L'Union européenne va fermer son espace aérien aux avions biélorusses

L'Union européenne va fermer son espace aérien aux avions biélorusses© Philip REYNAERS / POOL Source: AFP
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, arrive pour un sommet de l'UE à Bruxelles, le 24 mai 2021.
Suivez RT France surTelegram

Réunis en sommet à Bruxelles pour discuter de la réponse à apporter à l'atterrissage forcé d'un avion de ligne en Biélorussie – à la suite d'une alerte à la bombe –, les 27 ont décidé de fermer l'espace aérien de l'UE aux avions biélorusses.

En amont du sommet à Bruxelles ce 24 mai, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait promis «une réponse très forte» de l'UE contre le gouvernement d'Alexandre Loukachenko, après l'atterrissage forcé d'un avion à Minsk, à la suite d'une alerte à la bombe. 

Quelques heures plus tard les 27 ont décidé de fermer l'espace aérien de l'UE aux avions biélorusses, selon un porte-parole du Conseil européen. Le bloc, qui a également demandé à ses compagnies d'éviter l'espace aérien biélorusse, a par ailleurs réclamé la libération immédiate de l'opposant Roman Protassevitch, interpellé à l'atterrissage de l'avion.

«[Le Conseil européen] condamne avec force l'atterrissage forcé d'un avion Ryanair à Minsk [...] qui a porté atteinte à la sécurité aérienne et la détention par les autorités bélarusses [de M. Protassevitch et Mme Sapéga]», indique le document. Le Conseil, qui représente les Etats membres, appelle en outre l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) à enquêter sur cet «incident sans précédent et inacceptable».

Il invite aussi à «élargir dès que possible la liste des responsables et entités» de Biélorussie visés par des sanctions européennes. Quelque 88 personnes, dont Alexandre Loukachenko, et sept entités ont déjà été sanctionnées par une interdiction de voyager dans l'UE et un gel des avoirs pour la répression de l'opposition et la présidentielle du 9 août 2020, jugée «truquée» par les Européens.

Les 27 demandent enfin «l'adoption d'autres sanctions économiques ciblées» et invitent le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell et la Commission européenne «à soumettre sans délai des propositions à cette fin».

Minsk disposé à coopérer à une enquête impartiale

Tout au long de la journée ce 24 mai, les dirigeants européens ont multiplié les déclarations à l'encontre de Minsk. Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune a ainsi donné le ton, estimant que cet acte relevait de la «piraterie d'Etat». La chancelière allemande Angela Merkel a de son côté jugé «pas crédible» l'explication de la Biélorussie concernant l'incident.

Les autorités biélorusses ont pour leur part défendu leur action en affirmant avoir agit pour la sécurité des passagers et dans le cadre du droit international. L'équipage du vol de Ryanair a lui-même décidé d'atterrir à Minsk «sans ingérence» après avoir été informé d'une alerte à la bombe – qui s'est avérée infondée –, ont expliqué les autorités biélorusses. Minsk a précisé avoir reçu une menace de l'organisation palestinienne Hamas. Le ministère biélorusse des Transports a déclaré que les auteurs du message avaient menacé de faire exploser une bombe au-dessus de Vilnius si l'UE ne cessait pas de soutenir Israël.

L'opposant Roman Protassevitch, 26 ans, et sa compagne se trouvaient à bord de ce Boeing de Ryanair reliant Athènes à Vilnius. Ils ont été arrêtés à l'aéroport et le jeune homme, désormais détenu à Minsk, la capitale, a dit être «passé aux aveux concernant l'organisation de troubles massifs» dans une vidéo diffusée par la télévision d'Etat. 

Désireuse de prouver sa bonne foi, la Biélorussie s'est dite ouverte à accueillir des experts dans le cadre d'une enquête sur l'incident. «La hâte, dans les déclarations franchement belliqueuses d’un certain nombre de pays et de structures européennes, est frappante. La situation est expressément et clairement exagérée. On discerne une politisation délibérée, il y a des accusations non confirmées, on colle des étiquettes», a déclaré l'attaché de presse du ministère des Affaires étrangères biélorusse, qui a reproché à ces pays d'avoir immédiatement proféré des «slogans en faveur des sanctions». 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»