Que s'est-il passé avec l'opposante biélorusse Maria Kolesnikova ?

Que s'est-il passé avec l'opposante biélorusse Maria Kolesnikova ? Source: Reuters
L'une des figures phares de la contestation au Bélarus Maria Kolesnikova

Si dans un premier temps plusieurs médias ont relayé l'information selon laquelle l'opposante biélorusse aurait été enlevée à Minsk, son destin restait inconnu. Ses alliés ont partagé plus de détails sur cet incident.

Le 8 septembre, alors que ses partisans, sans nouvelles, avaient tiré la sonnette d'alarme quant à la disparition de Maria Kolesnikova, opposante biélorusse, la télévision publique biélorusse a rapporté son arrestation. D'après cette source, la femme politique aurait été arrêtée près de la frontière ukrainienne.

Mais selon les proches de la nouvelle figure politique du pays, tout ne s'est pas passé exactement comme le rapportent les médias d'Etat. Ils ont témoigné que l'opposante biélorusse Maria Kolesnikova a déchiré son passeport pour faire échouer une tentative des autorités de la forcer à l'exil.

Selon ces témoignages, la femme politique aurait été emmenée de force à la frontière entre le Bélarus et l'Ukraine dans la nuit de lundi à mardi. Elle «criait qu'elle n'irait nulle part» et «s'est extirpée par la fenêtre de la voiture avant de se diriger vers la frontière bélarusse» où elle a été arrêtée, ont raconté depuis Kiev deux collaborateurs qui étaient à ses côtés, Anton Rodnenkov et Ivan Kravtsov, qui ont eux fait le choix de quitter leur pays.

Les deux hommes ont raconté avoir été emmenés de force par des inconnus et transportés dans diverses administrations, menottés et un sac sur la tête. Interrogés et menacés de poursuites judiciaires, ils se sont finalement vu proposer de quitter le pays.

«Ce qui les intéressait, c'était le transport de Maria Kolesnikova hors des frontières. Ils l'expliquaient par la nécessité d'une désescalade de la situation» au Bélarus, a expliqué Ivan Kravtsov.

Maria Kolesnikova, 38 ans, est la dernière des trois figures féminines de l'opposition durant la campagne présidentielle à demeurer au Bélarus. Les deux autres, la candidate Svetlana Tikhanovskaïa et Veronika Tsepkalo, se sont exilées à l'étranger.

La France a condamné «les arrestations arbitraires et les pratiques d'exils forcés», et appelé à faire toute la lumière sur le cas de Maria Kolesnikova.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»