L'Arménie prête à discuter d'un cessez-le-feu dans le Haut-Karabagh avec la médiation de l'OSCE

L'Arménie prête à discuter d'un cessez-le-feu dans le Haut-Karabagh avec la médiation de l'OSCE© Denis Balibouse
Les drapeaux de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie lors de pourparlers à Genève le 16 octobre 2017 (image d'illustration).

Le ministère arménien des Affaires étrangères a annoncé qu'Erevan était prêt à engager des pourparlers avec l'aide du groupe de Minsk de l'OSCE afin d'établir un cessez-le-feu dans l'enclave du Haut-Karabagh.

Le ministre arménien des Affaires étrangères Zohrab Mnatsakanyan a déclaré le 2 octobre 2020 qu'Erevan était prêt à entamer des discussions sur un cessez-le-feu dans le Haut-Karabagh, selon l'agence de presse russe Tass.

Celles-ci se tiendraient grâce à la médiation des pays du groupe de Minsk (dont la France, la Russie et les Etats-Unis sont coprésidents) de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

L'Arménie demeure engagée sur la voie d'un règlement pacifique du conflit au Haut-Karabagh

«Nous nous félicitons du fait que les chefs des pays coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE aient sévèrement condamné l'usage de la force dans la zone de conflit du Haut-Karabagh. L'Arménie demeure engagée sur la voie d'un règlement pacifique […] Même si nous continuerons de répondre avec force et détermination à cette agression contre le Haut-Karabagh, nous nous tenons prêts à engager le dialogue avec les pays coprésidents du groupe de Minsk pour rétablir un régime de cessez-le-feu sur la base des accords de 1994-1995», peut-on lire dans la déclaration du ministre arménien.

Erevan a également dénoncé «les actions agressives conjointes de l'Azerbaïdjan et de la Turquie, ainsi que l'implication de militants terroristes étrangers qui sapent la sécurité et la paix régionales, augmentant considérablement les risques d'une guerre à grande échelle».

Les propositions du groupe de Minsk rejetées par la Turquie

La France, la Russie et les Etats-Unis, qui chapeautent le groupe de Minsk mis en place après le conflit de 1988-1994 dans la région, ont lancé le 1er octobre un appel à la cessation immédiate des hostilités et exhorté les dirigeants de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan à s'engager sans délai à «reprendre les négociations de fond, de bonne foi et sans conditions préalables, sous l'égide des coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE».

La Turquie, soutien de l'Azerbaïdjan, a rejeté cette initiative. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a en effet déclaré le 1er octobre qu'étant donné que Paris, Moscou et Washington auraient «négligé ce problème pendant près de 30 ans», il est inacceptable qu'ils s'impliquent dans la recherche d'un cessez-le-feu. Il a ajouté que le seul moyen de parvenir à une trêve durable dans l'enclave passe par le retrait des «occupants arméniens».

De nouveaux affrontements entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie ont éclaté le 27 septembre dans le Haut-Karabagh. La région avait déjà connu des flambées de violence au cours de l'été 2014, en avril 2016 et en juillet 2020. Les deux parties ont fait état de victimes, y compris civiles. L'Arménie et l'Azerbaïdjan ont tous deux déclaré la loi martiale et mobilisé leurs troupes. Bakou affirme avoir pris le contrôle de quelques villages et hauteurs stratégiques du Haut-Karabakh, mais Erevan dément ces affirmations et a indiqué que des territoires situés en dehors de la région contestée étaient bombardés par l'Azerbaïdjan.

La région du Haut-Karabagh, peuplée majoritairement d'Arméniens, est considérée comme partie intégrante de l'Azerbaïdjan par les Nations unies. L'Arménie reconnaît l'indépendance de fait du Haut-Karabagh, autoproclamée par les autorités locales au début des années 1990. La région est le théâtre d'affrontements entre Arméniens et Azerbaïdjanais depuis le 27 septembre dernier.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»