Pompeo se félicite d'avoir mis fin à «des décennies d'apaisement» entre Pékin et Washington

Pompeo se félicite d'avoir mis fin à «des décennies d'apaisement» entre Pékin et Washington© Andrew Harnik Source: Reuters
Mike Pompeo, 70e secrétaire d'Etat américain, le 12 janvier 2021.
Suivez RT France surTelegram

Quatre jours avant de quitter son poste de secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo a tiré à boulets rouges contre Pékin dans une série de tweets incendiaires. Une initiative qui fait suite à de récentes sorties contre Cuba ou encore l'Iran.

En amont de l'investiture de Joe Biden prévue le 20 janvier, le 70e secrétaire d'Etat des Etats-Unis, Mike Pompeo, prépare à sa façon le départ de l'administration Trump en multipliant les sorties sur la scène internationale. Ce 16 janvier, le chef de la diplomatie américaine a par exemple publié plus d'une dizaine de tweets incendiaires à l'attention du Parti communiste chinois.

«Le Parti communiste chinois est une menace», a-t-il écrit dans un première publication qui annonçait la couleur, avant d'ajouter : «Pendant 50 ans, l'Amérique s'est mise à genoux devant la Chine. Mais pas sous l'administration Trump.»

A peine 30 minutes plus tard, le chef du département d'Etat s'est félicité d'avoir réussi à «mettre fin des décennies d'apaisement» entre Pékin et Washington. «Nous ne pouvons plus ignorer les différences politiques et idéologiques entre les Etats-Unis et la République populaire de Chine, entre la liberté et la tyrannie», a-t-il précisé.

S'en est suivie une série de commentaires visant directement le gouvernement chinois, dont il a notamment dénoncé le «régime autoritaire» et qu'il a également accusé de «mentir» en permanence ainsi que de faire des «promesses vides».

Puis est venu le volet sanitaire, sur lequel Mike Pompeo a encore tiré à boulets rouges sur Pékin. «Le gouvernement chinois a lâché le virus sur le reste du monde», peut on lire dans une infographie en commentaire de laquelle Mike Pompeo a ajouté : «Le Parti communiste chinois [...] a laissé le monde souffrir [pendant que] l'Amérique invente des vaccins pour le monde». Une accusation qui fait suite à celles de Donald Trump en mai dernier par lesquelles il pointait du doigt la responsabilité de la Chine. Le président américain disait alors à propos du virus : «C'est quelque chose qui aurait pu être contenu à l'endroit d'origine et je pense que ça aurait pu être jugulé très facilement.» Sur ce point, l'ambassadeur de Chine en France avait exprimé un démenti très ferme et déploré «une accusation sans fondement», accusant le président américain de «duper les gens avec des lessives en poudre».

En outre, le secrétaire d'Etat américain a également accusé la Chine de faire «disparaître ses docteurs», en référence au décès de Li Wenliang. Considéré comme un héros national par de nombreux Chinois, le médecin de Wuhan qui avait donné l'alerte sur le coronavirus y aurait succombé en février 2020, période à laquelle les autorités chinoises avaient annoncé l'ouverture d'une enquête afin d'établir les circonstances exactes de sa mort.

Cette série de tweets belliqueux fait suite à d'autres sorties fracassantes du secrétaire d'Etat. «Du 9 au 12 janvier, une semaine avant de quitter les lieux, il a multiplié les annonces tonitruantes, voire provocatrices, concernant l’Iran, la guerre au Yémen, les relations avec Cuba ou encore avec Taïwan», relevait ainsi le 15 janvier Radio-Canada dans un article revenant sur «les bombes à retardement de Mike Pompeo».

Pour rappel, l'administration Trump décidait le 11 janvier de placer Cuba sur la liste noire des pays soutenant le terrorisme, d'où le pays avait été retirée en 2015 par Barack Obama, dont Joe Biden était le vice-président. Une récente décision largement commentée sur la scène internationale.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»