Biden menace la Russie de «fortes sanctions» en cas d'«escalade militaire» autour de l'Ukraine

Biden menace la Russie de «fortes sanctions» en cas d'«escalade militaire» autour de l'Ukraine© AFP PHOTO / THE WHITE HOUSE
Joe Biden, à la droite duquel se trouve le secrétaire d'Etat américain Anthony Blinken, s'entretient avec Vladimir Poutine par visioconférence ce 7 décembre 2021, depuis la Maison Blanche à Washington.
Suivez RT France surTelegram

Le président américain Joe Biden a brandi la menace de sanctions, notamment économiques, contre la Russie, dans un contexte de tensions autour de l'Ukraine. Moscou a déjà balayé les craintes à son égard sur ce dossier ces dernières semaines.

Les Etats-Unis maintiennent leur pression contre la Russie : ce 7 décembre, lors d'un entretien par visioconférence entre Joe Biden et Vladimir Poutine, le président américain a «fait savoir» que Moscou s'exposerait à de «fortes sanctions, entre autres économiques», en cas d'«escalade militaire» autour de l'Ukraine, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Le président américain a également «exprimé la profonde préoccupation» des Etats-Unis et de leurs alliés face à l'augmentation du nombre de troupes russes à la frontière avec l'Ukraine, toujours d'après la Maison Blanche, qui précise que les deux chefs d'Etat ont aussi évoqué la cybersécurité et leur «travail commun sur des sujets régionaux tels que l'Iran».

L'Union européenne, par la voix de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, avait également brandi la menace de sanctions antirusses ce 7 décembre, déclarant que Bruxelles répondrait «de manière appropriée à toute nouvelle agression, y compris les violations du droit international et toute autre action malveillante menée contre nous ou nos voisins, y compris l'Ukraine».

Moscou dément toute intention belliqueuse depuis plusieurs semaines

Kiev et certains de ses alliés dont Washington ont exprimé leurs craintes ces dernières semaines quant à des mouvements de troupes au sein du territoire russe, près de la frontière ukrainienne.

Moscou a balayé à plusieurs reprises les rumeurs sur des préparatifs d'invasion de l'Ukraine, tout en rappelant qu'elle prenait des «mesures pour assurer [sa] sécurité si nécessaire». Récemment, le 2 décembre dernier, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait déclaré qu'il fallait éviter à tout prix le «scénario cauchemar de la confrontation militaire».

Pour avancer sur la voie de la désescalade autour de l'Ukaine, le Kremlin formule certaines exigences, dont celle d'un engagement de Kiev à ne pas rejoindre l'OTAN et cherche plus généralement à obtenir un accord bloquant l'extension de l'Alliance militaire à l'Est. Or pour l'instant, ni Kiev, ni Washington n'entendent prendre un tel engagement, même si la procédure d'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance militaire occidentale, officiellement ouverte, piétine. De plus, Sergueï Lavrov a demandé à la France et à l'Allemagne, le 5 décembre, d'inciter Kiev à respecter les accords de Minsk visant à mettre au conflit dans l'est de l'Ukraine.

En outre, Moscou a fait part de ses inquiétudes concernant des manœuvres de navires militaires américaines en mer Noire – une mer bordant les territoires russe et ukrainien.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix