Après la mort de Jean-Luc Brunel, la famille de Ghislaine Maxwell a «peur pour sa sécurité»

Ghislaine Maxwell Jeffrey Epstein Brunel réseau© Laura Cavanaugh / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images Source: AFP
Ghislaine Maxwell à New York, le 20 septembre 2013 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le frère de Ghislaine Maxwell a fait part de son «choc» et de sa «perplexité» après l'annonce de la mort de Jean-Luc Brunel, retrouvé pendu dans sa cellule. Il dit craindre pour la sécurité de sa sœur, soulignant qu'elle n'a pas d'idées suicidaires.

Peu après l'annonce de la mort dans sa cellule de l'ancien agent de mannequins français Jean-Luc Brunel – soupçonné d'avoir servi de rabatteur pour le réseau pédophile de Jeffrey Epstein – le frère de Ghislaine Maxwell s'est publiquement inquiété pour la sécurité de sa sœur.

«C'est vraiment choquant», a déclaré Ian Maxwell au New York Post le 19 février en référence au décès de Jean-Luc Brunel, retrouvé pendu dans sa cellule. «Une autre mort par pendaison dans une prison de haute sécurité. Ma réaction est celle d'un choc total et de la perplexité», a-t-il poursuivi, évoquant ainsi le décès de Jeffrey Epstein, lui aussi retrouvé pendu dans sa cellule en 2019.

La famille de Ghislaine Maxwell a «peur pour sa sécurité», a-t-il confié dans cette interview, insistant sur le fait que sa sœur n'était pas suicidaire. «En dépit de l'avis contraire du psychiatre, elle a été considérée comme présentant un risque de suicide, et ils continuent de la réveiller toutes les 15 minutes pendant la nuit», a assuré Ian Maxwell au New York Post, dénonçant une «violation complète des droits des prisonniers et des droits de l'Homme».

Ghislaine Maxwell a été reconnue coupable de cinq chefs d'accusation en décembre, dont celui de trafic sexuel sur mineur, et risque jusqu'à 65 ans de prison. Fille du magnat de la presse britannique Robert Maxwell, elle est soupçonnée d'être un élément clé du réseau Epstein. C'est elle qui a introduit Jeffrey Epstein dans les élites new-yorkaises qu'elle fréquentait après avoir quitté la Grande-Bretagne, rappelait le New York Times en 2019.

Elle est également soupçonnée de lui avoir présenté Jean-Luc Brunel, lui même soupçonné de trafic et d'agressions sexuelles sur jeunes filles mineures, et plus précisément d'avoir servi de rabatteur dans le réseau pédophile qu'aurait organisé Jeffrey Epstein. 

Jean-Luc Brunel avait été placé en France sous le statut intermédiaire de témoin assisté pour les faits de «traite des êtres humains aggravée au préjudice de victimes mineures aux fins d'exploitation sexuelle». Le septuagénaire, cité dans une enquête aux Etats-Unis sur le scandale sexuel impliquant Jeffrey Epstein, avait déjà été interpellé et mis en garde à vue en France, fin 2020, pour viols sur mineurs et harcèlement sexuel. Sa mort signifie l'extinction de l'action publique dans ce dossier, sauf si d'autres personnes devaient être mises en cause. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix