Victime collatérale de l'affaire Navalny ? Nord Stream 2 sous le feu des gouvernements occidentaux

Victime collatérale de l'affaire Navalny ? Nord Stream 2 sous le feu des gouvernements occidentaux© Stine Jacobsen Source: Reuters
Un navire abritant des matériaux de construction pour le gazoduc Nord Stream 2 (image d'illustration)

Dans un contexte marqué par l'affaire Navalny, la France et les Etats-Unis ont émis des réserves quant à la construction du gazoduc censé relier la Russie à l'Allemagne. Tandis que Berlin hausse le ton, Moscou déplore la politisation du dossier.

Le projet de gazoduc russe Nord Stream 2 servirait-il de moyen de pression sur la Russie ? Ces derniers jours, la France, les Etats-Unis et l’Allemagne s’y sont opposés ou ont émis de sérieuses réserves quant à sa réalisation, liant pour certains le sort du futur gazoduc à celui de l'opposant Alexeï Navalny, qui vient de sortir de son coma artificiel, selon l'hôpital berlinois dans lequel il a été transféré après avoir subi un malaise en Russie, que Berlin attribue à un empoisonnement.

Déjà fragilisé par les sanctions américaines, ce projet de gazoduc entre la Russie et l'Europe se retrouve face à un avenir incertain alors que, selon Berlin, les «résultats [des analyses d’Alexeï Navanly] confirment sans équivoque la présence d’un agent chimique neurotoxique de type "Novitchok".» Des accusations fermement contestées par Moscou qui s'appuie sur les analyses des médecins de Moscou et Omsk n'ayant pas montré de trace d'empoisonnement.

Nord Stream 2, dont la mise en service était initialement prévue début 2020 avant d'être repoussée, est un gazoduc censé doubler les capacités de livraison de gaz russe de son aîné Nord Stream 1, opérationnel depuis 2012, à destination de l'Europe occidentale via la mer Baltique.

Bien que ses 1 230 kilomètres soient quasiment terminés, le projet est à l'arrêt depuis plusieurs mois en raison des menaces de nouvelles sanctions américaines contre les entreprises y participant.

Paris admet des «réserves [...] sur la dépendance énergétique à l'égard de la Russie»

Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes a réitéré le 7 septembre les réserves de Paris face au projet de gazoduc russe. 

On a fait état plusieurs fois de réserves indépendamment de la question de Navalny qui ne se posait pas encore à l'époque

«On a eu des débats européens, des débats franco-allemands sur le projet Nord Stream, on a fait état plusieurs fois de réserves indépendamment de la question de Navalny qui ne se posait pas encore à l'époque», a déclaré Clément Beaune lors d'un entretien à Berlin avec l'AFP.

«Je ne m'immisce pas dans le débat allemand sur Nord Stream 2», a-t-il poursuivi, avant d'ajouter : «Mais les réserves que nous avons [...] sur la dépendance énergétique à l'égard de la Russie existent, sont connues.»

Pour Donald Trump, l'Allemagne doit abandonner le projet si elle «sent que quelque chose se passe»

Le 7 septembre Donald Trump a de nouveau fait savoir lors d'une conférence de presse qu'il était «en faveur» de l'abandon du projet, et qu'il avait été «le premier à émettre l'idée».

L'Allemagne est dans une position très affaiblie en ce moment en matière d'énergie

Selon le président américain, l'Allemagne doit «absolument» abandonner le projet si elle «sent que quelque chose se passe». Donald Trump n'a toutefois pas précisé sa pensée au sujet de ce «quelque chose» qui pourrait être en train de se passer.

«Mais je ne sais pas si l'Allemagne est en situation [de stopper le projet] actuellement. Parce que l'Allemagne est dans une position très affaiblie en ce moment en matière d'énergie», a-t-il également ajouté.

La position étasunienne est loin d'être économiquement désintéressée. Grand producteur de gaz naturel, les Etats-Unis se sont en effet récemment lancés dans une offensive commerciale à la recherche de nouveaux débouchés, lorgnant du côté de l’Europe.

Selon Berlin, la Russie doit «clarifier» sa position sur Navalny

Le principal promoteur du projet, l'Allemagne, n'exclut désormais plus de retirer son soutien à Nord Stream 2, à moins que Moscou ne décide de «clarifier ce qui s'est passé» concernant l'opposant russe.

Interrogé sur le fait de savoir si de possibles sanctions contre la Russie dans cette affaire pourraient affecter le projet de gazoduc, le porte-parole d'Angela Merkel, Steffen Seibert, a répondu lors d'une conférence de presse le 7 septembre : «La chancelière considère qu'il serait erroné de l'exclure dès le départ.»

Interrogé sur le plateau de la télévision publique ARD la veille, le ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Mass a, lui, tenu le même discours. «Fixer des ultimatums n'aide personne, mais si dans les prochains jours la partie russe ne contribue pas à clarifier ce qui s'est passé, alors nous allons devoir discuter d'une réponse avec nos partenaires [européens]», a-t-il ajouté le même jour auprès du quotidien Bild, évoquant même un possible gel de Nord Stream 2, selon l’AFP.

Moscou veut éviter toute politisation du dossier

Alexandre Grouchko, vice-Ministre russe des Affaires étrangères cité par Ria Novosti ce 8 septembre, a pour sa part tenu à se tenir éloigné des polémiques, soulignant au sujet du gazoduc : «Il s’agit d’un projet commercial qui doit rester en dehors de la politique, car il contribue à renforcer la sécurité énergétique de l’Europe elle-même et à créer une plateforme pour le développement de la coopération économique.»

Nous estimons que l’Europe doit, en fin de compte, trouver la force de faire connaître ses intérêts nationaux, si elle ne veut pas se retrouver dans une situation de vassal

Et de poursuivre : «Quant aux déclarations des responsables américains, il n’y a rien de nouveau, ils luttent de façon cohérente et systématique contre Nord Stream, mais nous estimons que l’Europe doit, en fin de compte, trouver la force de faire connaître ses intérêts nationaux, si elle ne veut pas se retrouver dans une situation de vassal.»

Lors d’une conférence de presse donnée le 7 septembre, le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov avait pour sa part déclaré à propos des appels à arrêter ou suspendre le projet Nord Stream 2 : «Nous entendons ces déclarations et notons que, à chaque nouvelle déclaration, deux autres viennent en révéler l’absurdité.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»