Geler Nord Stream 2, «pas dans l'intérêt de l'Allemagne et de l'Europe», selon un député allemand

Geler Nord Stream 2, «pas dans l'intérêt de l'Allemagne et de l'Europe», selon un député allemand Source: Reuters
Le projet Nord Stream 2 dont la construction devait s'achever à la fin de l'année, n'a jamais été aussi proche de l'abandon.
Suivez RT France surTelegram

Si, depuis l'affaire Navalny, l'avenir du projet russo-européen Nord Stream 2 est menacé, certains, comme Klaus Ernst, président de la Commission de l’économie et de l’énergie du Bundestag, alertent sur les dangers que fait courir son abandon.

Déjà fragilisé par les sanctions américaines, le projet de gazoduc Nord Stream 2, presque achevé, entre la Russie et l'Europe, fait face à un avenir incertain depuis l'affaire Navalny. Son principal promoteur, l'Allemagne, n'exclut plus de lui retirer son soutien. Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a en effet changé de ton depuis l’empoisonnement présumé de l’opposant politique russe, multipliant envers le pouvoir russe des accusations que Moscou conteste fermement. Dans une interview accordée au quotidien allemand Bild le 7 septembre, Heiko Maas a ainsi concédé : «J'espère vraiment que les Russes ne nous forceront pas à changer de position sur Nord Stream 2.» 

A Berlin pourtant, tout le monde ne partage pas l'avis du chef de la diplomatie allemande. Interrogé par RT Deutsch, le président de la commission de l’économie et de l’énergie du Bundestag Klaus Ernst (Die Linke, parti de gauche) estime que l'abandon du gazoduc risque de frapper l'Europe et les contribuables européens en premier lieu.

«Nord Stream 2 n'est pas un projet de Poutine, mais un projet dans lequel de nombreuses entreprises européennes sont impliquées et qui vise à assurer la sécurité de l’approvisionnement en gaz de l’Europe», a affirmé Klaus Ernst. «Mettre ce projet en péril, c’est s'infliger un coup dur à cause de cette histoire qui s’est passée en Russie. Et cela n'est certainement pas dans l'intérêt de l'Allemagne et de l'Europe», a-t-il estimé.

Klaus Ernst craint entre autres les conséquences économiques que pourrait avoir le gel ou l'abandon de Nord Stream 2 : «Si la décision d'y mettre un terme est prise, les entreprises pourront intenter des actions en dommages-intérêts contre ceux qui auront pris cette décision, et dans le cas présent contre l'Etat allemand». Et d'ajouter : «De mon point de vue, il sera impossible de l’expliquer aux contribuables allemands. Cela affectera, bien entendu, les prix du gaz. Parce que ce projet est conditionné par le fait que dans notre pays, en Allemagne, comme dans toute l’Europe, la demande de gaz augmente, et d'autres producteurs de gaz produisent moins».

Lors de son entretien avec RT, Klaus Ernst a rappelé que la veille de l'affaire Navalny, les députés allemands avaient exprimé à l'unisson leur désapprobation face aux pressions exercées par les Etats-Unis contre le projet gazier. «Nous étions tous unanimes à penser qu'il était inacceptable que les Américains nous disent comment nous devons gérer notre propre approvisionnement énergétique. Nous sommes donc fortement opposés aux sanctions américaines qui ont été imposées contre certaines entreprises et individus impliqués de quelque manière que ce soit dans la construction de ce gazoduc. Cela ne se fait pas. Cela viole le droit international, nous ne l'acceptons pas», a-t-il conclu.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix