Un an après l'assassinat du général iranien Soleimani, des milliers d'Irakiens lui rendent hommage

- Avec AFP

Un an après l'assassinat du général iranien Soleimani, des milliers d'Irakiens lui rendent hommage© Thaier AL-SUDANI Source: Reuters
Une foule réunie pour le premier anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani et d'Abou Mehdi al-Mouhandis, à Bagdad, en Irak, le 3 janvier 2021.

Un an après la frappe de drone commanditée par les Etats-Unis ayant tué le général iranien Qassem Soleimani et son bras droit irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, des milliers d’Irakiens se sont réunis pour les honorer et dénoncer «l'occupant américain».

Le 3 janvier, après une veillée aux bougies à l'aéroport de Bagdad à l'endroit même où ont été assassinés le général iranien Qassem Soleimani et son bras droit irakien Abou Mehdi al-Mouhandis il y a un an, des milliers d’Irakiens ont convergé sur la place Tahrir où ils ont honoré leurs martyrs et dénoncé «l'occupant américain». 

Cette foule comprenait des partisans de Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires favorable à l'Iran formée pour lutter contre les djihadistes et désormais intégrée aux forces de sécurité irakiennes.

Durant des mois en 2019, certains Irakiens avaient conspué à Tahrir depuis le «restaurant turc» – un immense bâtiment à l’abandon – le pouvoir irakien et son «parrain» iranien. Durant certaines manifestations anti-gouvernement de la «révolution d’octobre», des portraits de Qassem Soleimani avaient même été piétinés.

Kazimi, lâche ! Agent des Américains !

Aujourd'hui, du haut de ce même restaurant, un poster géant du général Soleimani et d’Abou Mehdi al-Mouhandis en a recouvert un autre, vantant un futur musée de la «révolution d’octobre», sous le «haut patronage du Premier ministre Moustafa al-Kazimi». Des partisans de Hachd al-Chaabi ont scandé des slogans tels que «Non à l'Amérique !» et «Vengeance !», visant le «grand Satan» américain et le Premier ministre al-Kazimi, qu'ils accusent d'être son «agent» en Irak.

L'homme n'est pas présent, mais son nom est scandé. «Kazimi, lâche ! Agent des Américains !», ont répété en chœur les milliers de manifestants vêtus de noir, certains brandissant des pancartes «Go out USA» (dehors les Américains). «Nous sommes venus dire non à l'Amérique et à tout autre occupant qui voudrait souiller notre terre», a déclaré à l'AFP une participante, Oum Mariam. Au sud de Bagdad, dans plusieurs villes dont Najaf, où est enterré Abou Mehdi al-Mouhandis, des partisans, certains en pleurs, ont rendu hommage aux deux «martyrs». 

«Attention au piège»

Il y a un an, l’événement avait fait redouter un conflit ouvert en Irak, qui n’a finalement pas eu lieu. Le 31 décembre, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a twitté qu'en Irak, «des agents provocateurs israéliens préparent des attaques contre des Américains» pour placer «Trump dans une impasse avec un casus belli fabriqué». «Attention au piège», a prévenu le ministre, «tout feu d'artifice connaîtra un sérieux retour de flamme, notamment contre votre meilleur ami [Israël]».

Mohammad Javad Zarif a également affirmé que les services de renseignement irakiens avaient indiqué que les Etats-Unis de Trump – qui ont suivi une politique de «pression maximale» contre Téhéran durant le mandat de Donald Trump – cherchaient à fabriquer «un prétexte» pour lancer une guerre avant le départ du président républicain de la Maison Blanche. 

Le 1er janvier, le chef de l'Autorité judiciaire de l'Iran, Ebrahim Raïssi, a quant à lui averti que les auteurs de l'assassinat du général Soleimani ne seraient «nulle part en sécurité».

L'Iran avait riposté à l'assassinat de Qassem Soleimani en tirant des missiles sur des bases irakiennes abritant des soldats américains. En Irak, les groupes pro-Iran ont repris leurs attaques à la roquette contre des intérêts américains et, face à eux, le Premier ministre al-Kazimi a fait le choix de la diplomatie des petits pas.

De son côté, Washington montre une grande fermeté : évoquant «des spéculations sur de nouvelles attaques contre des Américains en Irak», Donald Trump a prévenu : «Si un Américain est tué, je tiendrai l'Iran pour responsable».

Près de 3 000 soldats américains sont toujours déployés en Irak. Un vote du Parlement irakien pour expulser ces militaires, annoncé dans le fracas de l’attaque par drones du 3 janvier 2020, est resté sans réponse. En novembre 2020, les Etats-Unis ont néanmoins annoncé que 500 soldats seraient retirés d'Irak avant le 15 janvier 2021.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»