Deux journalistes du Monde blessés dans le Haut-Karabagh

- Avec AFP

Deux journalistes du Monde blessés dans le Haut-Karabagh© Vahram Baghdasaryan Source: Reuters
Les restes d'une roquette dans la ville d'Ivanyan, dans le Haut-Karabagh, le 1er octobre 2020 (image d'illustration)

Emmanuel Macron a déclaré que la France était prête à rapatrier deux envoyés spéciaux du Monde blessés lors d'un bombardement dans le Haut-Karabagh. RSF attribue ce bombardement aux forces azerbaïdjanaises.

A son arrivée à Bruxelles pour le Conseil européen des 1er et 2 octobre, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé que la France préparait un avion pour rapatrier deux journalistes du quotidien Le Monde blessés dans la République autoproclamée du Haut-Karabagh. Cette région disputée, dont l'indépendance a été reconnue de fait par l'Arménie, est considérée comme partie intégrante de l'Azerbaïdjan par la communauté internationale. Elle est le théâtre d'affrontements entre Arméniens et Azerbaïdjanais depuis le 27 septembre dernier.

Les journalistes, nés en 1989 et 1991, se trouvaient dans la ville de Martouni avec les autorités locales afin de filmer les dégâts causés par un bombardement et d'interroger les habitants lorsque la ville a été à nouveau bombardée. 

Selon le journaliste Régis Genté, qui était sur place pour RFI/France 24, les envoyés spéciaux étaient en train de constater les dégâts causés sur une maison quand ils ont entendu «en l'espace d'une seconde une roquette». «L' attaque a duré à peu près une minute», a-t-il raconté sur France 24.

Allan Karval et son confrère sont dans un état grave et sont actuellement opérés à l'hôpital municipal, a indiqué à l'AFP l'ambassadeur d'Arménie en France, Hasmik Tolmajian. Un caméraman d’Armenia TV et un reporter du site d’information arménien 24news ont également été blessés, selon Reporters sans frontières.

RSF ainsi que le ministère des Affaires étrangères arménien attribuent ce bombardement à l'Azerbaïdjan.

Emmanuel Macron a indiqué que «depuis que nous le savons, le centre de crise du Quai d'Orsay est mobilisé, ainsi que l'ensemble de nos capacités pour pouvoir, le plus rapidement possible, organiser le rapatriement».

«Un avion sanitaire est prêt à partir au moment où je vous parle. Nous sommes en train de tout faire pour stabiliser les blessés sur place avant de permettre leur évacuation. Nous resterons évidemment mobilisés sur ce sujet avec les journalistes, nos équipes sur place, les équipes à Paris, le journal Le Monde et les familles», a-t-il poursuivi.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»