Kremlin : l’Arabie saoudite n’a pas offert 300 milliards de dollars pour que Moscou abandonne Damas

Le ministre saoudien de l'Arabie saodite et Vladimir Poutine© RIA Novosti Source: Reuters
Le ministre saoudien de l'Arabie saodite et Vladimir Poutine

Le porte-parole du président russe a démenti les assertions de certains médias affirmant que les autorités saoudiennes auraient proposé 300 milliards de dollars à la Russie pour que Vladimir Poutine laisse tomber Bachar el-Assad.

«Ce n’est pas vrai. C’est un canular», a démenti le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov devant des journalistes.

La semaine dernière, le journal iranien Ettelaat avait publié un article sur les négociations qui ont eu lieu à Sotchi entre Vladimir Poutine et le ministre de la Défense saoudien, Mohammed ben Salmane. Le journal avait écrit que le représentant saoudien aurait proposé à Moscou 300 milliards de dollars et davantage d’investissements dans l’économie russe, à condition que Moscou renonce à soutenir le président syrien Bachar al-Assad. Si l’on croit le journal iranien, la Russie aurait rejeté cette proposition.

En savoir plus : Syrie : L’Arabie Saoudite augmenterait son soutien aux rebelles

Depuis trois semaines, la Russie mène une opération militaire en Syrie. Des avions de combat, des missiles croisières ont détruit plus de 500 cibles de l’Etat islamique, dont des bunkers, des postes de commandement, des dépôts d’armes, des positions d’artillerie et des convois. Avec le soutien aérien de l’armée russe, l’armée syrienne régulière a lancé une vaste offensive contre les groupes terroristes qui a permis de libérer des dizaines d’agglomérations et changé complètements le cours du conflit syrien. Cependant, l’Occident continue d’accuser la Russie de frapper l’opposition syrienne «modérée» qui lutte contre Bachar el-Assad sans pour autant être composée de terroristes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales