Washington autoproclame le retour des sanctions de l'ONU contre l'Iran, Moscou dénonce

- Avec AFP

Washington autoproclame le retour des sanctions de l'ONU contre l'Iran, Moscou dénonce© Jure Makovec Source: AFP
Le 13 août 2020, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo s'exprime lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre slovène après leur rencontre à Bled (image d'illustration).

Le secrétaire d'Etat américain a annoncé le retour des sanctions de l'ONU contre l'Iran avant de menacer tout pays ou entité qui les violerait. La Russie, les Européens et l'Iran contestent cette décision.

Les Etats-Unis ont unilatéralement proclamé dans la nuit du 19 au 20 septembre le retour aux sanctions des Nations unies contre l'Iran et ont menacé ceux qui les violeraient. Cette annonce a suscité les protestations de Moscou, des Européens et de Téhéran.

Washington promet des «mesures» contre «ceux qui violeraient les sanctions de l'ONU»

«Aujourd'hui, les Etats-Unis saluent le retour de quasiment toutes les sanctions de l'ONU contre la République islamique d'Iran auparavant levées», qui sont «à nouveau en vigueur» depuis le 19 septembre à 20h, a déclaré le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo dans un communiqué.

«Pratiquement toutes les sanctions des Nations unies sont revenues contre l'Iran, le principal Etat soutenant le terrorisme et l'antisémitisme. Cela comprend une extension permanente de l'embargo sur les armes. C'est une excellente nouvelle pour la paix dans la région !», a annoncé le secrétaire d'Etat américain sur Twitter.

Par ailleurs, le gouvernement de Donald Trump menace clairement de mettre en place un système de sanctions secondaires pour punir tout pays ou entité qui violerait ces sanctions.

«Si des Etats membres de l'ONU ne remplissent pas leurs obligations pour appliquer ces sanctions, les Etats-Unis sont prêts à utiliser leurs propres outils pour punir ces défaillances», a prévenu Mike Pompeo, qui a promis que des «mesures» américaines seront annoncées «dans les prochains jours» contre «ceux qui violeraient les sanctions de l'ONU».

Les Etats-Unis sont l'un des seuls pays au monde à estimer que ces sanctions sont en vigueur, ce qui risque d'accroître les tensions internationales.

Washington, seul contre tous sur le dossier iranien ?

A six semaines de briguer un second mandat, Donald Trump pourrait dévoiler ces mesures lors de son discours du 22 septembre à l'Assemblée générale de l'ONU.

Washington est quasiment seul et contre tous : les autres grandes puissances, la Russie, la Chine, mais aussi les alliés européens des Etats-Unis, contestent cette affirmation basée sur une manœuvre juridique, le «snapback» prévu par l'accord de Vienne de 2015 sur le nucléaire iranien – dont les Etats-Unis sont sortis en 2018 – en cas de non-respect de ses engagements par un pays signataire, illégitime selon eux.

«Toute décision ou action qui serait prise sur le fondement de cette procédure ou de son issue sont sans effet en droit», avaient préalablement répondu la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne dans une lettre commune adressée le 18 septembre à la présidence du Conseil de sécurité et publiée officiellement ce 20 septembre.

La Russie et la Chine observent satisfaites, en mangeant du pop-corn, les Européens et les Américains se diviser

La diplomatie américaine martèle notamment que l'embargo sur les armes est prolongé «indéfiniment» et que de nombreuses activités en lien avec les programmes nucléaire et balistique de Téhéran sont désormais passibles de punitions au niveau international.

Moscou juge les actions de Washington «illégitimes»

Le ministère russe des Affaires étrangères a dénoncé ce 20 septembre la déclaration unilatérale des Etats-Unis, soulignant que les affirmations de Washington étaient dénuées de fondement légal. «Les initiatives et actions illégitimes des Etats-Unis ne peuvent par définition avoir de conséquences internationales légales pour les autres pays», a déclaré le ministère dans un communiqué.

La Russie a accusé Washington de se prêter à une «performance théâtrale» et estimé que les déclarations américaines «ne correspondent pas à la réalité». Moscou a également vilipendé les Etats-Unis, coupables de «chercher à forcer tout le monde à porter des lunettes de réalité virtuelle» et à accepter sa vision des faits.

L'attitude de Washington a porté «un grand coup à l'autorité du Conseil de sécurité de l'ONU», selon Moscou qui pointe du doigt un «mépris pour ses décisions et pour la législation internationale dans son ensemble». «C'est inacceptable, et pas seulement pour nous, mais pour les autres membres du Conseil de sécurité aussi», a poursuivi le ministère russe.

Il est très douloureux de voir un grand pays s'humilier ainsi 

«Nous avions tous clairement dit en août que cette manœuvre était illégitime. Washington est-il sourd ?», a déclaré de son côté l'ambassadeur adjoint russe aux Nations unies, Dmitri Polianski. «Il est très douloureux de voir un grand pays s'humilier ainsi et s'opposer dans son délire obstiné aux autres membres du Conseil de sécurité de l'ONU», a-t-il tweeté.

Par ailleurs, la Russie a déclaré «soutenir pleinement» la position de la majorité des membres du Conseil de sécurité, selon laquelle les initiatives de Washington sont légalement «nulles», avant d'ajouter que les efforts pour obtenir la mise en œuvre de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien seront poursuivis.

Les «jours et les heures les plus amers des Etats-Unis», selon Téhéran 

De son côté, l'Iran a appelé ce 20 septembre le monde à «parler d'une seule voix» contre les «actions irresponsables» américaines.

Les Américains «se rendent compte eux-mêmes qu'il s'agit d'une déclaration mensongère», a lancé le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. 

«On peut dire que la pression maximale américaine contre l'Iran, dans sa dimension politique et juridique, s'est transformée en isolement maximal des Etats-Unis», a estimé pour sa part le président iranien Hassan Rohani lors d'une réunion télévisée. 

«Nous attendons de la communauté internationale et de tous les pays du monde qu'ils s'opposent aux actions irresponsables du régime à la Maison-Blanche et qu'ils parlent d'une seule voix», a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, lors d'une conférence de presse.

«Le monde entier dit que rien ne s'est passé. Cela s'est simplement passé dans le monde imaginaire» du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, a ironisé Saeed Khatibzadeh qui estime que Washington est «isolé» et «du mauvais côté de l'Histoire». «C'est beaucoup de bruit pour rien et je pense que ce sont les jours et les heures les plus amers des Etats-Unis», a-t-il ajouté.

Washington accuse ses alliés d'avoir «choisi de s'aligner sur les ayatollahs»

Mi-août, le gouvernement Trump avait essuyé un revers retentissant au Conseil de sécurité de l'ONU dans sa tentative de prolonger l'embargo sur les armes conventionnelles visant Téhéran, qui expire en octobre.

Accusant dans une attaque d'une rare violence Paris, Londres et Berlin d'avoir «choisi de s'aligner sur les ayatollahs» au pouvoir dans la République islamique, Mike Pompeo avait déclenché le 20 août la procédure controversée du «snapback».

Ces sanctions avaient été levées en 2015, lorsque Téhéran s'était engagé dans un accord international à ne pas se doter de l'arme nucléaire.

Donald Trump, jugeant insuffisant ce texte négocié par son prédécesseur Barack Obama, avait retiré en 2018 son pays de cet accord. Dans la foulée, il avait rétabli, voire durci ses sanctions unilatérales.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»