«Un sac sur la tête» : l'opposante biélorusse Kolesnikova donne sa version de son arrestation

«Un sac sur la tête» : l'opposante biélorusse Kolesnikova donne sa version de son arrestation© Vasily Fedosenko / Reuters
Maria Kolesnikova lors d'une manifestation de l'opposition en Biélorussie.

Emmenée dans un véhicule par des individus cagoulés, l'opposante Maria Kolesnikova est détenue pour atteinte à la sûreté de l'Etat. Elle souhaite porter plainte contre les officiers l'ayant interpellé, dénonçant notamment des menaces de mort.

Arrêtée le 7 septembre par les forces de l'ordre biélorusses et détenue à Minsk, l'opposante Maria Kolesnikova a livré la version des faits de son interpellation, via un communiqué de son avocate relayé par le site TuT.By ce 10 septembre. Toujours en prison, elle entend déposer plainte pour menaces de mort de la part des officiers du KGB. 

«Il m'a été spécifié en particulier que si je ne quittais pas volontairement la république de Biélorussie, je serais de toute façon expulsée, vivante ou en morceaux [...] On m'a aussi menacée de m'emprisonner 25 ans», écrit-elle, selon des propos rapportés par Reuters. La version de l'opposante, qui avait été signalée disparue par ses proches après avoir été emmenée par des inconnus s'oppose à celle des autorités biélorusses, qui assuraient l'avoir arrêté alors qu'elle tentait de rejoindre l'Ukraine.

«Après que les officiers du KGB ont réalisé que je ne quitterais pas volontairement la Biélorussie, ils m'ont mis un sac sur la tête, m'ont poussé dans un minibus et m'ont emmené à la frontière biélorusse-ukrainienne», témoigne encore l'opposante biélorusse, qui ajoute avoir «déchiré [son] passeport» afin de rendre impossible son passage en Ukraine.

Maria Kolesnikova n'est pas la seule opposante à avoir été enlevée par des hommes cagoulés récemment, puisque c'est également le cas de Maxime Znak. Selon Reuters, la commission d'enquête nationale a confirmé la détention des deux personnalités politiques, ajoutant qu'ils étaient tous deux soupçonnés d'atteinte à la sûreté de l'Etat.

La Biélorussie fait face à un important mouvement de contestation depuis la réélection d'Alexandre Loukachenko, contestée par l'opposition.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»