«Je vais continuer à me battre» : après son inculpation, Steve Bannon dénonce une «cabale politique»

- Avec AFP

«Je vais continuer à me battre» : après son inculpation, Steve Bannon dénonce une «cabale politique»© Stéphanie Keith/Getty Images Amérique du Nord Source: AFP
Steve Bannon, le 20 août 2020, à New York, aux Etats-Unis (image d'illustration).

Dans son podcast War Room, l'ancien conseiller de Donald Trump a mis en lumière, selon lui, la «cabale politique» dont il fait l'objet après son inculpation pour détournement de fonds. D'après lui, ces accusations servent à «intimider les gens».

Steve Bannon, ancien conseiller du président américain Donald Trump, inculpé pour détournement de fonds destinés à la construction d'un mur à la frontière Etats-Unis-Mexique, s’est dit victime d’une «cabale politique» le 21 août dans son émission.

«Tout le monde sait que je ne suis pas du genre à me laisser faire», a-t-il déclaré au cours son podcast War Room après avoir été arrêté la veille, puis relâché moyennant une caution de 5 millions de dollars.

«Je suis prêt à tenir le temps qu'il faudra», a-t-il insisté. «Je vais continuer à me battre.»

Celui qui fut l'un des architectes de la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016 est accusé, avec trois autres personnes, d'avoir détourné à des fins personnelles des centaines de milliers de dollars d'une campagne de financement participatif censée contribuer à l'érection d'un mur à la frontière avec le Mexique

Steve Bannon, 66 ans, a plaidé non coupable le 20 août devant un juge fédéral de New York des deux chefs d'accusation retenus contre lui, fraude et blanchiment d'argent, passibles chacun d'une peine maximale de 20 ans de prison.

L'ex-patron du site Breitbart News a affirmé dans son podcast que son arrestation était destinée à «intimider les gens» soutenant le mur anti-immigration promis par Donald Trump lors de sa campagne victorieuse de 2016. 

Désormais en campagne pour sa réélection, le président américain a pris ses distances avec Steve Bannon le 20 août, affirmant «ne rien connaître de ce projet» de financement participatif et ne pas avoir eu de contact «depuis très longtemps» avec son ancien conseiller. 

Steve Bannon avait quitté la Maison Blanche en août 2017.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»