etuidans dans des robes universitaires

Le parti indien au pouvoir Bharatiya Janata Party (BJP) a été accusé d’intégrer la religion au système éducatif, après qu’un gouverneur ait demandé aux universités de sa région d’annuler la «culture européenne de la robe universitaire».

En faisant cette annonce à l’université Ambedkar à New Delhi, le gouverneur Ram Naik, représentant de 25 universités dans la partie nord du pays Uttar Pradesh, a confié au Times of India (TOI) avoir apprécié la robe traditionnelle adoptée par Ambedkar. Il a depuis demandé aux autres facultés de suivre cet exemple en mettant l’accent sur «la création d’une tenue vestimentaire avec l’essence indienne».

Ram Naik, qui a pris ses fonctions gouvernementales en juillet 2014, a décrit comment la lettre portant sur l’abandon de la robe noire et l’introduction de la tenue indienne, a été envoyée à chaque université d’Etat.

Bien qu’il soit mentionné que la décision sur la façon dont les étudiants s’habillent, soit entre les mains du chancelier des universités, Ram Naik a souligné que les «vêtements devaient être fidèles à la culture indienne». «Les institutions ont aussi demandé à ce que la culture populaire de la robe universitaire soit enseignée s’ils possèdent des spécialistes régionaux», a-t-il poursuivi.

Maintenant bien que les leaders ainsi que l’Union nationale des étudiants en Inde aient qualifié ensemble le gouverneur indien d’agent du BJP, l’Amit Singh a fait savoir à TOI que les étudiants rêvent de porter cette toge noire et jeter leurs chapeaux dans les airs après l’obtention de leur diplôme.

Soulignant à quel point le BJP se contredisait, Singh s’est demandé : «Est-ce que nous n’utilisons pas des voies ferrées construites par les Britanniques ? Est-ce que nous n’utilisons pas les autoroutes et les chemins qu’ils ont édifiés ? Alors, pourquoi faut-il éliminer la robe ?»

Aller plus loin : un enfant de quatre ans décapité en Inde dans un rite repoussant

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales