Adhésion de l'Ukraine à l'OTAN : l'Alliance prête à contourner la «ligne rouge» de Moscou ?

Jens Stoltenberg OTAN Russie© Olivier Matthys Source: AP
Jens Stoltenberg, le 12 janvier 2022, à Bruxelles (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le secrétaire général de l'OTAN n'entend pas fermer la porte à l'adhésion de l'Ukraine malgré la pierre d'achoppement que constitue cette question entre la Russie et l'Alliance atlantique.

Selon une information rapportée le 26 janvier par l'agence de presse TASS, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'organisation du traité Atlantique nord (OTAN), a fait savoir lors d'une conférence de presse tenue à Bruxelles le jour même, que la structure politico-militaire qu'il dirige se montrerait inflexible pour faire respecter le droit d'un pays à rejoindre l'Alliance.

«Nous ne pouvons pas faire de compromis concernant les principes sur lesquels notre sécurité est fondée depuis des décennies. L'OTAN respecte le droit de tout pays, comme l'Ukraine, de demander son adhésion, tout comme elle respecte le droit de pays – comme la Suède et la Finlande – de ne pas la demander», a en effet déclaré l'homme d'Etat norvégien.

Une «ligne rouge» pour la Russie

Dans un contexte d'expansion de l'Alliance atlantique vers les anciennes républiques soviétiques en Europe de l'Est depuis les années 1990, une potentielle future adhésion à l'OTAN de l'Ukraine constitue «une ligne rouge» pour Moscou, avait récemment fait savoir le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Qualifiant l'OTAN d'«arme de confrontation» et non de paix, Dmitri Peskov avait en effet insisté sur la menace aux yeux de la Russie d'une telle extension non seulement pour son pays, mais également pour l'ensemble de «l'architecture de la sécurité européenne». Le porte-parole du Kremlin avait ainsi évoqué une «invasion progressive de l'OTAN sur le territoire ukrainien», sous la forme selon lui de l'envoi d'instructeurs militaires et d'armes, tant défensives qu'offensives.

Le dossier ukrainien s'est récemment imposé comme la plus importante crise sécuritaire entre Moscou et Washington depuis la fin de la guerre froide.

Face à une situation explosive, les chefs des diplomaties russe et américaine se sont cependant rencontrés le 21 janvier à Genève. Un échange à l'issue duquel les hauts diplomates ont, malgré l'absence d'avancée majeure, convenu de poursuivre les discussions sur le développement de la situation.

D'un côté, l'administration américaine brandit depuis plusieurs mois la menace de nouvelles sanctions contre la Russie dans le cas où elle en viendrait à envahir l'Ukraine – une hypothèse régulièrement entretenue en Occident malgré les multiples démentis de Moscou à ce sujet.

De l'autre, la Russie a demandé à plusieurs reprises l'arrêt de l'expansion de l'OTAN vers les pays de l'ex-URSS – comme l'Ukraine – et réclame une limitation des déploiements militaires près des frontières russes.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix