Arrivée imminente de trois sondes autour de Mars : démonstration de puissance sur la planète rouge

Arrivée imminente de trois sondes autour de Mars : démonstration de puissance sur la planète rouge© Greg Shirah/Aide Source: Reuters
La planète Mars sur une image non datée de la NASA (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Mars s'apprête à accueillir autour d’elle et sur son sol trois sondes spatiales : une émiratie, une américaine et une chinoise. Quels sont les enjeux liés à l'exploration humaine de notre proche voisine du système solaire ?

«C'est parce que c'est difficile qu'il faut le faire.» Empruntée à l'alpiniste néo-zélandais Edmund Hillary (1919-2008) et à John Fitzgerald Kennedy dans son célèbre discours amorçant le programme Apollo, la formule plaît à Patrick Baudry. Deuxième astronaute français à être allé dans l'espace, c’est ainsi qu’il résume pour RT France sa vision des futurs premiers pas de l'Homme sur Mars. «On avance grâce aux progrès que l'on fait, aux technologies que l'on invente», souligne encore cet ancien pilote de chasse de l'Armée de l'air française.

Pour l'heure, à défaut de réunir les conditions de réalisation d'une mission habitée sur Mars, l'humanité multiplie les explorations de notre voisine rouge. A partir de février 2021, trois véhicules spatiaux devraient ainsi rejoindre la planète Mars. La sonde émiratie Hope doit atteindre le 9 février l'orbite depuis laquelle elle effectuera sa première mission d'observation à distance, tandis que le rover américain Perseverance et la sonde chinoise Tianwen-1 ont pour objectif d'arpenter le sol martien, notamment pour y découvrir de potentielles traces de vie.

«Recherche scientifique et accomplissement humain» : deux enjeux qui justifient amplement l'exploration de la planète rouge, selon Pierre Brisson, président de la Mars Society en Suisse et membre du comité directeur de l'association française Planète Mars. «Mars est la seule planète évoluée qui puisse être étudiée. L'explorer peut nous permettre de témoigner de son évolution, et ce faisant, de mieux comprendre la Terre. Cela pourrait aussi permettre à l'humanité d'envisager Mars comme une "planète B"», explique à RT France ce fervent défenseur de la conquête humaine de Mars. Cette thèse contraste avec celle défendue récemment sur le plateau d'Interdit d'interdire par l'astrophysicienne Sylvia Ekström, selon laquelle l'Homme n'a pas vocation à exploiter la planète rouge. Un argumentaire qu’elle développe dans son livre Nous ne vivrons pas sur Mars, ni ailleurs (novembre 2020, Éd. Favre).

Ceux qui sont [ou s'apprêtent à être] capables d'aller sur Mars ne feront pas la courte échelle à ceux qui ne le sont pas

En tout état de cause, la course à l'exploration de Mars est semée d'embûches et compte pour l'heure un nombre restreint de compétiteurs ayant atteint leur objectif. De fait, outre l'historique mission soviétique Mars 3 grâce à laquelle l'URSS devenait, le 2 décembre 1971, la première puissance à réussir la pose d'un engin humain sur Mars (victime d'une panne quelques instants après avoir déployé ses instruments), seule la Nasa est actuellement parvenue à déployer sans dégâts des instruments à la surface martienne. Les agences russe, européenne et indienne ont pour leur part effectué des mises en orbite et des survols éloignés de notre proche voisine. Si certaines missions ont permis d'enrichir notre savoir sur Mars, la marge de progression reste donc immense, tout comme les enjeux géopolitiques qui en découlent. «Ceux qui sont [ou s'apprêtent à être] capables d'aller sur Mars ne feront pas la courte échelle à ceux qui ne le sont pas. La politique, c'est extrêmement simple : c'est le plus fort qui gagne et les autres qui prennent les miettes», confie Patrick Baudry qui, pour sa part, regrette «trop de renoncements» en la matière sur le Vieux continent.

Pour rappel, victimes de problèmes techniques non résolus, l'agence spatiale européenne (ESA) et sa partenaire russe Roscosmos ont annoncé le report de deux ans d'une mission conjointe sur Mars, baptisée Mars Express, dont le lancement était initialement prévu en juillet 2020.

Hope, première mission interplanétaire menée par un pays arabe made in UAE

La sonde émiratie devrait atteindre son orbite le 9 février, soit 205 jours après son décollage depuis la base de lancement japonaise de Tanegashima.

Arrivée imminente de trois sondes autour de Mars : démonstration de puissance sur la planète rouge© Kyodo Source: Reuters
Décollage de la fusée portant la sonde émiratie Hope, depuis la plateforme de lancement du centre spatial japonais de Tanegashima, le 20 juillet 2020.

Sur son site, l'établissement en charge du programme spatial des Emirats arabes unis détaille les objectifs scientifiques de la mission Hope (espoir en français). En résumé, ceux-ci portent sur la compréhension des dynamiques climatiques de la planète et de ses évolutions météorologiques en basse atmosphère. Hope pourrait notamment permettre de progresser sur des questions cruciales comme l'échappement atmosphérique de l'hydrogène et de l'oxygène.

Sur le plan financier, la construction de la sonde et son lancement ont représenté à eux deux un coût de quelque 200 millions de dollars.

L'intérêt que portent les Emirats arabes unis pour l'aventure martienne s'est déjà traduit par le projet Mars 2117, en référence à l'année hypothétique où des colonies humaines pourraient s'établir sur la planète rouge. Dans les faits, au-delà de cette échéance d'un siècle, le pays a imaginé la construction de Sciences City, une ville de simulation spatiale visant à reconstituer près de Dubaï, grandeur nature, la vie sur Mars et qui devrait être réalisée dans la décennie.

Profitant de son statut de première mission interplanétaire menée par un pays arabe, Hope pourrait permettre aux Emirats arabes unis de conforter un statut de grande puissance régionale dans l'industrie aérospatiale. Une ambition d'ailleurs revendiquée par le Centre spatial Mohammed bin Rashid (plus connu sous son acronyme anglophone MBRSC), qui multiplie les coopérations internationales en la matière. «Les Emirats, champions de la coopération spatiale», analysait ainsi, fin 2019 dans les colonnes de La Tribune, Gérard Vespierre, chercheur associé à la Fondation d’études pour le Moyen-Orient (FEMO), dans un article retraçant les différents partenariats spatiaux engagés par le pays, notamment avec des établissements américains et européens. «La coopération s'est également établie avec la Corée du Sud pour la construction des satellites, et le Japon pour leurs lancements», expliquait encore le chercheur.

En octobre 2020, les Emirats arabes unis faisaient par ailleurs partie des huit premiers pays signataires des accords Artemis portés par les Etats-Unis, dans le cadre du programme lunaire américain du même nom. Pour rappel, conformément à leur non-participation au programme en question, ni la Russie ni la Chine n’avaient été invitées à signer ce traité qui vantait pourtant les mérites d’une coopération dans le domaine de l'exploration spatiale, affichant notamment la volonté de définir les contours d'«une utilisation de la Lune, de Mars, des comètes et des astéroïdes à des fins pacifiques».

«En tant que cosmonaute je ne comprends pas pourquoi ostraciser la Chine et la Russie. En tant que citoyen, je suis conscient qu'il s'agit d'enjeux politiques qui nous dépassent : à qui profite le crime ?», interroge Patrick Baudry, aujourd'hui consultant en activités aéronautiques et spatiales. «Des enfantillages», relève encore Pierre Brisson, selon qui la mise à l'écart de la Chine et de la Russie est toutefois plus symbolique qu'autre chose : «Cela ne va pas empêcher ces pays de mener des missions indépendantes», estime-t-il.

Perseverance, un rover américain équipé d'un œil français

Multiples études géologiques et atmosphériques martiennes, avancées dans la recherche d'une éventuelle forme de vie passée sur la planète, photographies haute définition de paysage rocheux… Autant de domaines où les Etats-Unis se sont imposés en maîtres depuis 1976, année où la Nasa parvenait à poser ses deux premiers engins sur Mars.

Forte de son avance considérable en la matière, la Nasa a prévu que sa sonde arrive à destination le 18 février prochain. Sera alors déployée l'astromobile Perseverance qui devrait mener la mission Mars 2020 : première étape d'un ambitieux programme dont l'objectif final est de ramener sur Terre des échantillons du sol martien afin d'en effectuer une analyse poussée et, pourquoi pas, y trouver des bio-signatures, soit des traces de vie ancienne laissées dans les minéraux.

La mission américaine compte également sur les apports d'Ingenuity, nom donné au drone hélicoptère qui accompagnera l'astromobile dans ses recherches. Il s'agit du premier engin de conception terrestre voué à voler sur une autre planète que la nôtre.

Fait notable, de son pesant d'une tonne, le rover Perseverance est équipé d'un instrument de fabrication française, le SuperCam, dont l'ouvrage a été réalisé par le Cnes. Pour faire simple, il s’agit d’une caméra laser destinée à l'analyse de roches sur place. «SuperCam aura la délicate mission de choisir quels échantillons de sol ramener sur la Terre, sur la base de leur composition atomique et moléculaire», résumait en juillet 2020 le quotidien Les Echos.

Cette participation française n'enthousiasme pourtant guère Patrick Baudry. «Ça nous affaiblit. On dépense des budgets conséquents pour des programmes en commun qui, je pense, ne nous apporteront pas une maîtrise en quoi que ce soit. Ce qui est important dans un projet, c'est son objectif et d'en avoir le leadership», estime le spationaute français, qui voit dans une telle coopération «une opération de com'».

Prévu en 2031, le retour sur Terre des échantillons collectés par Perseverance pourrait faire l'objet – sous réserve de son financement – d'une mission coorganisée avec l'ESA.

Perseveranceest «la pièce maîtresse de la mission Mars 2020», qui a pour l'heure absorbé quelque 2,7 milliards de dollars, rappelait le 21 janvier 2021 la presse spécialisée américaine.

Sur son compte Twitter désormais banni, Donald Trump évoquait à sa façon en juin 2019 l'aventure martienne américaine. «Avec tout l'argent que nous dépensons, la Nasa ne devrait pas parler d'aller sur la Lune – nous l'avons fait il y a 50 ans. Elle devrait se concentrer sur les choses beaucoup plus importantes que nous faisons, y compris Mars», affirmait alors le 45e président des Etats-Unis.

Comme en témoigne le coût colossal de la mission Mars 2020, ainsi que celui cumulé par les précédentes, les Etats-Unis se sont jusqu'à présent donné les moyens d'imposer leur leadership dans l'exploration de Mars. De fait, l'aventure bénéficie désormais d'un engouement particulièrement marqué chez certaines figures du New Space, terme utilisé pour désigner l'ouverture du secteur spatial aux acteurs privés. Le patron de SpaceX, Elon Musk, ambitionne ainsi une colonisation humaine de notre voisine rouge dans les prochaines décennies. Bien que de telles prédictions se heurtent pour l'heure à de nombreuses contraintes sur les plans technologique, humain et financier, l'homme désormais le plus riche du monde communique régulièrement sur les avancées de SpaceX en la matière.

«Il y a 15 ans, des agences spatiales européennes ont méprisé Elon Musk, le réduisant à un personnage arrogant. A l'époque, j'avais compris que c'était le début de choses fantastiques», confie un Patrick Baudry particulièrement critique quant aux stratégies du secteur spatial européen. «Quand on parle d'Europe, il est difficile de parler de volonté. Pour moi, la volonté européenne, ça n'existe pas. L'ESA est un symbole du manque d'ambition, du manque de volonté, du manque de prise de risque», affirme l'ancien colonel de l'Armée de l'air française.

Tianwen-1, symbole de la détermination chinoise

«La sonde de la première mission chinoise sur Mars, Tianwen-1, doit entrer en orbite martienne le 10 février […] Elle effectuera une manœuvre de "freinage" afin d’être capturée par la gravité de Mars», a fait savoir le 7 janvier la rubrique scientifique du Quotidien du Peuple, l'organe de presse officiel du Parti communiste chinois. Dans la foulée de son entrée fracassante au sein du club très restreint des pays ayant réussi à ramener sur Terre des échantillons du sol lunaire, l'empire du Milieu entend donc, sans se précipiter, accroître ses prouesses dans l'espace profond.

10 ans après l'échec de la mission russe Phobos-Grunt, dont la sonde du même nom avait, entre autres, emporté à son bord un micro-satellite chinois devant être placé en orbite martienne, la Chine pourrait ainsi signer son retour en réalisant un exploit : accomplir au cours de sa première tentative indépendante ce que la Nasa a réalisé en menant de multiples missions depuis les années 1960 : placer une sonde en orbite martienne, réussir la rentrée atmosphérique d'un module et, enfin, déployer une astromobile pour explorer la surface de Mars.

Contrairement à son homologue américaine, la sonde chinoise ne touchera pas le sol martien en février, car il est prévu qu'elle effectue d'abord deux mois d'observation en orbite, avant de procéder à sa rentrée atmosphérique. Avec la mission Tianwen-1 (questions au ciel, en français), l'agence spatiale chinoise ambitionne, tout comme la Nasa, de progresser sur le mystère d'une vie martienne passée.

La sonde pourrait également récolter des données sur l'atmosphère martienne, le paysage, ainsi que les caractéristiques géologiques et magnétiques de la planète. Autant d'informations qui contribueraient à comprendre l'origine et l'évolution de notre voisine, et plus largement, du système solaire. «Surtout, la sonde pourrait révéler si la planète rouge a le potentiel de constituer une seconde maison pour les êtres humains», rapportait la chaîne de télévision chinoise CGTN en août 2020. 

Concernant les probabilités de succès de la mission chinoise, Pierre Brisson estime que pour cette première initiative indépendante, le géant asiatique peut encore «se permettre un échec». «La conquête spatiale, pour moi, c'est prendre des risques, rebondir sur des échecs», abonde Patrick Baudry, qui salue au passage les récentes performances d'une administration spatiale chinoise à ses yeux «plus disciplinée» que ce qu'il observe sur le Vieux continent. «J'aime les faits, j'aime les gens qui avancent, qu'ils soient Chinois, Américains ou Français. La Chine fait preuve de beaucoup de sagesse dans son approche de l'espace habité. Simultanément à sa mission sur Mars, elle avance avec un objectif clair, la Lune, où il existe des enjeux politiques, voire industriels et commerciaux importants», précise le consultant en activités spatiales.

Géopolitique de l'espace profond

Comme en témoignent les coopérations nées de certaines des missions susmentionnées, l'exploration humaine du système solaire est source d'émulation sur la scène internationale. Et de fait, elle a d'ores et déjà permis des avancées considérables sur la compréhension de notre planète. Simultanément, à l'image d'initiatives excluant volontairement des acteurs incontournables du secteur, la conquête de l'espace profond est annonciatrice de tensions dans le cadre d'une compétition extrême. Autant d'éléments qui permettent d'appréhender les contours d'une géopolitique de l'espace, où certains ont plus d'expérience que d'autres. «Tous les pays qui en ont les moyens sentent bien qu'ils ne peuvent pas rester à la traîne dans le domaine spatial. Avoir accès à l'espace devient une question de souveraineté», confiait récemment à RT France un ingénieur en industrie aérospatiale. «Mars est devenu un symbole de démonstration en matière de supériorité technologique», souligne Alice Gorman, scientifique australienne spécialisée dans l'archéologie spatiale, citée en ce début d'année par Bloomberg.

Jusqu'où les actuels détenteurs du leadership spatial iront-ils pour le conserver ? Qu'attendre des concurrents en la matière ? Dans quelle mesure les opérations en cours peuvent-elles influencer la position des uns et des autres ? Réponse partielle dans les prochains mois, au regard du déroulé des trois missions martiennes en approche.

Fabien Rives

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»