«Cela reste à voir» : Joe Biden freine l'ardeur de l'Ukraine à vouloir intégrer l'OTAN

«Cela reste à voir» : Joe Biden freine l'ardeur de l'Ukraine à vouloir intégrer l'OTAN© OLIVIER HOSLET Source: AFP
Le président américain Joe Biden lors d'une conférence de presse après le sommet de l'OTAN à Bruxelles, le 14 juin 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président américain a expliqué que l'Ukraine ne remplissait pas encore un certain nombre de critères, notamment sur la lutte contre la corruption, pour pouvoir intégrer le processus d'adhésion à l'OTAN.

Volodymyr Zelensky est peut-être allé trop vite en besogne. Après que le président de l'Ukraine a annoncé que le processus d'intégration de son pays à l'OTAN allait être lancé, son homologue américain Joe Biden a refroidi cet enthousiasme en déclarant le 14 juin que «cela reste à voir».

«Les dirigeants de l'OTAN ont confirmé que [l'Ukraine] deviendrait membre de l'Alliance et que le MAP fait partie intégrante du processus d'adhésion», a tweeté Volodymyr Zelensky, tandis que les dirigeants du bloc militaire se réunissaient à Bruxelles. L'Ukraine «mérite d'être dûment appréciée pour son rôle dans la garantie de la sécurité euro-atlantique», a-t-il ajouté.

Le Membership action plan (MAP) est un programme d'intégration progressive à l'OTAN créé en 1999, dans la foulée de l'adhésion de la République tchèque, de la Hongrie et de la Pologne, pour favoriser l'expansion vers l'Est de l'alliance dirigée par les Etats-Unis.

Joe Biden a répondu quelques minutes après le tweet de Volodymyr Zelensky en expliquant en conférence de presse que le statut de l'Ukraine «dépend de si elle satisfait ou non aux critères». «Le fait est que l'Ukraine doit répondre aux critères pour rejoindre le MAP», a-t-il insisté, ajoutant que «cela reste à voir» et qu'«ils ont plus à faire», notamment en matière de lutte contre la corruption.

«En attendant, nous ferons tout notre possible pour que l'Ukraine soit en mesure de continuer à résister à l'agression physique de la Russie. Cela ne dépendra pas uniquement de moi [...], cela dépendra de l'Alliance dans son ensemble. Il va falloir que les Ukrainiens convainquent et ce n'est pas une chose aisée», a ajouté le président américain.

Cet échange à distance fait suite à un entretien accordé le 14 juin à des agences de presse par Volodymyr Zelensky, au cours duquel le président ukrainien a déjà insisté sur la volonté de son pays d'adhérer à l'OTAN, malgré les réticences de l'Alliance qui d'une part, craint qu'une telle adhésion n'attise les tensions avec Moscou, et d'autre part exige aussi que Kiev réforme davantage son armée.

Cela fait sept ans que nous sommes en guerre

«Nous montrons chaque jour que nous sommes prêts à être dans l'alliance, et ce davantage que la plupart des pays de l'Union européenne, car cela fait sept ans que nous sommes en guerre», a soutenu Volodymyr Zelensky. Selon lui, si l'OTAN n'accepte pas prochainement la candidature de Kiev, le soutien des Ukrainiens pourrait faiblir. «Quand tu te frappes la tête contre le mur pendant sept ans en disant "vous voyez bien que c'est la guerre, soutenez-nous" et que la réponse est seulement "nous soutenons votre volonté", alors d'ici quelques années, cette volonté peut fléchir», a mis en garde le dirigeant ukrainien.

Amer, Volodymyr Zelensky a regretté une «fatigue» des Occidentaux concernant les problèmes ukrainiens, les accusant d'être «injustes» envers son pays, qu'il s'agisse de son ambition de rejoindre l'Union européenne, de la distribution des vaccins contre le Covid-19 ou de l'aide financière du Fonds monétaire international (FMI).

«Nous sommes solidaires de nos précieux partenaires, l'Ukraine et la Géorgie. Et nous continuerons à soutenir leurs réformes, en les rapprochant de l'OTAN», a de son côté déclaré le secrétaire général de l'alliance Jens Stoltenberg, soulignant que l'OTAN «intensifiera considérablement la formation et le renforcement des capacités de ses partenaires, de l'Ukraine et de la Géorgie à l'Irak et à la Jordanie».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»