Vaccination contre le Covid-19 : Téhéran a refusé que son peuple serve de «cobaye»

Vaccination contre le Covid-19 : Téhéran a refusé que son peuple serve de «cobaye»© WANA Source: Reuters
À Téhéran, une infirmière se prépare à injecter le vaccin iranien à une volontaire, le 29 décembre 2020.
Suivez RT France surTelegram

Le président iranien Hassan Rohani a confié que Téhéran avait rejeté la proposition d'entreprises étrangères de tester leurs vaccins contre le coronavirus sur les Iraniens, précisant que le pays achèterait des vaccins «sûrs» pour sa population.

«Des entreprises étrangères voulaient nous donner des vaccins afin qu'ils soient testés sur le peuple iranien. Mais le ministère de la Santé l'a empêché», a déclaré le 9 janvier 2021 le président iranien Hassan Rohani dans une allocution télévisée, sans toutefois dire à quels producteurs de vaccins il faisait référence. «Notre peuple ne servira pas de cobaye aux entreprises de vaccins», a-t-il encore lancé.

Le chef d'Etat a ajouté que les autorités iraniennes achèteraient des vaccins produits à l'étranger et «sûrs», toujours sans préciser lesquels.

Seule certitude, ces vaccins ne devraient pas provenir des Etats-Unis ou du Royaume-Uni, ni de France. L'ayatollah Ali Khamenei avait en effet annoncé le 8 janvier, dans un message sur son compte Twitter en anglais, l'interdiction d'importer en Iran des vaccins contre le Covid-19 fabriqués dans ces pays, au motif qu'ils pourraient servir à «contaminer» l'Iran. «Il est interdit d'importer des vaccins faits aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. On ne peut absolument pas leur faire confiance. Il n'est pas impossible qu'ils veuillent contaminer d'autres nations», indiquait le message reprenant un extrait de discours télévisé. Un message que le réseau social a décidé de censurer, estimant qu'il enfreignait ses règles.

«Vu notre expérience avec le sang français contaminé au VIH, les vaccins français ne sont pas dignes de confiance non plus», avait-il déclaré par ailleurs. 

Les vaccins américains, britanniques et français étant exclus, l’Iran pourrait se tourner vers le Spoutnik V russe ou le Sinovac chinois. Téhéran a par ailleurs commencé les essais d'un vaccin iranien fin 2020. L'Iran, pays le plus touché par le coronavirus au Moyen-Orient avec plus de 1,27 million de cas confirmés et plus de 56 000 décès, estime que les sanctions américaines ont pesé dans son bilan de la pandémie.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»