Russie, Chine, cyberdéfense, réforme de l'Alliance : les 30 membres de l'OTAN réunis à Bruxelles

Russie, Chine, cyberdéfense, réforme de l'Alliance : les 30 membres de l'OTAN réunis à Bruxelles© YVES HERMAN Source: Reuters
Des bannières avec le logo de l'OTAN sont affichées devant le siège de l'organisation politique et militaire à Bruxelles le 19 avril 2018 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les 30 membres de l'OTAN se sont réunis en sommet à Bruxelles. Sans surprise, les relations avec la Russie et la Chine ont figuré parmi les questions centrales, avec pour objectif de définir un agenda pour 2030.

Mise à jour automatique
  • Interrogé sur le soutien américain à une adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, Joe Biden a estimé que Kiev devait au préalable satisfaire certains critères dont notamment celui relatif à la lutte contre la corruption.

    «En attendant, nous ferons tout notre possible pour que l'Ukraine soit en mesure de continuer à résister à l'agression physique de la Russie. Cela ne dépendra pas uniquement que de moi [...], cela dépendra de l'Alliance dans son ensemble. Il va falloir que les Ukrainiens convainquent et ce n'est pas une chose aisée», a ajouté le président américain.

  • «La Russie est une menace pour l’OTAN et pour notre sécurité collective», a affirmé Joe Biden qui promet de signifier à Vladimir Poutine quelles sont ses «lignes rouges» lors de leur rencontre prévue le 16  juin prochain. 

    «Nous ne cherchons pas un conflit avec la Russie, mais nous répondrons si la Russie continue ses activité», a en outre affirmé le locataire de la Maison Blanche. 

  • Le président américain Joe Biden tient à son tour une conférence de presse à l'issue du sommet. 

  • Recep Tayyip Erdogan a affirmé avoir eu un entretien «très productif et sincère» avec son homologue américain Joe Biden qu'il a rencontré pour la première fois, en marge du sommet de l'Otan à Bruxelles.

    Le président turc a par ailleurs ajouté qu'«aucun problème dans les relations entre la Turquie et les Etat-Unis n'est insurmontable».

  • Après des mois de tension, Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan se sont rencontrés «dans un climat apaisé,» s'engageant à «travailler ensemble» sur la Libye et la Syrie, selon le chef de l'Etat français. «Compte tenu des enjeux [...] nous avons l'un et l'autre acté qu'il était nécessaire de tout faire pour pouvoir travailler ensemble», a-t-il en outre déclaré.

    Au menu des discussions figurait entre autres le cas de Fabien Azoulay, un Français condamné à 16 ans de prison par la justice turque pour détention de stupéfiants en 2017. 

  • Lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet, le président français a appelé à un dialogue exigeant avec la Russie «pour bâtir une architecture de sécurité sur le continent européen».

    «Les discussions ont permis d’avancer sur la clarification de notre stratégie vis-à-vis de la Russie qui doit passer par un dialogue exigeant dans un cadre robuste pour bâtir une architecture de sécurité sur le continent européen au travers en particulier la maîtrise des armements. Celle-ci s’est largement déconstruite ces dernières années et même si [le traité] New Start est prolongé pour cinq ans, la fin du traité FNI, la sortie de la Russie du traité "Ciel ouvert" entre autres, ont acté la fin du contrôle et de l’armement sur le sol européen qui implique de relancer une dynamique», a déclaré Emmanuel Macron. 

    Pour rappel, les Etats-Unis ont été en novembre 2020 les premiers à se retirer du traité «Ciel ouvert» prétextant que la Russie n'en avait pas respecter les termes. Une accusation balayée d'un revers de main par Moscou. 

  • C'est au tour d'Emmanuel Macron de tenir une conférence de presse. 

  • Les membres de l'Alliance se sont dit préoccupés par les «politiques coercitives» de Pékin. «Les ambitions déclarées de la Chine et son comportement affirmé représentent des défis systémiques pour l'ordre international fondé sur des règles et dans des domaines revêtant de l'importance pour la sécurité de l'Alliance», ont-ils affirmé dans les conclusions adoptées à l'issue du sommet. 

  • Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg prend la parole à l'issue du sommet.

  • Dans une déclaration finale, les membres de l'OTAN ont affirmé qu'il n'y aurait «pas de retour à la normale» au sujet des relations avec Moscou : «Tant que la Russie ne montre pas qu'elle respecte le droit international et qu'elle honore ses obligations et responsabilités internationales, il ne peut y avoir de retour à la normale», ont-ils déclaré.

    «Le renforcement militaire croissant de la Russie, sa posture plus affirmée, ses nouvelles capacités militaires innovantes et ses activités provocatrices, notamment à proximité des frontières de l'Otan [...] constituent une menace grandissante pour la sécurité de la zone euro-atlantique et contribuent à l'instabilité le long des frontières de l'Otan et au-delà», ont-ils renchéri. 

Découvrir plus

Le 14 juin se tient un sommet de l'OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique Nord) au siège de l'organisation à Bruxelles en compagnie de 30 chefs d'Etat et de gouvernement membres de l'alliance militaire. Ce sommet se déroule sous la présidence du secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg.

Lors d’une conférence de presse organisée le 11 juin 2021, Jens Stoltenberg avait déclaré que cet événement serait un «moment charnière» pour l'Alliance en soulignant que la réforme «OTAN 2030», au cœur de ce sommet, était qualifiée «d’ambitieux agenda transatlantique pour la sécurité et la défense». Un certain nombre de décisions clés devraient donc être prises au cours du sommet.

D'autres questions relatives à des dossiers internationaux tels que les tensions avec la Russie, le soutien de l'organisation à l’Ukraine ou à la Géorgie, les relations avec la Chine et la nouvelle politique de cyberdéfense de l'organisation devraient être évoquées.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»