Haut-Karabagh : une cathédrale arménienne bombardée, des journalistes blessés

Haut-Karabagh : une cathédrale arménienne bombardée, des journalistes blessés© DAVID GHAHRAMANYAN/NKR INFOCENTE Source: Reuters
Intérieur endommagé de la Cathédrale Ghazanchetsots dans le Haut-Karabagh.

Une cathédrale arménienne historique du Haut-Karabagh a été touchée une seconde fois par des frappes azerbaïdjanaises qui ont blessé plusieurs journalistes, dont des Russes, selon les autorités arméniennes.

«Des journalistes russes et locaux ont été blessés dans le second bombardement des forces azerbaïdjanaises visant l'église Ghazanchetsots», a fait savoir le Centre d'information du gouvernement arménien sur Twitter, ajoutant qu'un des reporters était en train d'être opéré.

Des images de médecins s'affairant sur un patient dans un hôpital ont par ailleurs été diffusées dans la foulée. 

Les journalistes étaient sur place pour couvrir les dégâts d'un premier bombardement ayant endommagé plus tôt dans la journée cette cathédrale située à Choucha, une quinzaine de kilomètres au sud de la capitale de la région du Haut-Karabagh, Stepanakert.

Sur place avant le second bombardement, un correspondant de l'AFP avait constaté d'importants dégâts : un large trou dans le toit, les vitraux soufflés et les bancs de prières renversés au milieu des gravats et de la poussière.

Un édifice déjà détruit par la guerre en 1990 

Choucha avait été en grande partie détruite lors d'une bataille décisive pendant la première guerre du Haut-Karabagh au début des années 1990. Sa cathédrale avait ensuite été reconstruite, devenant un symbole pour les Arméniens.

Longtemps partagée entre les deux cultures, chrétienne pour l'Arménie, et musulmane pour l'Azerbaïdjan, Choucha est souvent appelée la «Jérusalem du Haut-Karabagh».

Les combats entre séparatistes du Haut-Karabagh, soutenus par l'Arménie, et forces azéries se poursuivaient le 8 octobre, les bombardements ayant repris sur Stepanakert. 

L'armée azérie a démenti avoir tiré sur l'édifice, affirmant ne pas viser «les bâtiments et monuments historiques, culturels et tout particulièrement religieux».

L'Azerbaïdjan a en revanche accusé les Arméniens du Haut-Karabagh d'avoir «fait feu sur les zones habitées» de son territoire. Ainsi, deux civils ont été tués dans ces frappes, selon Bakou.

Les bombardements interviennent alors que les médiateurs historiques dans ce conflit, les co-présidents du groupe de Minsk de l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE), à savoir la Russie, les Etats-Unis et la France, doivent rencontrer à Genève le chef de la diplomatie azérie Ceyhun Bayramov. Ceux-ci tentent depuis le milieu des années 1990 de trouver une solution négociée, une première guerre ayant fait 30 000 morts à l'époque de l'effondrement de l'URSS. La réunion doit se dérouler à huis clos, un secret total étant gardé sur l'heure et le lieu exact.

Le bilan officiel depuis la reprise des hostilités le 27 septembre est de plus de 300 morts, dont une cinquantaine de civils.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»