L’Inde sous le choc après le viol de deux petites filles de deux et cinq ans

Manifestations contre les viols en septembre à New Delhi© Anindito Mukherjee Source: Reuters
Manifestations contre les viols en septembre à New Delhi

La nuit de vendredi à samedi, le pays a connu un nouveau drame : deux fillettes, respectivement âgées de deux ans et demi et de cinq ans, ont été violées dans la capitale. Le gouvernement ne parvient pas à enrayer ces crimes terribles.

En 2012, l’Inde s’était levée contre les violences sexuelles suite au viol et à la mort d’une étudiante dans un bus de New Delhi. Mais la nuit dernière, de nouvelles atrocités ont eu lieu dans la capitale : deux enfants ont été violées.

La première, âgée de deux ans et demi, a été enlevée par deux hommes puis agressée sexuellement, avant d’être abandonnée dans un parc près de chez elle. La petite était inconsciente et couverte de sang lorsqu’elle a été retrouvée par sa famille. Un policier de New Delhi a déclaré : «nous avons lancé une chasse à l'homme pour (retrouver) les suspects. Jusqu'à présent, personne n'a été arrêté».

La seconde fillette, de cinq ans, a elle été attirée dans la maison d’un voisin avant d’être agressée sexuellement par trois hommes. Selon une source policière, des habitants s’étant rendu compte des faits auraient pénétré dans la maison et auraient battus les violeurs présumés avant de les remettre aux forces de l’ordre. Les deux petites filles ont été hospitalisées, mais seraient hors de danger.

La problématique des maltraitances sexuelles sur les femmes et les mineures est brûlante en Inde. En 2014, 36 735 cas de viols avaient été recensés dans le pays, et 2 096 dans la seule capitale. Encore la semaine passée, c’est une enfant de quatre ans qui avait été victime de ces agressions. En 2012, le pays avait connu d’importantes manifestations suite à la mort d’une jeune femme violée. Le gouvernement avait alors durci les peines pour les crimes sexuels.

En savoir plus : Un diplomate saoudien accusé de viols en Inde invoque son immunité pour échapper aux poursuites

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales