Ukraine : de potentielles sanctions allemandes contre la Russie viseraient le gazoduc Nord Stream 2

Annalena Baerbock lors d'une conférence de presse avec Sergueï Lavrov, à Moscou© Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Source: AP
Annalena Baerbock lors d'une conférence de presse avec son homologue russe Sergueï Lavrov, à Moscou, le 18 janvier 2022.
Suivez RT France surTelegram

La ministre allemande des Affaires étrangères a déclaré que les Occidentaux préparaient un «un paquet de sanctions fortes» en cas d'intervention militaire de la Russie en Ukraine. Certaines d'entre elles viseraient notamment le gazoduc germano-russe.

Ce 27 janvier, la chef de la diplomatie allemande a déclaré devant le Bundestag que la Russie s'exposait à des «conséquences massives» en cas d'agression visant l'Ukraine, caractérisées selon elle par un ensemble de sanctions en préparation par les Occidentaux. Celles-ci incluraient le gazoduc Nord Stream 2, qui doit acheminer du gaz russe en Allemagne et en Europe via la mer Baltique, en contournant l'Ukraine.

Nous sommes en train de travailler à un paquet de sanctions fortes

«Nous sommes en train de travailler à un paquet de sanctions fortes [qui couvrent plusieurs aspects], y compris Nord Stream 2», a déclaré Annalena Baerbock devant la chambre des députés. «Tant qu'on parle, on ne tire pas», a-t-elle cependant tempéré, insistant ainsi sur la nécessité de privilégier le dialogue avec Moscou. 

La ministre des Affaires étrangères allemande a de ce fait clarifié la position de Berlin sur l'opportunité de lier Nord Stream 2 au dossier géopolitique ukrainien. Le gouvernement allemand – qui réunit des socio-démocrates (SPD) des libéraux-démocrates (FDP) et des écologistes (Alliance 90/Les Verts) – ne parvenait pas jusqu'alors à parler d'une seule voix sur la question. Le chancelier Olaf Scholz lui-même avait tenu des propos ambigus sur le sujet, menaçant de conséquences sur Nord Stream 2 en cas d'agression russe de l'Ukraine... avant de déclarer que le projet de gazoduc était un projet purement «privé».

Signes de l'ambiguïté de Berlin sur le dossier ukrainien, le gouvernement allemand refuse selon l'AFP de livrer des armes à Kiev – contrairement aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni – mais le chef de la Deutsche Marine (Marine nationale allemande), Kay-Achim Schönbach, a été contraint de démissionner le 22 janvier après avoir qualifié d'«ineptie» les allégations occidentales selon lesquelles la Russie envisagerait d'envahir l'Ukraine.

Un gazoduc qui cristallise les tensions entre la Russie et l'Occident

Actuellement, Nord Stream 2 est dans l'attente de sa certification par le régulateur allemand de l'énergie. Une attente survenant dans un contexte de vives tensions entre l'Occident et la Russie, Moscou démentant formellement les accusation de Washington, de Kiev et de certains de leurs alliés l'accusant de planifier une invasion de l'Ukraine. 

Côté américain, une proposition visant à couper Moscou du réseau bancaire international SWIFT serait toujours sur la table, après qu'une proposition de sanctions contre Nord Stream 2 a été rejetée par le Sénat américain, le 13 janvier. Le lendemain, la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki avait même détaillé devant la presse les renseignements dont prétend disposer Washington en accusant la Russie de vouloir «créer de toutes pièces un prétexte pour une invasion» de l'est de l'Ukraine en ayant notamment recours à des «actes de sabotages». Jen Psaki avait même précisé que l'armée russe prévoyait «ces activités plusieurs semaines avant une invasion militaire, qui pourrait commencer entre mi-janvier et mi-février». 

Afin de réduire ces tensions sur le continent européen, la Russie a quant à elle remis mi-décembre aux Etats-Unis et à l'OTAN des projets d'accords comprenant comme propositions principales une limitation des déploiements militaires près des frontières russes et un engagement de l'Alliance atlantique à ne pas s'étendre davantage à l'Est – des propositions que n'ont pas acceptées à ce jour, les Occidentaux.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix